Durant boycotte Trump

«Je ne respecte pas la personne qui occupe... (Archives USA Today Sports, Ken Blaze)

Agrandir

«Je ne respecte pas la personne qui occupe le poste en ce moment, je ne suis pas d'accord avec lui, je vais faire entendre ma voix en ne m'y rendant pas» - Kevin Durant (à droite), au sujet du président Donald Trump

Archives USA Today Sports, Ken Blaze

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Kevin Durant, une des vedettes des Warriors de Golden State, boycottera la traditionnelle visite des champions de la NBA à la Maison-Blanche pour protester contre le président américain Donald Trump. «Non, je n'irai pas», a-t-il assuré à la chaîne de télévision ESPN, jeudi. «Je ne respecte pas la personne qui occupe le poste en ce moment, je ne suis pas d'accord avec lui, je vais faire entendre ma voix en ne m'y rendant pas.»

Durant, élu meilleur joueur de la finale 2017 remportée en juin face à Cleveland (4-1), a prévenu qu'il ne devrait pas être le seul à faire l'impasse sur cette visite si les Warriors de Golden State devaient être invités. «C'est mon avis personnel, mais je connais mes coéquipiers suffisamment pour savoir qu'ils sont d'accord avec moi.»

La tradition veut que le président des États-Unis reçoive dans les semaines ou les mois qui suivent son sacre l'équipe qui a remporté le titre dans l'un des grands championnats professionnels nord-américains ainsi que dans les très populaires championnats universitaires (NCAA). Mais dès le lendemain du sacre de Golden State face à Cleveland le 12 juin, la question d'un boycottage avait été évoquée, en particulier par le meneur vedette de l'équipe Stephen Curry.

Depuis, le grand patron de la NBA Adam Silver et l'entraîneur des Warriors Steve Kerr, qui a déjà critiqué Trump à plusieurs reprises, avaient demandé aux joueurs de réfléchir et espéré qu'ils répondraient favorablement.

Défiance accrue après Charlottesville

Durant a précisé que la défiance des joueurs de Golden State a été accrue par les propos du président américain sur les responsabilités des violences de Charlottesville, qui doivent selon lui être recherchées «des deux côtés». Ces violences ont causé la mort d'une personne samedi quand un sympathisant néonazi a, intentionnellement selon les témoins, percuté avec son véhicule des contre-manifestants.

«Depuis qu'il est entré en fonction, depuis la campagne présidentielle même, notre pays est si divisé et ce n'est pas une coïncidence. Quand Obama était président, nous avions tellement d'espoirs pour notre communauté», a rappelé l'Américain de 28 ans. «Les choses se sont depuis considérablement dégradées en raison de la personne qui est en poste, cela vient de tout en haut [...] Tant qu'il sera en poste, il n'y aura aucun progrès», a-t-il regretté sans nommer une seule fois Trump.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer