Curry fait sauter la banque!

Stephen Curry, qui s'est entendu une minute à... (Archives AP)

Agrandir

Stephen Curry, qui s'est entendu une minute à peine après l'ouverture de la période officielle de négociations de la NBA, a permis aux Warriors de remporter le championnat de la NBA à deux reprises en trois ans.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Rasetti
Agence France-Presse
Los Angeles

Golden State a récompensé vendredi son joueur étoile Stephen Curry qui lui a offert deux championnats de la NBA, en trois ans, avec un contrat historique et mirobolant d'une valeur de 201 M$ sur cinq ans.

Les Warriors n'ont pas perdu de temps : quelques minutes seulement après l'ouverture officielle de la période de négociations des nouveaux contrats de la NBA, samedi à 00h01, ils se sont mis d'accord avec l'agent de Curry.

L'information, révélée par ESPN, n'est pas une surprise, car Curry n'a jamais caché qu'il souhaitait rester à Golden State, mais elle n'en est pas moins historique.

Ce contrat qui ne peut être officialisé avant jeudi, fait de Curry le joueur le mieux payé de l'histoire de la NBA et le premier à dépasser le chiffre des 200 M$

Curry n'est toutefois pas le sportif le mieux payé de la planète, privilège qui revient aux stars du soccer Christiano Ronaldo (58 M$ par année) et Lionel Messi (53 M$).

À 29 ans, le meneur des Warriors va recevoir sur les cinq années à venir un salaire annuel moyen de 40 millions de dollars.

Il va déloger de la première place du classement des joueurs les mieux payés de la NBA la vedette de Cleveland LeBron James qui sera payé la saison prochaine 33,3 M$.

Chevilles fragiles

Pour Curry, c'est un juste retour des choses : son salaire s'élevait jusque-là à 11 M$ par an, mais il avait signé son précédent contrat en 2013, alors que ses dirigeants s'inquiétaient encore de la fragilité de ses chevilles.

Depuis, sous l'impulsion de Curry, redoutable tireur à trois points, Golden State est devenu la référence de la NBA. La franchise d'Oakland collectionne les records, comme celui de la meilleure saison régulière de l'histoire en 2015-16 avec 73 victoires et seulement neuf défaites.

Les Warriors, renforcés par Kevin Durant, ont décroché au mois de juin le titre 2017 en écrasant Cleveland 4 à 1 en finale et en concédant une seule défaite en séries.

Curry ne va pas rester longtemps le seul avec un contrat dépassant les 200 millions de dollars : le joueur étoile d'Oklahoma City Russell Westbrook, élu la semaine dernière meilleur joueur de la saison 2016-17, devrait rapidement l'imiter.

Comme il y a un an déjà, l'intersaison s'annonce mouvementée et riche en mégacontrats.

La NBA traverse en effet une période de prospérité sans précédent. L'explosion des salaires est alimentée par l'entrée en vigueur d'un nouveau contrat de télévision mirifique : la NBA reçoit désormais 2,7 G$ par saison, contre 930 millions aux termes du précédent accord.

Mais les salaires sont plafonnés et régis par une convention collective négociée entre les propriétaires et les joueurs, afin d'éviter les surenchères et les déséquilibres.

173 M$ pour Griffin 

Les 30 franchises de la NBA profitent de la manne financière : les Clippers de Los Angeles ont ainsi réussi vendredi à convaincre Blake Griffin de rester en lui offrant un contrat de cinq ans d'une valeur de 173 M$.

L'équipe rachetée en 2014 pour deux milliards de dollars par le milliardaire Steve Ballmer, ne pouvait pas se permettre de perdre un autre pilier, après le départ en début de semaine de Chris Paul à Houston.

Oklahoma City a de son côté réussi un coup retentissant : le Thunder a recruté, également vendredi, le joueur le plus convoité de l'intersaison Paul George, trop à l'étroit à Indiana.

George avait mis cartes sur table en annonçant à ses dirigeants qu'il quitterait les Pacers en juin 2018 à l'expiration de son contrat.

Plutôt que de le voir partir dans un an, sans aucune contrepartie, les Pacers l'ont échangé contre deux autres joueurs, Victor Oladipo et Domantas Sabonis.

Aux côtés de Russell Westbrook, George, qui émarge à un salaire annuel de 19,5 M$, peut jouer les trouble-fêtes à la saison prochaine, en attendant de signer à son tour un contrat énorme avec Oklahoma City ou plus sûrement avec les Lakers de Los Angeles, qui en ont déjà fait leur priorité pour 2018 avec un certain... LeBron James.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer