Victoire tout en puissance des Capitales contre les Grays

Ennuyé par une blessure, Sheldon McDonald est quand... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Ennuyé par une blessure, Sheldon McDonald est quand même grimpé sur la butte. Le gaucher a livré une solide performance, n'accordant qu'un point et cinq coups sûr en six manches de travail.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Grays de Garden State étaient là pour se battre, jeudi soir, au Stade municipal, mais la puissance des Capitales a eu raison des visiteurs. Quatre circuits, dont trois en solo, ont mené les hommes de Patrick Scalabrini à une victoire de 6-4.

Malgré la pluie de longue balle, les Capitales ont été chauffées par les Grays en fin de match, résultat entre autres d'une pénible sortie du releveur Jamaine Cotton.

Après le match, le gérant préférait voir le beau côté des choses. «On a frappé des circuits, c'est excitant, et on a la victoire, même si ça n'a pas été facile», soulignait Scalabrini. Il s'est même réjoui de voir Garden State batailler pour revenir dans la rencontre. «Ils n'ont pas une bonne fiche, mais ce sont quand même presque tous des joueurs qui ont joué pro. C'était plaisant de voir beaucoup de vie de leur côté malgré un mauvais début de match.» 

Il faut dire que les Grays n'ont rien fait, en première manche, pour changer leur réputation de plus faible équipe de la Can-Am. Tyler Young s'est placé sur les sentiers avec un faible simple pour commencer la rencontre, et deux erreurs des Grays ont suffi à lui faire croiser le marbre pour donner une avance de 1-0 aux locaux.

Les Capitales ont rapidement triplé leur avance sur les deux premiers circuits en solo du match, venus des bâtons de Will Walsh et de Tyler Young, en deuxième et troisième manches. 

Dans le cas de Walsh, il s'agissait déjà d'un troisième circuit avec l'équipe. Le nouveau venu a produit au moins un point à sept de ses huit matchs dans l'uniforme des Capitales. Pas mal, pour un joueur qui en est à sa troisième équipe de la ligue Can-Am cette saison. 

«Je suis arrivé ici et Patrick Scalabrini m'a tout de suite fait confiance dans l'alignement partant. J'ai simplement construit là-dessus», a expliqué le voltigeur recrue après le match. «J'essaye de rester confiant.»

Walsh performe si bien qu'il est difficilement concevable de le laisser partir malgré le couperet qui tombera bientôt chez les Capitales. «Quand on l'a signé, c'était pour quelques jours, mais il me force vraiment la main à le garder. On va être obligé de trouver une façon», a avoué le gérant. 

Blessé, mcdonald brille

Chez les Capitales, le lanceur partant Sheldon McDonald, sur la butte malgré une blessure, n'a accordé qu'un point en six manches de travail. «Sheldon lançait seulement des balles rapides et des changements de vitesse parce que sa blessure au pouce l'empêchait de lancer sa glissante, qui est un de ses bons lancers. Alors on est très content de la manière dont il s'est battu», félicitait Scalabrini. 

McDonald s'est mérité la victoire, mais son coéquipier Cotton a bien failli la lui bousiller. Après des circuits de Vincent Guglietti, son premier en carrière chez les professionnels, et de Kalian Sams, les Capitales s'étaient donné une confortable avance de 6-2. 

Amené en début de huitième manche, Jamaine Cotton a toutefois rempli les buts avant même d'avoir réussi un retrait. Malgré un spectaculaire double jeu de Jonathan Malo au troisième but, le lanceur américain a fini par concéder deux points, cédant sa place à Jon Fitzsimmons pour terminer la manche.

Le gérant des Capitales a reconnu que la mauvaise sortie de Cotton arrive à «un très mauvais moment» pour lui, l'équipe étant à quelques jours de faire des choix dans le personnel de lanceur. «On a besoin qu'il fasse le travail dans des situations comme ça et il ne l'a pas fait. On ne se cachera pas qu'il est dans les gars qui se battent pour garder du travail.»

Deryk Hooker a enregistré son 14e sauvetage pour les Capitales. 

Mark Hardy (4-3) et Noah Piard (0-2) s'affrontent ce soir au Stade municipal pour le deuxième match de la série.

***

Marc Griffin retrouve un ancien rival

Présent pour effectuer le lancer protocolaire dans le cadre de la soirée thématique baseball majeur, Marc Griffin se réjouissait avant le match de passer une soirée dans le stade du parc Victoria. «Je viens ici deux ou trois fois par été et à chaque fois, j'ai beaucoup de plaisir. Pour moi, c'est ça, le baseball. Il fait beau, les gens sont près de l'action. Le Stade municipal est incroyable.»

L'ancien joueur devenu analyste en a aussi profité pour discuter avec le père Gurriel, Lourdes, qu'il a affronté à quelques reprises lors de compétitions internationales, notamment aux Olympiques de 1988.  

«Lourdes Gurriel, Victor Mesa et Omar Linares, c'était les grosses vedettes de Cuba à l'époque», a souligné Griffin. «Nous, notre défi contre Cuba était de jouer neuf manches, parce qu'ils arrêtaient les matchs quand une équipe menait par 10 points. En trois ans dans l'équipe nationale, je n'ai jamais joué un match complet contre les Cubains.»  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer