Retour des Expos: Montréal peut toujours y croire

L'appui des amateurs pour les matchs présaison ne... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

L'appui des amateurs pour les matchs présaison ne laisse pas les dirigeants du Baseball majeur indifférents. Loin de là.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

N'allez surtout pas croire que Montréal a perdu du galon auprès du Baseball majeur même si la métropole n'accueillera pas de match de la saison régulière en 2016.

C'est du moins l'avis de John McHale fils, vice-président exécutif du Baseball majeur.

«Montréal occupe une position de premier plan à ce niveau et je ne connais pas d'autre ville qui ait une position plus avantageuse que Montréal si jamais une opportunité, que ce soit par une expansion ou une délocalisation, devait se présenter», a-t-il affirmé.

«Dans mon coeur, Montréal est toujours au premier rang si jamais une telle occasion devait se présenter, mais je ne peux pas parler pour le commissaire sur ce point. Mais "je me souviens"», souligne en français celui qui a passé une partie de sa jeunesse à Montréal, alors que son père était président des Expos.

À ses yeux, le fait que les Blue Jays de Toronto reviennent pour une troisième année d'affilée jouer des matchs préparatoires à Montréal est bon signe.

«C'est aussi intéressant et c'est un signe encourageant que certains des clubs les plus populaires du Baseball majeur aient accepté de venir y affronter les Blue Jays.»

Organiser des matchs de saison régulière hors marché est une tâche colossale, qui doit répondre à plusieurs critères. Que Montréal n'ait pas réussi à en organiser pour 2016 n'est pas mauvais signe.

«On doit convaincre les clubs que c'est une proposition faisable, a expliqué McHale. C'est compliqué pour un club, car il doit répondre à certains standards au niveau du taux d'occupation de son stade et chaque club a des engagements auprès de ses diffuseurs. Il y a aussi des inquiétudes économiques très légitimes à surmonter.

«De plus, on doit s'assurer que, en prenant en considération le reste de son calendrier, cela ait du sens pour l'équipe visiteuse. Des matchs de saison régulière sont des choses difficiles à organiser à l'extérieur de l'une de nos 30 villes existantes. Il ne faut pas prendre cela comme un manque de respect de la part du Baseball majeur envers Montréal ou que ses 30 clubs ne croient pas que ce soit faisable. C'est seulement très compliqué à mettre sur pied.»

À ce sujet, il a confirmé l'appui du Baseball majeur à Montréal, comme l'a laissé entendre Denis Coderre la semaine dernière. La Ville a bel et bien la bénédiction du Baseball majeur pour contacter toutes ses équipes afin de les inviter à disputer des matchs de saison régulière au Stade olympique.

À l'origine des Rockies

McHale a fait partie intégrante du groupe à l'origine de l'arrivée des Rockies du Colorado à Denver. Il se rappelle que lorsque le groupe a commencé - comme à Montréal - par organiser des matchs hors concours, rien ne laissait croire à un dénouement heureux.

«Quand nous avons commencé à Denver, nous n'avions aucune raison de croire que ça se terminerait par l'octroi d'une concession à la ville. Ce que nous souhaitions seulement faire, c'était de garder intacte la réputation de la ville auprès des autorités du Baseball majeur au cas où une concession deviendrait disponible.

«Notre situation était quelque peu différente de celle de Montréal, car Denver avait été courtisée un certain nombre de fois depuis le début des années 1970 par le propriétaire des A's. Il s'amenait alors à Denver, parlait avec des hommes d'affaires - un en particulier, très impliqué dans le pétrole - à propos de la possibilité de lui vendre son club. Les choses n'étaient pas aussi structurées dans le Baseball majeur à cette époque et je pense que ces négociations étaient rendues publiques afin de servir de levier de négociations.»

Il ne doute pas une seconde que les clubs qui ont visité la ville était dans le coin de Denver quand est venu le temps de passer au vote lors de l'expansion de 1991.

«Je pense que oui. Je pense que nous avons été en mesure de créer une bonne impression auprès de ces clubs - les Jays en ont d'ailleurs fait partie. Ç'a été très bon pour nous que ces équipes puissent venir découvrir notre ville, nos partisans et nos médias afin qu'ils puissent s'imaginer ce que pourrait être le Baseball majeur à Denver si et quand l'opportunité allait se présenter.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer