Capitales: Hardy assure qu'il n'a pas perdu la main

Le lanceur canadien Mark Hardy dit être en... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le lanceur canadien Mark Hardy dit être en pleine forme, même s'il a pris une année sabbatique l'an dernier pour guérir son épaule blessée.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mark Hardy se fait rassurant : ce n'est pas parce qu'il a pris une année sabbatique du baseball l'an dernier qu'il a perdu la forme... ou la main.

Le lanceur canadien a pris ce temps mort pour reposer son épaule blessée. Il admet avoir pensé abandonner son sport favori, du moins au niveau professionnel. «J'avais un travail de bureau. Mais je n'aimais pas vraiment ça...»

C'est grâce à son coéquipier Sheldon McDonald, un de ses bons amis, que Hardy se retrouve dans la capitale. «Il aime son expérience à Québec, dit Hardy de McDonald. J'ai reçu une offre du New Jersey pour un emploi de joueur-entraîneur. Quand j'ai parlé de ça à Sheldon, il m'a dit : "Non, ne va pas là, laisse-moi parler à Pat [Scalabrini]." J'ai texté Pat le lendemain, il m'a ensuite appelé... Et voilà!» raconte le longiligne athlète de 6'4'' et 195 livres, qui a été repêché en 43e ronde par les Padres de San Diego en 2010.

Il y a deux ans, Hardy a été solide avec les Goldeyes de Winnipeg de l'Association américaine, la ligue soeur de la Can-Am. En plus de conserver un dossier de sept victoires et trois défaites, il a maintenu une moyenne de points mérités de 3,48. En 2012, dans la filiale AA des Padres, il avait fort bien fait lors d'un bref passage de 17 manches, comme en font foi sa mpm de 2,65 et ses 17 retraits au bâton en autant de manches.

Scalabrini fonde donc de bons espoirs en son nouveau lanceur. Il croit aussi que le gaucher n'a pas perdu sa touche. «Il ne peut pas arriver ici et ne pas être à 100 %. Il n'y a pas de place pour ça. C'était le meilleur lanceur des Goldeyes, une excellente formation. Il a un beau C.V. de baseball. Et il a quand même lancé dans des ligues d'été [pendant sa sabbatique]. On est très confiants qu'il va être un troisième partant de qualité.»

De son côté, Hardy semble avoir deux principaux objectifs pour sa saison 2015 dans la ligue Can-Am. D'abord, gagner : «J'ai vu la grosse bague au doigt de [Scalabrini] et j'aimerais bien en avoir une semblable.»

Les yeux sur les majeures

Ensuite, impressionner certains hommes de baseball bien placés : «J'espère me faire remarquer et faire un retour dans le baseball affilié.» Car Hardy est loin d'avoir abandonné son ambition de jouer dans le baseball majeur.

Le natif de Campbell River, en Colombie-Britannique, a profité de son année sabbatique pour se fiancer et arpenter l'Europe avec son âme soeur. À l'image de certains de ses coéquipiers, son expérience à Québec implique une séparation, puisque sa compagne habite Vancouver.

La solitude ne devrait pas trop l'accabler, toutefois. En plus de McDonald, il connaît déjà ses nouveaux coéquipiers Jonathan Malo, Tim Smith et Jay Johnson, avec qui il a participé à la Classique mondiale de baseball en 2013. Cette équipe canadienne comptait aussi sur les joueurs des majeures Justin Morneau et Joey Votto.

Le plus pesant, mais le plus rapide...

À la fin de l'entraînement de lundi, les joueurs de Capitales se sont affrontés au sprint. Après une série de confrontations au cours desquelles les gagnants passaient à la ronde suivante, c'est le Néerlandais Kalian Sams qui s'est imposé. Le voltigeur mesure pourtant 6'4'' et pèse 236 livres. «Il est le plus pesant et le plus rapide du groupe», a dit un Patrick Scalabrini impressionné. «C'est un super athlète.» Ces courses s'inscrivent dans une série d'activités prévues pendant le camp d'entraînement pour cimenter l'esprit d'équipe. Des points seront donnés pour chacune d'elles et des prix seront remis à la fin du camp. Le défi de mardi : les quilles. Lundi, le temps maussade a, pour une deuxième journée d'affilée, forcé les Capitales à s'entraîner à l'intérieur. Les joueurs ont frappé, les lanceurs ont lancé... mais pas l'un contre l'autre. Scalabrini espère commencer ces vraies confrontations mardi. Et il se croise les doigts pour du beau temps.

Partager

À lire aussi

  • Canadien-Lightning: ça passe ou ça casse!

    Sports

    Canadien-Lightning: ça passe ou ça casse!

    Le Canadien est à mi-chemin de réaliser un exploit peu commun dans l'histoire de la LNH. Un exploit qu'on risque de voir plus souvent à l'avenir si... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer