Hamilton triomphe en Espagne, Stroll 16e

Lewis Hamilton célèbre sa victoire sur le podium.... (AP, Emilio Morenatti)

Agrandir

Lewis Hamilton célèbre sa victoire sur le podium.

AP, Emilio Morenatti

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montmelo

Sebastian Vettel a livré une belle bataille à Lewis Hamilton, mais le pilote Mercedes a eu le meilleur et a remporté le Grand Prix de Formule 1 d'Espagne, dimanche.

Vettel a surpris Hamilton, le détenteur de la position de tête, au premier virage, mais le Britannique a dépassé le pilote Ferrari avec un peu plus de 20 tours à compléter. La stratégie d'arrêts aux puits de Mercedes a donc rapporté, car Hamilton était chaussé de gommes plus fraîches que Vettel, lui permettant d'être plus rapide en piste.

«C'était l'une de mes batailles les plus vives des dernières années. C'est comme ça que le sport doit être, c'est la raison pour laquelle je suis pilote - afin de lutter avec lui [Vettel] pour le championnat, a déclaré Hamilton. Je dois vraiment féliciter et remercier mon équipe. Elle a fait du bon boulot pour la stratégie et les arrêts aux puits.»

Il s'agissait de la deuxième victoire de Hamilton en cinq courses cette saison, et en vertu de ce résultat l'avance de Vettel en tête du championnat des pilotes est passée de 13 à 6 points.

Le triple champion du monde a savouré sa 55e victoire en carrière en F1, et sa deuxième sur le circuit de Catalunya après celle de 2014. Le pilote Red Bull Daniel Ricciardo a complété le podium, son meilleur résultat de la saison.

Le coéquipier de Vettel, Kimi Raikkonen, et le vainqueur de l'épreuve l'an dernier, Max Verstappen, sont entrés en contact dans le premier virage, et ils ont été contraints à l'abandon. L'autre pilote Mercedes, Valtteri Bottas, a aussi dû se contenter d'un rôle de spectateur après que son moteur eut rendu l'âme à la mi-course.

Départ canon de Vettel

Vettel a connu un départ canon de la deuxième place sur la grille, et il a dépassé Hamilton dans le premier virage pendant que la course de son coéquipier prenait fin abruptement derrière.

Partants des quatrième et cinquième positions, Raikkonen et Verstappen sont entrés en contact lorsqu'ils se sont retrouvés coincés dans le premier virage en compagnie de Bottas. Bottas a dérivé sur Raikkonen, qui a heurté Verstappen, et ceux-ci ont vu leur suspension se rompre sous la force de l'impact. «Lorsque j'ai été frappé, ma voiture a légèrement sauté et après ça, je ne la contrôlais plus», a expliqué Raikkonen.

Avant que sa voiture ne rende l'âme, Bottas a aidé Hamilton en «retenant» pendant un certain temps Vettel. Ce dernier l'a éventuellement dépassé, mais entre-temps le Britannique était parvenu à rétrécir l'écart derrière la Ferrari.

Chaude lutte

Les deux rivaux ont de nouveau dû en découdre après que Vettel soit sorti de la ligne des puits quelques pouces seulement devant Hamilton, à la suite de son deuxième arrêt. Ils ont lutté pendant les deux premiers virages, et Hamilton a même dû mettre deux roues hors piste afin d'éviter la collision avec l'Allemand.

C'est à ce moment-là que la stratégie des arrêts aux puits est entrée en jeu. Vettel a utilisé deux trains de pneus rapides avant d'adopter les médiums, qui sont plus durables. De son côté, Hamilton a choisi les gommes moyennes après son premier arrêt aux puits, lui permettant de conclure la course avec ses plus rapides.

«Si nous avions adopté la même stratégie de pneus qu'eux [Ferrari], la course n'aurait probablement pas été aussi excitante, a reconnu Hamilton. En fin de compte, j'ai pu contrôler la dégradation de mes pneus tendres.»

Quelques instants après que Bottas se soit rangé en bordure de piste à la suite de son abandon, Hamilton s'est approché de Vettel grâce à ses gommes tendres. Il l'a éventuellement dépassé au 43tour, et n'a plus jamais regardé derrière par la suite.

«J'étais surpris d'être aussi près de lui après mon arrêt aux puits, a confié Vettel. Je me démenais pour demeurer en tête, mais dès que je me suis retrouvé seul, il m'a juste battu.»

Stroll ne peut résoudre l'énigme espagnole

Lance Stroll n'a jamais pu résoudre l'énigme que représentait le circuit de Catalunya, dimanche, et il a dû se contenter de la 16e place au Grand Prix de Formule 1 d'Espagne.

Le Québécois a pris le dernier rang parmi les pilotes qui ont pu franchir le fil d'arrivée, mais il peut se consoler en se disant qu'il a complété une deuxième course de suite. Stroll avait fini 11e au Grand Prix de Russie, il y a deux semaines.

«Ç'a été une fin de semaine difficile», a résumé Stroll, quelques minutes après la conclusion de l'épreuve. «Je n'étais pas rapide et je ne me sentais pas confortable dans la voiture.»

Néanmoins, le directeur de la haute performance chez Williams, Paddy Lowe, s'est dit satisfait des efforts déployés en piste par son protégé. «(Lance) a terminé la course sans incident, et il a été en mesure d'apprendre beaucoup de choses sur la gestion des pneus et de la course», a-t-il noté.

Puissant vent

Tout au long de la fin de semaine, Stroll a dû composer avec le vent puissant qui balayait le circuit catalan et des problèmes d'adhérence. Le Canadien peut toutefois se consoler, car il n'a pas été le seul à avoir des maux de tête avec les conditions de piste.

En qualifications, samedi, Lewis Hamilton et Sebastian Vettel avaient souligné que les bourrasques - en dépit du ciel ensoleillé et de la chaleur - avaient constitué un défi de taille. Hamilton avait même mentionné qu'un virage devait être négocié de manière complètement différente, tout dépendant du vent.

«Je ne comprends pas, mais nous ne pouvions pas tirer le maximum de la voiture avec les pneus», a déclaré Stroll.

Stroll avait adopté une stratégie de deux arrêts aux puits. Après être entré à son tour aux puits au 13tour pour chausser des gommes tendres, Stroll est retourné en piste en 15e place. Il y est demeuré jusqu'à son deuxième arrêt au 39e tour, pour adopter cette fois-ci les gommes moyennes.

«J'ai connu un bon départ et ensuite, en gommes tendres, je me sentais bien, a d'abord évoqué le principal intéressé. Mais les gommes moyennes... c'était un désastre complètement. Je n'avais aucun rythme, alors j'ai juste commencé à perdre des positions.»

Incapable de garder le rythme

Le pilote de Mont-Tremblant est retourné en piste en 13e place, avant de brièvement grimper au 12e rang à la suite de l'abandon du pilote Mercedes Valtteri Bottas. Stroll n'a toutefois pu garder le rythme et a été dépassé successivement en fin de course par Marcus Ericsson (Sauber), Fernando Alonso (McLaren), Felipe Massa (Williams) et même Jolyon Palmer (Renault).

«Je me suis battu quelques tours avec [Daniel] Ricciardo, puis ensuite avec [Marcus] Ericsson, mais de manière générale, je n'avais pas assez de vitesse, a-t-il répété.»

La recrue de 18 ans devra donc patienter encore au moins une course avant d'inscrire ses premiers points en carrière en F1. Le Grand Prix de Monaco aura lieu dans deux semaines, soit le 28 mai. «Ce sera une nouvelle piste pour moi, et je sais que Monaco n'est pas une piste facile, donc on va voir, a-t-il dit. Mais je crois qu'on devra améliorer la voiture, même si la configuration du circuit risque de provoquer d'autres problèmes que ceux qu'on a eus ici avec les gommes moyennes. Ceci étant dit, j'ai vraiment hâte de rouler là-bas.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer