Capitales 8/Boulders 3: Sams mitraille les Boulders

Kalian Sams a sonné la charge pour les... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Kalian Sams a sonné la charge pour les Capitales, jeudi soir, alors qu'il a frappé deux circuits et produit cinq points, permettant aux Capitales de l'emporter 8-3 à Rockland.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour un deuxième soir de suite, ça s'est réglé à coups de circuit, jeudi, à Rockland. Mais cette fois, les Capitales ont eu le dessus 8-3 sur les Boulders grâce à deux bombes de Kalian Sams.

«En deux élans, il a fait tourner le match de bord. Et la deuxième était frappée en batinse!» s'est exclamé le gérant Patrick Scalabrini, lorsqu'on l'a rejoint dans le vestiaire après la victoire.

Les locaux avaient pourtant pris les devants 3-0 après quatre manches. Le lanceur partant pour Québec, MacKenzie Acker, une recrue, n'était pas à son mieux et a fait long feu.

Mais Sams a allumé la mèche des Capitales. D'abord en sixième avec une courte claque dans la droite bonne pour deux points, avant d'exploser avec un puissant laser de trois points dans la gauche en huitième. Avec ses cinq de jeudi, le frappeur de puissance et quatrième du rôle en est à 13 points produits dans les cinq derniers matchs et à sept rencontres de suite avec au moins un point produit. Son total est à 43.

«On sait qu'il est un gars de séquence et, en ce moment, il est dans une séquence fantastique», résume Scalabrini. «En l'embauchant, en début de saison, on savait qu'il faudrait vivre avec ses retraits au bâton et des moins bonnes séquences. Mais on savait aussi que certaines journées, il peut gagner un match à lui seul. Et c'est ce qu'il nous a donné ce soir.»

En plus de ses 11 circuits, ce qui le place au sommet de la Can-Am avec Marcus Nidiffer des Boulders, justement auteur d'une longue balle la veille, Sams mène aussi la ligue pour les buts volés, avec 24. Le Néerlandais de 28 ans vise de plus à effacer le record d'équipe de 36 larcins en une saison datant de la campagne inaugurale de 1999, soit 16 ans, et appartenant à Michael Dumas. Ses 46 retraits sur trois prises en 193 apparitions le place au 10e rang à ce chapitre.

Acker chanceux

Sams a sauvé les fesses d'Acker, qui «a été chanceux de donner juste trois points en quatre manches», selon le patron. «Il ne lançait pas bien, tirait de l'arrière, et ça nous a donné un début de match où on était amorphes, sans énergie.» Jusqu'à la première torpille du colosse au numéro 7.

Les Capitales ont continué à frapper sur le clou de la relève des Boulders en neuvième avec un simple, deux doubles - de Josué Peley et Jean-Luc Blaquière - et un ballon-sacrifice. Le lanceur Derek Dubois a été le héros obscur de la soirée avec un seul coup sûr accordé en trois manches de relève pour sa quatrième victoire de la campagne.

Ce soir, toujours au Provident Bank Park de Ramapo, dans l'État de New York, neuvième et dernier affrontement régulier de la saison entre les Capitales et les Boulders. La décisive pour un éventuel bris d'égalité, puisque chaque équipe a vaincu l'autre quatre fois jusqu'ici. Le gaucher Mark Hardy (5-3, 2,68) grimpera le premier sur la butte pour Québec contre le droitier Bo Budkevics (2-4, 4,81).

Stanton part diriger les Grays

Les Capitales ont gagné le match de jeudi, mais ils ont perdu leur instructeur des lanceurs. TJ Stanton a accepté le poste de gérant des Grays de Garden State, l'équipe sans domicile de la Can-Am. Eric Pierzchala a été congédié par la ligue après avoir mené sa jeune troupe à une fiche médiocre de 5-22.

Sollicité par le commissaire du circuit indépendant et ancien propriétaire des Capitales, Miles Wolff, donc son ancien patron qui le redevient aujourd'hui, Stanton a obtenu l'assurance de pouvoir réintégrer son poste chez les Capitales pour les séries. Sûr que les Grays n'accéderont pas aux éliminatoires.

«J'étais tellement surpris que, sur le coup, j'ai dit non!» a révélé le principal intéressé, jeudi soir, après son dernier match dans l'abri des Capitales d'ici au 9 septembre. «Puis, j'ai parlé avec Patrick [Scalabrini], Miles, Michel [Laplante], des gens en qui j'ai confiance et qui m'ont fait comprendre que c'est un beau défi et que c'est bon pour ma carrière.»

Aujourd'hui, il reste à Rockland pour rejoindre ses nouveaux joueurs. Premiers pas comme gérant demain, à Sussex, avec un programme double. Les Grays joueront au Stade municipal de Québec du 18 au 20 août, puis du 5 au 7 septembre, pour la dernière série régulière.

«De jouer contre les Capitales à Québec, ça va être très bizarre», reconnaît celui qui a lancé durant sept saisons avec les Capitales. Il a aussi été leur rival avec Sussex et New Jersey.

Wolff a demandé la permission au gérant Scalabrini «il y a quelques jours». «J'ai tout de suite pensé que c'était une belle occasion pour lui. Il est prêt pour être gérant et, avec cette expérience, ça va l'aider à être considéré s'il y a un poste de gérant vacant l'an prochain. Mais il m'aidait beaucoup dans tout, il va nous manquer», conclut l'instructeur-chef, maintenant à la recherche d'un nouvel adjoint.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer