Curry ne se rendra pas à la Maison-Blanche

«La question m'avait été posée il y a... (AP, Marcio Jose Sanchez)

Agrandir

«La question m'avait été posée il y a quelques mois, c'était encore hypothétique et j'avais répondu que je n'irais pas si on devait gagner le titre et je ressens la même chose», a expliqué Stephen Curry (au centre), au sujet d'une éventuelle visite à la Maison-Blanche.

AP, Marcio Jose Sanchez

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le meneur-vedette de Golden State Stephen Curry a indiqué mercredi, deux jours après le titre de champion NBA conquis par son équipe, qu'il ne se rendra pas à la Maison-Blanche si le président américain Donald Trump l'y invitait.

«La question m'avait été posée il y a quelques mois, c'était encore hypothétique et j'avais répondu que je n'irais pas si on devait gagner le titre et je ressens la même chose», a expliqué Curry.

«Je suis sûr que c'est une discussion que nous allons avoir entre nous (...) On ne veut pas ternir ce qu'on a accompli cette saison (...) Nous allons nous comporter en étant responsable et faire ce qu'il faut, individuellement ou en groupe», a-t-il ajouté.

Au lendemain du titre remporté par les Warriors lundi contre les Cleveland Cavaliers de LeBron James, plusieurs médias américains avaient indiqué que Golden State avait déjà décidé de ne pas se rendre à la Maison-Blanche, en raison de l'hostilité des joueurs à l'égard de Donald Trump.

La franchise californienne avait publié rapidement une mise au point dans laquelle elle rappelait qu'elle «n'avait pas reçu d'invitation de la part de la Maison-Blanche» et qu'elle «prendrait sa décision quand et si nécessaire».

La tradition veut que le président des États-Unis reçoive dans les semaines, voire les mois, qui suivent son sacre l'équipe qui a remporté le titre dans l'un des grands championnats professionnels nord-américains et dans les très populaires championnats universitaires (NCAA).

Plus tôt dans la journée, l'entraîneur de Golden State Steve Kerr avait indiqué que ses joueurs allaient discuter de cette question.

«Il y a d'un côté le respect pour l'institution, pour notre gouvernement que, je pense, nous devons prendre en considération, quoi que les uns et les autres pensent de la personne en poste», a déclaré Kerr dans un entretien à la chaîne ESPN.

«Ce qui est aussi important, c'est que ce soit les joueurs qui prennent la décision d'y aller ou non», a-t-il poursuivi.

L'entraîneur de Golden State et Curry font partie des personnalités américaines qui ont critiqué Donald Trump depuis son élection.

L'avenir de Curry est à Golden State

Par ailleurs, Joe Lacob, un des copropriétaires des Warriors, a assuré que l'avenir de Curry est avec Golden State. «Nous allons faire tout ce qu'il faudra pour garder Steph ici et pour qu'il soit heureux», a-t-il déclaré au quotidien San Jose Mercury News. «Je sais qu'il veut faire partie de cette équipe, nous voulons qu'il reste avec nous et je n'anticipe aucun problème sur la question.»

Pour la première fois de sa carrière, le joueur étoile de 29 ans sera libre comme l'air à partir du 1er juillet. Selon certains observateurs, les Warriors seraient prêts à lui accorder 200 millions $ pour cinq ans.

Élu meilleur joueur de la NBA en 2015 et en 2016, Curry a joué toute sa carrière avec les Warriors et n'a jamais, pour l'instant, laissé entendre qu'il voulait partir.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer