• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Baseball 
  • > Capitales 2/Jackals 5: New Jersey force la présentation d'un match décisif lundi soir 

Capitales 2/Jackals 5: New Jersey force la présentation d'un match décisif lundi soir

Sheldon McDonald, qui a donné quatre points en... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Sheldon McDonald, qui a donné quatre points en troisième manche avant d'être remplacé par Mark Hardy.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À la recherche d'une neuvième participation à la finale de la Ligue Can-Am depuis 2005, les Capitales de Québec n'ont pas été en mesure d'obtenir leur billet d'entrée, dimanche après-midi, puisque les Jackals du New Jersey ont forcé la tenue d'un cinquième match grâce à une victoire de 5-2 devant à peine 743 spectateurs au Stade municipal.

Cette demi-finale 3 de 5 est donc à égalité 2-2, chaque équipe l'ayant emporté une fois sur le terrain de l'adversaire. Il s'agira de la sixième fois de leur histoire que les Capitales disputeront un match ultime, leur fiche étant de trois victoires et deux défaites à ce jour. Leur plus récent match décisif remonte à 2013, lorsqu'ils avaient remporté le championnat des séries contre... ces mêmes Jackals.

La table est donc mise pour un duel au sommet. «Il y a une rumeur à l'effet qu'il utiliserait [Anthony] Claggett, mais je suis certain qu'ils iront avec [John] Walter», disait le gérant Patrick Scalabrini, qui n'a pas fait de cachette sur l'utilisation de Karl Gélinas pour ce duel.

Le patron du losange québécois a invité ses joueurs à ne pas céder à la panique après la défaite. Il a tenu un petit discours de motivation dans le vestiaire, répétant ensuite son message devant les journalistes.

«En bout de ligne, on s'est battu toute la saison pour avoir l'avantage du terrain. Nous avons l'avantage de jouer chez nous, devant une bonne foule et avec des releveurs bien reposés. Maintenant, il faut faire le travail», expliquait-il, sa fillette dans les bras.

Troisième manche fatale

En bonne position en début de match, dimanche, les Capitales ont dû puiser dans leur relève assez tôt à la suite d'une courte sortie du partant et perdant, Sheldon McDonald, qui a donné quatre points en troisième manche avant d'être remplacé par Mark Hardy, un partant muté dans l'enclos en raison de la facilité des Jackals à maltraiter les lanceurs gauchers.

«Encore une fois, des lanceurs sur qui on ne comptait pas trop nous ont sortis du pétrin, comme Hardy et [Jon] Fitzsimmons. On est resté dans le match, mais on a raté une tonne d'occasions parce que le gros coup sûr n'est pas venu, chose qu'on ne pourra pas se permettre demain [lundi, dans le cinquième match]», expliquait-il.

En effet, les siens n'ont pas affiché le même opportunisme que la veille dans cette rencontre dominicale disputée sous la pluie. Ils ont abandonné 11 coureurs sur les sentiers, dont 10 dans les 6 premières manches face à leur ancien coéquipier, Shawn Sanford, le lanceur gagnant.

Leur seul moment fort de l'après-midi a été le circuit de deux points de Joash Brodin, qui réduisait l'écart à 4-2 en fin de troisième, soit tout de suite après la poussée de quatre points des visiteurs marquée par un double de deux points de Mark Threlkeld.

Au total, les Capitales ont frappé neuf coups sûrs, dont deux chacun pour Kalian Sams et Yordan Manduley. Pour Brodin, ses deux points produits s'ajoutaient à ses cinq de la veille.

Young, un cas douteux pour lundi soir

Jouant malgré une blessure, comme plusieurs de ses coéquipiers, le voltigeur Tyler Young a été forcé de quitter le match pendant la troisième manche en raison d'un malaise à un talon qu'il traîne depuis les derniers jours de la saison régulière. Affecté après une course vers le premier but, il a été ramené à l'abri après avoir éprouvé des ennuis à rejoindre un ballon au champ extérieur en début de troisième. Il représente un cas douteux pour le cinquième match. «C'est la même blessure, la même douleur. Espérons que le "doc" pourra faire un miracle», disait le gérant Patrick Scalabrini à propos du voltigeur de gauche et premier frappeur de l'alignement, qui a été remplacé par Will Walsh, réserviste depuis le début de la série.

Ismel Jimenez inquiet pour sa carrière

Le lanceur Ismel Jimenez souffrait autant que la veille, dimanche, lors de son passage au Stade municipal. Sa visite à l'urgence de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus a confirmé qu'il souffrait d'une fracture de l'humérus du bras droit survenue à la suite d'un lancer, samedi. Il s'envole tôt ce matin pour Cuba, où les médecins décideront s'il doit être opéré ou non.

«Je suis inquiet pour la suite de ma carrière. Tout est entre les mains des médecins, j'espère bien me rétablir», a confié le lanceur cubain, très émotif en abordant le sujet dans la salle du physiothérapeute adjacente au vestiaire pendant le quatrième match.

Jimenez ne pouvait pas se douter qu'un tel malheur pouvait s'abattre sur lui puisque sa remise en forme allait bon train depuis le début de la semaine.

«Je me sentais en parfaite condition, j'avais dit à tout le monde que j'étais prêt physiquement et mentalement pour gagner ce match, et il n'y avait aucun signe avant-coureur que ça pouvait m'arriver. En lançant, j'ai senti que mon bras venait de lâcher», a raconté celui dont le bras droit était soutenu par une attelle plâtrée.

Membre de l'équipe nationale cubaine, Jimenez a conservé une fiche de 3-3 et une moyenne de points mérités de 3,12 en neuf départs avec les Capitales.

«S'il n'était pas un lanceur professionnel, Ismel ne serait pas opéré. Une telle fracture ne nécessite pas une opération pour monsieur ou madame Tout-le-monde, mais dans son cas, il peut y avoir une influence car il y a une petite angulation [dans l'os], alors ils [les médecins cubains] décideront, mais je pense qu'il sera correct», a expliqué le Dr Richard Blanchet, qui a accompagné Jimenez dans sa douleur.

Le droitier de Sancti Spiritus, à Cuba, a passé beaucoup de temps dans le bureau du président des Capitales, Michel Laplante, dimanche midi, afin de planifier son retour sur son île. Il l'avait aussi accompagné à l'hôpital en compagnie de l'interpète, Raymond Boisvert.

«Ismel est un lanceur de l'équipe nationale cubaine, on nous l'a prêté pour la saison. Nous préférons qu'ils décident de la suite des choses, d'autant plus que leur système médical est très réputé», a précisé Laplante, qui parle d'une absence minimale de 8 à 12 mois pour le lanceur de 29 ans.

Jimenez n'aura toutefois que de bons mots à dire de la façon dont on s'est occupé de lui dans sa malchance.

«Ici, au stade, comme à l'hôpital, j'ai reçu de très bons traitements. J'ai apprécié l'attention et l'affection dont mes coéquipiers, mes entraîneurs et toute l'organisation ont eues à mon égard», a ajouté le principal intéressé, coiffé une dernière fois de sa casquette des Capitales.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer