Capitales: Will Walsh fait mal paraître les Aigles

La mise sous contrat du voltigeur Will Walsh... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La mise sous contrat du voltigeur Will Walsh s'est révélée plus fructueuse qu'attendue pour les Capitales.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Will Walsh fait mal paraître les Aigles de Trois-Rivières, depuis qu'ils l'ont congédié après 14 matchs. Les Capitales ont récupéré l'offrande au vol et voilà que le voltigeur frappe pour ,400 depuis son arrivée avec Québec.

Lundi, il disputait sa 15e rencontre dans l'uniforme de sa nouvelle formation. Justement contre son ancienne équipe, qu'il a déjà affrontée sept fois. Il faut dire que le gérant Patrick Scalabrini a d'abord fait appel à Walsh pour pallier l'absence de joueurs blessés.

Mais l'acquisition du numéro 29 s'est révélée plus fructueuse qu'attendue. Walsh a déjà produit 17 points grâce entre autres à quatre circuits. Son coup le plus explosif est survenu samedi, un grand chelem aux dépens des Aigles.

«Ç'a été deux fois plus satisfaisant parce que c'était contre Trois-Rivières, aucun doute», atteste l'athlète de 25 ans originaire de New Milford, au New Jersey. «Ne vous méprenez pas. J'ai beaucoup de respect pour Pete [Pierre-Luc Laforest], tous les coachs et tous les joueurs des Aigles. Sauf que quand une équipe décide qu'elle sera meilleure sans toi, tu en fais une affaire personnelle. Quand une équipe te libère, tu veux prouver qu'elle avait tort.»

Moins de pression

Deux de ses quatre longues balles ont été claquées contre Trois-Rivières et il a produit au moins un point dans chacun des affrontements face aux Aigles, 10 au total. Lundi et dimanche, il avait été promu au cinquième rang du rôle des frappeurs. «C'est facile de bien faire au sein d'une équipe qui a autant de talent que les Capitales. Il y a moins de pression», affirme-t-il.

Même s'il estime qu'il frappait mieux au terme de ses deux semaines avec les Aigles, début juillet, sa moyenne de ,244 et ses cinq points produits n'ont pas convaincu Laforest. Qui avait déjà eu un aperçu de son potentiel en fin de saison dernière, l'ayant obtenu de Rockland en retour de l'excellent Carlos Guzman.

Walsh a pris part au camp d'entraînement des Boulders, en mai, mais il s'est blessé. Il se dit très reconnaissant envers les Aigles de lui avoir donné une nouvelle chance. Même chose pour les Capitales. «Mais quand Trois-Rivières m'a libéré, j'ai pensé que ma carrière pouvait être finie. C'est comme ça, dans le sport, il n'y a jamais rien de garanti.»

Ce qui fait dire au produit des Pirates de l'université Seton Hall, avec qui il a gagné un championnat de la conférence Big East en 2011, qu'il n'analyse pas le vestiaire des Capitales en fonction de qui part, qui reste et quelle place il peut occuper. «Je travaille fort et je m'attends à ce que des bonnes choses m'arrivent», résume Walsh, dont le statut de recrue joue en sa faveur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer