Une pole à la maison pour Hamilton

Lewis Hamilton salue la foule après avoir réussi... (AP, David Davies)

Agrandir

Lewis Hamilton salue la foule après avoir réussi à décrocher la pole position du Grand Prix de Grande-Bretagne. Ses 67 poles le placent à 1 du record de tous les temps, détenu par Michael Schumacher. Le Québécois Lance Stroll s'élancera de la 15e place.

AP, David Davies

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Silverstone

À travers tous les moments de turbulence dans la vie de Lewis Hamilton, un retour au circuit routier de sa terre natale lui procure une douce certitude.

Pour une cinquième année d'affilée, le Britannique amorcera le Grand Prix de Formule 1 de Grande-Bretagne de la position de tête grâce à un tour de piste record sur le tracé de Silverstone, devant les pilotes Ferrari Kimi Raikkonen et Sebastian Vettel.

Le pilote Mercedes a complété la troisième séance de qualifications avec un temps de 1 minute 26,600 secondes. Raikkonen a inscrit un temps de 1:27,147 tandis que Vettel a fait stopper le chronomètre à 1:27,356.

Valtteri Bottas, meneur au classement des pilotes, a réalisé le quatrième temps (1:27,376) mais il sera décalé de cinq places en vue de la course de dimanche lorsqu'il a été forcé de changer la boîte de vitesses de sa Mercedes.

Devant son public, Hamilton tentera de signer une cinquième victoire en carrière à Silverstone et de renouer avec le podium, dont il a été écarté lors des deux plus récentes étapes de la saison. Et de la façon dont il a négocié le circuit détrempé lors des qualifications, le Britannique a de bonnes raisons de se montrer optimiste.

«J'aime beaucoup les conditions capricieuses, a déclaré Hamilton. Ce sont des conditions typiques de l'Angleterre. C'est ici que j'ai grandi. C'est ce dans quoi j'ai couru, plus jeune, et je m'y sens donc très à l'aise. Aussi, l'équipe a accompli un boulot fantastique. Et quand la piste a séché, les pneus ont réagi à la perfection.»

Par ailleurs, Hamilton a eu droit à un jugement favorable de la part des commissaires de course, qui ont jugé qu'il n'avait pas bloqué la route du Français Romain Grosjean.

«On m'a barré le chemin, a dénoncé Grosjean. Peut-être que s'il s'agissait d'un autre pilote, il y aurait eu une sanction [...] Il semble manquer beaucoup de constance.»

Stroll en arrache

De son côté, le Québécois Lance Stroll, sur Williams, a inscrit le 16e temps, en 1:42,573, mais occupera la 15e case sur la grille de départ en raison d'une pénalité imposée à Fernando Alonso. Son coéquipier Felipe Massa a terminé un échelon devant Stroll, en 1:31,482.

Éliminé à l'issue de la première séance de qualifications, Stroll a fait connaissance avec des conditions qu'il disait n'avoir jamais affrontées jusque-là en F1.

«Ce n'est pas la journée qu'on voulait, a reconnu Stroll. Ç'a été très difficile avec la pluie, puis le temps sec, et on n'a pas pu tout mettre ensemble. Les pneus lisses étaient la bonne stratégie à employer vers la fin, mais on a manqué de temps pour faire la deuxième qualification, a déclaré le Montréalais.

«Les conditions étaient très spéciales et c'était la première fois que je faisais une course en F1 sous la pluie. C'est une nouvelle expérience et ce n'est jamais facile, mais c'est comme ça», a ajouté le pilote de 18 ans.

Malgré les ennuis qu'il a connus samedi, Stroll se croit capable de gagner des rangs pendant l'épreuve de dimanche.

«Tout peut arriver lors d'une course, et nous l'avons fait en Autriche en finissant 10e après être parti de la 18e place, et à Montréal, où nous nous sommes classés en neuvième place», a-t-il rappelé.

Tout près de Schumacher

En réalisant le meilleur temps des qualifications, Hamilton a inscrit la 67e pole position de sa carrière, une de moins que le recordman de tous les temps à ce chapitre, l'Allemand Michael Schumacher.

Debout dans le corridor des puits après la séance de qualifications de samedi, Hamilton savourait les acclamations de ses partisans, de même que les banderoles et les drapeaux de l'Union Jack qui décoraient les estrades.

«Je dois m'assurer de le faire pour ces gens», a déclaré Hamilton.

Le pilote Mercedes a maintes fois salué les spectateurs, à partir du moment où il a quitté son bolide après son chrono d'une minute 26,6 secondes, pendant les entrevues dans les paddocks, puis encore lors de la conférence de presse officielle.

Il semble que Hamilton essayait de dire à quel point il est adoré à Silverstone. Contrairement à Londres mercredi.

Lorsque les nouveaux propriétaires de la Formule 1 ont tenu un événement promotionnel à Trafalgar Square, Hamilton a été l'unique pilote à ne pas y participer et son nom a été accompagné de huées. Depuis, Mercedes a tenté d'étouffer les répercussions négatives.

Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes Grand Prix, ne s'est d'ailleurs pas gêné pour critiquer les médias, affirmant qu'il s'agissait d'une insulte de remettre en doute sa façon de se préparer.

Il a aussi critiqué son homologue chez Red Bull, Christian Horner, l'accusant de montrer «une certaine mauvaise foi» en déclarant au public londonien que seulement 19 des 20 pilotes s'étaient présentés. Sur 10 000 personnes, il y a eu trois huées», a lancé Wolff.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer