Les Capitales l'emportent une première fois en six matchs

Comme à l'habitude, Karl Gélinas a brillé sur le monticule du Stade municipal,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme à l'habitude, Karl Gélinas a brillé sur le monticule du Stade municipal, vendredi soir, où les Capitales de Québec l'ont emporté 2-0 contre les Miners de Sussex County pour mettre fin à une séquence de cinq défaites, leur plus longue du genre cette saison.

Gélinas (6-1) n'a donné que trois coups sûrs en huit manches, récoltant huit retraits au bâton. Le releveur Deryk Hooker a suivi avec son 11e sauvetage de la campagne, un sommet dans la ligue Can-Am.

«Ce n'est pas la première fois que Karl met fin à une série de défaites au fil des ans. Il y a des jours où il est, par moments, trop fort pour le baseball indépendant», disait le gérant Patrick Scalabrini à propos de celui qui savourait sa 55e victoire en neuf saisons avec les Capitales.

Gélinas était à l'aise sur la butte du parc Victoria, même s'il a atteint deux frappeurs. À deux reprises, il a mis fin à une menace avec un coureur posté au troisième but.

«Avec la mauvaise petite passe des derniers jours, ça prenait ça, on a donné le ton à la série et je leur en devais une [aux Miners] après mon départ ordinaire là-bas. Dans une saison, il y a six ou sept départs où tu te sens bien, où la balle a de la vie, c'en était un, j'étais en contrôle», expliquait le droitier.

Expéditif, Gélinas n'a pas eu besoin d'un gros coussin. Un simple à l'avant-champ de Jonathan Malo après deux retraits en troisième et un autre de Tyler Young en cinquième ont produit les deux points nécessaires pour ce 20e succès des Capitales, installés au deuxième rang à trois matchs du sommet du classement de la ligue Can-Am.

«J'en aurais pris un troisième [point], surtout après avoir atteint un frappeur pour ensuite affronter [Reggie] Abercrombie en huitième. On sait que ça peut changer vite...», précisait Gélinas, qui s'en est sorti indemne.

Les Miners sans leur gérant

Scalabrini, lui, a apprécié l'approche de ses joueurs, même s'ils n'ont frappé que six coups sûrs. «On est allé chercher nos points en travaillant, en graffignant. On a appris des Japonais», illustrait Scalabrini, qui veut que les siens profitent au maximum des séries à domicile, surtout contre un club de bas de classement.

Pour leur première visite à Québec, les Miners sont débarqués sans leur gérant, Steve Shirley, invité à laisser retomber la poussière à la suite d'une bagarre survenue dans le vestiaire, cette semaine. À la suite de cette altercation, leur meilleur frappeur Johnny Bladel se retrouve sur la liste des blessés en raison d'une commotion cérébrale, tandis que l'instructeur des lanceurs n'est plus dans les parages de l'équipe.

Sur les losanges

Absent depuis le 18 juin, le gaucher Jay Johnson a lancé sur le monticule de relève, vendredi, et répétera l'expérience samedi. «Il devrait reprendre du service pour la série à Trois-Rivières à compter de lundi», disait Scalabrini... Pour son retour au jeu, Josué Peley était accroupi derrière le marbre afin de recevoir les offrandes de Gélinas, son lanceur attitré... Limité à seulement 30 lancers en deux manches, mercredi à Ottawa, le gaucher Sheldon McDonald revient dans la rotation dès samedi pour les Capitales, tandis que Mark Hardy sera le partant, dimanche... La condition de l'avant-champ Mike Washburn ne lui permettra pas de prolonger son séjour à Québec... Le lanceur Shawn Sanford, qui jouait à Québec en 2014, n'affrontera pas ses anciens coéquipiers en fin de semaine... Les Miners alignent l'ancien voltigeur des majeures Reggie Abercrombie (Floride et Houston).

Des déserteurs cubains connus de Scalabrini

À l'occasion d'un séjour préparatoire en Caroline du Nord en marge des Jeux panaméricains, deux joueurs ont quitté l'équipe nationale de Cuba au cours des dernières heures afin de s'exiler aux États-Unis et d'y signer un contrat professionnel. Les noms de Luis Yander La O et Yadiel Hernandez figuraient aussi sur la liste originale soumise par les Capitales de Québec à la Fédération de baseball de Cuba.

«Ils étaient cependant derrière les gars qu'on a pu obtenir», confirmait le gérant Patrick Scalabrini au sujet de l'avant-champ La O et du voltigeur Hernandez. La O, un espoir de 23 ans, n'aurait pas de lien de parenté avec Edilse Silva La O, un frappeur gaucher de 34 ans dans l'attente d'un visa pour s'amener au Canada, où il s'alignerait avec les Capitales pendant l'absence de Yordan Manduley et Ismel Jimenez, également membre de l'équipe nationale cubaine.

«Hernandez est un frappeur établi, mais [Alexei] Bell était devant lui sur ma liste. Ensuite, j'avais besoin d'un arrêt-court, et encore là, Manduley était un joueur supérieur à La O, qui n'est pas encore à leur niveau. Pour le troisième, j'avais les yeux sur un lanceur», expliquait Scalabrini, en se demandant si les aspirations des deux déserteurs n'avaient pas joué dans la décision des autorités cubaines de donner la permission à Bell, Manduley, Jimenez et Yuniesky Gurriel de partir pour Québec.

Cela dit, le gérant est toujours dans l'incertitude au sujet d'Edisle Silva La O, dont la demande de visa aurait été faite au consulat canadien, à Cuba. Vendredi, le premier-but Tim Smith disputait son dernier match avant de rejoindre l'équipe canadienne, à Toronto, ce qui allonge la liste des absents dans l'abri québécois. L'avant-champ Marcel Champagnie devrait débarquer en ville, samedi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer