Le roi Bolt prêt pour la bataille

La légende du sprint Usain Bolt souhaite réaliser... (AFP, Valery HACHE)

Agrandir

La légende du sprint Usain Bolt souhaite réaliser un chrono au 100 mètres d'environ 9,90 secondes, vendredi, au stade Louis-II.

AFP, Valery HACHE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MONACO

Le roi rugit encore: Usain Bolt a assuré mercredi à Monaco, où il se produira vendredi pour le dernier meeting de son inimitable carrière, qu'il était prêt pour l'ultime défi sur 100 m aux Mondiaux de Londres qui se teindront du 4 au 13 août.

Et une fois encore, l'octuple champion olympique de sprint a affirmé qu'il disputerait également le relais 4 X 100 m, mais pas le 200 m, dans la capitale britannique.

«Ma saison a été délicate: j'ai perdu [en avril] mon meilleur ami Germaine Mason [qui s'est tué à moto]».

Ces propos sont une première mise au point pour ceux qui l'avaient déjà rangé au rayon des antiquités après ses prestations médiocres sur la ligne droite chez lui à Kingston (10,03), le 10 juin, et à Ostrava (10,06), en République tchèque, le 28 juin.

«Je me sens nettement mieux qu'en juin. Après Ostrava, je me suis bien entraîné ces deux dernières semaines en Allemagne. On a bien travaillé avec le coach [Glen Mills] et ça m'a permis d'exécuter des choses intéressantes. Le temps est souvent beau à Monaco. Si, par chance, c'est le cas vendredi, je peux être à mon meilleur», a enchaîné le triple recordman du monde (100/200/4 X 100 m).

Optimiste

Bolt a laissé entendre qu'un chrono autour de 9,90 secondes, vendredi, au stade Louis-II, où il ne s'est produit qu'une seule fois auparavant, en 2011, constituerait un bon marqueur sur la route de Londres.

«J'ai vu le docteur [Hans-Wilhelm] Müller-Wolfarth à Munich pour le renforcement du dos. Mon dos, c'est la clé. J'ai une grande équipe qui m'entoure. Le coach, le médecin, auxquels je fais entière confiance. C'est ce qui me permet à mon tour d'avoir cette confiance, cette sérénité», a ajouté le sprinteur jamaïquain.

«Je n'ai pas de doute. J'ai toujours confiance en moi. Je vais aux Mondiaux avec l'idée de gagner», a encore asséné la légende.

Seulement deux accrocs en carrière

La victoire est en lui. Depuis 2008, Bolt (30 ans) n'a pas mordu la poussière dans les différents Jeux olympiques et Championnats du monde qui ont contribué à sa gloire.

Les deux seuls accrocs? Il n'a pu défendre son titre sur 100 m en finale des Mondiaux 2011 à Daegu (Corée du Sud), éliminé pour un faux départ, laissant le champ libre à son compatriote Yohan Blake. Et l'or du relais des Jeux de Pékin lui a été enlevé parce que Nesta Carter a été contrôlé positif après une nouvelle analyse des échantillons.

Les chiffres parlent pour lui. Alors, Bolt ne se formalise pas lorsqu'on lui demande pourquoi le match tant attendu sur 200 m contre le Sud-Africain Wayne van Niekerk, le maître du tour de piste, n'aura pas lieu à Londres. «Non, ce n'est pas que j'ai voulu l'éviter. Je n'ai jamais refusé un défi. Il [Van Niekerk] est jeune et en pleine forme. Simplement nos carrières se sont croisées», remarque Bolt, sourire narquois.

Il y a une fin à tout. «J'ai réussi tout ce que je voulais. Ça me rappelle ce que m'avait dit Michael Johnson quand je m'étais étonné auprès de lui qu'il raccroche en pleine forme. Il m'avait répondu: j'ai réussi ce que je voulais. C'est la même chose pour moi, plusieurs années plus tard.»

Moins d'ambition pour le soccer...

Usain Bolt a mis la pédale douce sur ses ambitions de se faire un nom dans le football professionnel, mercredi à Monaco. «Je ne veux pas me stresser avec ça, même si je n'ai pas totalement évacué l'idée», a expliqué le Jamaïquain. «Repartir s'entraîner dur par tous les temps, se confronter sur le terrain, pour le moment je préfère laisser ça de côté», a ajouté le champion olympique, qui aura 31 ans le 21 août. Ces dernières années, Bolt, grand partisan de Manchester United, avait rappelé sa passion pour le ballon rond et répété qu'il envisageait de devenir footballeur professionnel après sa carrière à succès dans l'athlétisme.

De Grasse coupé à la demande de Bolt

Les championnats mondiaux de Londres seront le dernier rendez-vous entre Andre De Grasse et Usain Bolt. La vedette jamaïcaine s'en est assuré.

De Grasse devait initialement participer à la course du 100 mètres de l'épreuve de Monaco de la Diamond League, vendredi, mais lorsque le gérant de Bolt a demandé à ce que son client fasse partie de la course, les organisateurs ont révoqué leur invitation au coureur canadien.

«L'homme le plus rapide au monde a le droit de choisir qui seront ses adversaires sur le terrain, a soutenu l'entraîneur de De Grasse, Stuart McMillan. Je ne le blâme pas du tout. C'est sa dernière année de compétition et il a seulement participé à deux courses. Je comprends totalement qu'il ne veuille pas accroître la pression avant les Mondiaux. Si quelqu'un détient le droit de choisir qui sera présent sur la piste de course, c'est Bolt.»

De Grasse, qui a remporté ses quatre dernières courses de la Diamond League, dans les épreuves du 100 et du 200 mètres, coursera toutefois avec l'équipe canadienne du relais 4 x 100 m.

Successeur potentiel

Il est rare que tous les meilleurs sprinteurs soient aux grands rendez-vous internationaux, car les organisateurs ne peuvent payer les sommes faramineuses que demandent les athlètes.

De Grasse a remporté trois médailles olympiques à Rio l'été dernier, dont une d'argent derrière Bolt au 200 m et deux de bronze au 100 m et au relais 4 x 100 m. Plusieurs ont vanté l'athlète de 22 ans comme étant le successeur potentiel de Bolt.

Âgé de 30 ans, Bolt prendra sa retraite après les championnats mondiaux, et De Grasse n'a pas caché qu'il aimerait bien battre le numéro un mondial avant que ce dernier ne tire sa révérence.

Le Jamaïcain ne s'est pas incliné une seule fois en quatre ans. Lors d'un 100 m le 10 juin cette année, il a battu un groupe moins relevé en 10,03 secondes, à sa dernière course dans son pays natal. C'était la première fois qu'il participait à une course de 100 m depuis les Jeux olympiques de Rio.

Bolt a été interrogé lors d'une conférence de presse à Monaco sur les jeunes sprinteurs à surveiller. Il a mentionné le nom du Sud-Africain Wayde Van Niekerk.

«J'ai appris à ne pas révéler de noms, parce qu'au fil des ans j'ai constaté que quelques jeunes débutants, peu importe le nombre d'encouragements que tu leur donnes, ne respectent pas les athlètes qui les ont vraiment aidés à paver leur chemin. J'ai donc cessé de spéculer sur mon successeur ou sur la prochaine étoile montante. Toutefois, il y a une personne que je sais qui redoublera d'efforts et c'est Van Niekerk. Il a vraiment démontré qu'il souhaitait prendre ma place, il est dominant à tous les événements.»

Shawn Barber, champion en titre au saut à la perche, Melissa Bishop, médaillée d'argent au 800 m, et Matt Hughes, au 3000 m en course à obstacles, seront les autres Canadiens à Monaco.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer