Kalian Sams: les Capitales en attendant le Japon

Natif de La Haye, aux Pays-Bas, Kalian Sams... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Natif de La Haye, aux Pays-Bas, Kalian Sams a joué à Taiwan l'an dernier et aimerait y retourner ou, encore mieux, jouer au Japon.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après baseball, base-ball et béisbol, on aura droit au honkbal, cet été, au Stade municipal de Québec. Du moins jusqu'à ce que le Néerlandais Kalian Sams décroche le juteux contrat tant attendu du Japon et se convertisse au yakyu.

Ces mots désignent le même sport dans différentes langues. Celui avec le bâton et la balle blanche aux coutures rouges. Toujours plus ouverts sur le monde, les Capitales alignent pour leur camp d'entraînement neuf Américains, sept Canadiens des autres provinces, quatre Québécois et quatre Cubains.

Et il y a Sams. Natif de La Haye, aux Pays-Bas. Un colosse de 6'3'' et de 230 livres de muscles. Il a joué dans le AAA, le AA, la Ligue atlantique et à Taiwan, l'an dernier. Il espère y retourner. Ou encore mieux au Japon, sinon le Mexique.

«Des équipes ont dit qu'elles auraient bientôt une place pour moi et qu'en attendant, j'étais mieux de commencer à jouer ici et d'affronter des bons lanceurs», explique le bonhomme de 28 ans, qui s'est fait recommander Québec par Rene Leveret.

L'ancien frappeur de choix des Capitales vient des Antilles néerlandaises, ils se sont côtoyés dans l'équipe nationale. Les deux gaillards n'auront pas la chance de faire équipe à Québec, Leveret évoluant dorénavant à Amarillo, dans l'Association américaine.

«Je ne rêve plus autant au baseball majeur qu'avant», avoue Sams. «Mais mon but est d'aller jouer au Japon et, rendu là, on ne sait jamais.» Il prend exemple sur un autre membre de la formation nationale néerlandaise, Wladimir Balentien. Après 170 matchs sur trois saisons dans les majeures, il a mis le cap sur le pays du Soleil levant.

En 2013, Balentien a fracassé le record de circuits de la grande ligue japonaise avec 60 longues balles. «Il est devenu le roi, là-bas. Et tous les clubs des majeures veulent le ravoir aux États-Unis. Je pourrais être le prochain Balentien», se croise-t-il les doigts.

Le baseball dans la peau

Chose certaine, Sams a le baseball dans la peau. Une balle tatouée sur le biceps gauche. En fait, tout le bras gauche, sa poitrine et son dos sont burinés de son récit de vie.

Comme ce tatouage à la mémoire de Greg Halman, ami de jeunesse qui a atteint les majeures en 2010 et en 2011, avec Seattle. Sams connaissait aussi son frère cadet, Jason Halman, qui a poignardé Greg à mort en novembre 2011 sous l'effet d'une grave psychose.

«Une telle tragédie remet les pieds sur terre. Ça fait réaliser que le baseball, ce n'est pas tout. Ça rend plus humain», confie celui qui était également dans l'organisation des Mariners, à ce moment.

Il a aussi pris part à la Classique mondiale de 2013, «de loin ma plus belle expérience». Il y a côtoyé son idole de jeunesse Andruw Jones, en plus de faire marquer le point victorieux qui permettait aux Pays-Bas de battre Cuba 7-6 et de passer en demi-finale. Ses nouveaux coéquipiers Alexei Bell, Ismel Jimenez et le frère de Yuniesky Gurriel, Yulieski, étaient dans le camp adverse.

«À la Coupe du monde, en 2011, j'ai aussi joué contre des gars de l'équipe canadienne qui sont ici [Jonathan Malo, Mark Hardy et Jay Johnson]. Je ne me souviens pas trop de les avoir affrontés, mais pour une raison que j'ignore, eux se souviennent de moi.»

Enfin dehors!

Le camp d'entraînement est commencé depuis dimanche, mais les joueurs des Capitales ne se sont entraînés dehors pour la première fois que mercredi. «J'ai trouvé nos frappeurs meilleurs dans la cage hier [mardi] que dehors aujourd'hui [mercredi]», a grimacé le gérant Patrick Scalabrini. «Mais j'ai appris à ne pas m'emballer autant pour le négatif que le positif. Surtout aussi tôt.» Il a apprécié le bras «vif» de l'artilleur gaucher recrue Derrick Penilla. L'instructeur des lanceurs, T.J. Stanton, s'est dit satisfait de la constance des partants Karl Gélinas et Mark Hardy. Il a hâte de voir la précision du Cubain Ismel Jimenez à l'oeuvre, jeudi.

Le président des Capitales de Québec, Michel Laplante... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Le président des Capitales de Québec, Michel Laplante

Photothèque Le Soleil

Yoga et hockey

La construction de l'esprit d'équipe va bon train. Séance de yoga, mercredi, avant la soirée en hommage au président de l'équipe Michel Laplante et au profit de la Fondation des Capitales. Les joueurs ont été avertis de «bien s'habiller». Jeu de laser tag jeudi, en fin de journée, avant une bonne vieille partie de hockey sur glace vendredi. L'équipe compte quatre Cubains, trois Californiens et un Néerlandais.

À Coaticook samedi

Champions en titre de la ligue Can-Am, les Boulders de Rockland disputent des matchs préparatoires contre Sussex et New Jersey, jeudi soir et vendredi. Les Aigles de Trois-Rivières et les Champions d'Ottawa s'affrontent samedi et dimanche. Quant aux Capitales, ils croiseront le fer avec un groupe d'espoirs issus des collèges américains, samedi, à Coaticook. Puis en route pour Gary, en Indiana, en vue de l'ouverture de saison de jeudi, les représentants de Québec s'arrêteront à Brantford, mardi, pour jouer contre les Red Sox de la ligue Intercounty, circuit senior ontarien. L'ex-arrêt-court des Capitales Lee Delfino y est joueur-copropriétaire.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer