Golden State rebondit après un début de match déasastreux

Kevin Durant des Warriors de Golden State a... (AP)

Agrandir

Kevin Durant des Warriors de Golden State a amassé 34 points, dimanche.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Malgré une première demie catastrophique, les Warriors de Golden State ont eu le dernier mot sur les Spurs de San Antonio 113-111 lors du premier duel de la finale de la conférence de l'Ouest de la NBA, dimanche.

Les Warriors sont toujours invaincus depuis le début des séries éliminatoires. Mais cette victoire a longtemps semblé inaccessible, puisqu'ils ont compté jusqu'à 25 points de retard (44-19).

Les Spurs ont débuté la rencontre tambour battant. LaMarcus Aldridge (28 points) et Kawhi Leonard (26) ont ébranlé leurs adversaires en procurant les devants 12-2 aux Spurs, qui menaient 30-16 après le premier quart. Méconnaissables (34,2 % de réussite au tir), dominés aux rebonds et multipliant les pertes de ballon, les Warriors ont bu la tasse au deuxième quart et ont rallié leur vestiaire avec 20 points de retard (62-42).

Mais Stephen Curry (40 points) s'est réveillé durant la troisième période avec 19 points et la blessure de Leonard a plombé les Spurs : le meilleur marqueur de San Antonio se tordant la cheville gauche à deux reprises.

Sans Leonard, San Antonio a perdu pied en encaissant 16 points de suite sans en marquer un seul. Golden State, grâce aussi à Kevin Durant (34 points), a pris les devants à moins de quatre minutes de la fin et Curry a crucifié San Antonio avec un dernier panier à neuf secondes de la sirène. «Ce sont les séries, le plus important est de gagner», a résumé Curry.  

Popovich fustige Trump

Par ailleurs, l'entraîneur des Spurs, Gregg Popovich, a qualifié le comportement du président américain Donald Trump de «dangereux» pour les États-Unis, après le limogeage du directeur du FBI, James Comey.

«J'ai le sentiment qu'il y a un nuage, un voile sur tout le pays de façon paranoïaque et surréaliste. Cela n'a rien à voir avec la défaite du parti démocrate à l'élection présidentielle, mais au comportement d'une seule personne», a déclaré Popovich, quelques minutes avant le coup d'envoi de la série contre Golden State.

«C'est embarrassant, c'est dangereux pour nos institutions, pour tout ce que nous représentons et pour ce que nous attendons de notre pays», a poursuivi l'entraîneur emblématique des Spurs, en référence à Donald Trump, sans le nommer.

«Pour cet individu, il s'agit d'un jeu télévisé, tout tourne autour de lui, pas de notre peuple ou de notre pays. Chaque fois qu'il prend la parole, il le fait avec ruse, c'est hypocrite, cynique», a regretté «Pop», présenté comme l'un des meilleurs entraîneurs de l'histoire avec ses cinq championnats de la NBA.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer