Baseball junior: des non-sens à corriger, plaide Dominik Walsh

Le gérant des Diamants Dominik Walsh... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le gérant des Diamants Dominik Walsh

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ils s'appellent David Glaude, Raphaël Gladu ou Louis-Philippe Pelletier. Ils sont les meilleurs joueurs de la Ligue de baseball junior élite du Québec et guident leurs équipes respectives au sommet du classement de la saison régulière. Mais quand arrivent les séries, ils ne sont plus là pour les mener au championnat. C'est que l'après-saison, dans la LBJEQ, empiète sur les camps d'entraînement des universités et collèges au sud de la frontière.

«Il est plus que temps que l'on aille une réflexion là-dessus, c'est le principal problème du circuit junior élite», plaide le gérant des Diamants, Dominik Walsh. Une opinion que semblent partager la plupart des pilotes de la ligue. «Présentement, on ne répond pas au besoin des joueurs collégiaux américains, qui sont nos meilleurs joueurs.»

L'an dernier, Glaude, le joueur par excellence de la LBJEQ, n'était plus avec les Diamants lorsqu'ils ont remporté le championnat des séries. Il a regardé ses coéquipiers soulever le gros trophée à distance. «C'est vraiment plate», admet-il. «On s'en parle entre les joueurs. C'est frustrant parce que ce n'est pas la meilleure équipe qui gagne les séries, c'est l'équipe qui perd le moins de joueurs.» 

La saison ou les séries

«C'est rendu que les équipes doivent choisir entre privilégier la saison ou les séries», enchaîne Dominik Walsh. «Ce n'est juste pas normal que, dans une ligue comme la nôtre, l'on doive faire ce choix-là.»

Plusieurs solutions sont possibles, explique le gérant. Après tout, les autres ligues canadiennes terminent leur saison plus tôt. La LBJEQ pourrait condenser son calendrier, mais aussi supprimer la semaine de congé à la fin de la saison, qui permet à une équipe de la ligue de prendre part au championnat canadien. Ou encore, réduire le nombre d'équipe en séries. Présentement, 10 équipes sur 13 accèdent à l'après-saison. 

«Ce qui me fait le plus capoter, c'est qu'on est à un point où, au repêchage, on est obligé de se demander si le joueur qu'on choisit va être de calibre pour jouer dans les collèges», conclut Walsh. «On tente de repêcher de bons joueurs, mais pas assez pour jouer aux États-Unis. Ça montre le non-sens de ce qui se passe présentement avec les séries.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer