Début de la deuxième vie pour Sarah-Anne Brault

En plus d'amorcer une maîtrise d'un an en... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

En plus d'amorcer une maîtrise d'un an en finances à l'Université McGill, l'ex-triathlonienne Sarah-Anne Brault est porte-parole du Triathlon international de Montréal, présenté les 5 et 6 août prochains.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Quand j'ai décidé d'arrêter, c'est comme si un gros poids venait de s'enlever de mes épaules. Le chemin s'est ouvert devant moi! Ça fait peur. Ç'aurait fait moins peur d'essayer de continuer, au moins j'aurais su ce qui m'attendait. Mais je me suis vraiment sentie libérée. Je pouvais faire ce que je voulais.»

Sarah-Anne Brault a fini 42e à l'épreuve olympique de triathlon, à Rio, l'an dernier. La native de Beaumont, juste à l'est de Lévis, est porte-parole du Triathlon international de Montréal, présenté les 5 et 6 août prochains.

Occasion d'enfin courir une manche des Séries mondiales de triathlon devant parents et amis, ce prestigieux circuit mondial où elle s'est rangée parmi les 15 meilleures à cinq reprises durant sa carrière, dont une fois quatrième.

Mais non. Elle regardera plutôt la course comme spectatrice. Encouragera ses anciens coéquipiers Amélie Kretz et Tyler Mislawchuk, aussi olympiens, ainsi que les espoirs québécois Alexis Lepage et Charles Paquet, s'ils obtiennent leur entrée.

Brault, elle, est maintenant retraitée. «En ce moment, je serais en Espagne!» s'esclaffe-t-elle, en regardant la pluie qui lèche les fenêtres d'un petit café de la Pointe-Sainte-Foy. À trois pas de chez ses parents, où elle a passé les derniers mois. Depuis qu'elle a mis un terme à une décennie de carrière au sein de l'équipe canadienne de triathlon.

Pas d'Australie pour elle l'hiver dernier, ni d'Espagne cet été. Une routine d'entraînement qu'elle suivait religieusement depuis trois ans et demi, en route vers l'apothéose olympique. Où elle regrette de ne pas avoir produit au maximum de son potentiel, y ayant trimbalé tout le stress et la fatigue des longs mois de qualifications.

Mais la décision de se retirer était d'abord loin d'être claire. Tellement qu'elle a même laissé certains de ses effets à Vitoria-Gasteiz, quartier général basque de son groupe d'entraînement international surnommé les Wollongong Wizards. Une guitare achetée à la boutique de prêts sur gages, un peu de vaisselle.

«Amélie va s'en occuper», assure-t-elle, de son léger accent hérité d'une adolescence à Winnipeg, avouant néanmoins s'ennuyer de l'ouverture de la saison. Mais au fil des ans, les blessures l'ont empêchée de redevenir celle qui avait frôlé le podium à Auckland, en 2014. Et cette fois-ci, elle n'avait pas la force de se réengager pour quatre autres années.

Initier les jeunes au duathlon

Après avoir décroché son baccalauréat en finances à l'Université West Virginia, la voilà qui s'attaque à une maîtrise d'un an à l'Université McGill, à compter de juillet. Elle a déjà fait un stage d'une semaine en assurance, le mois dernier. Et n'a même pas détesté!

«Une job de bureau, c'est moins pire que je ne le pensais!» lance-t-elle en riant. «Tout le monde en parle comme si c'était la fin du monde, mais l'important sera de me garder motivée et de me fixer des buts au travail comme je le faisais en triathlon», explique celle qui a profité d'un programme de stage de l'Institut national du sport du Québec.

Pas facile de retourner en classe à 27 ans. N'empêche que «tout le monde sait ce que c'est, les Jeux olympiques. Ça ouvre quand même des portes», conclut Brault, à la veille de ce nouveau départ.

Avant de partir pour la métropole, elle visite quelques écoles primaires de la région de Québec avec une quinzaine de vélos pour initier les jeunes au triathlon et partager son expérience . En fait, on parle plus ici de duathlon, vélo et course à pied, sans le volet natation.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer