Belle promotion pour Frédéric Jobin chez Canoë Kayak Canada

En plus d'avoir travaillé avec Mark De Jong,... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

En plus d'avoir travaillé avec Mark De Jong, qui s'est mérité l'or aux Jeux de 2012, Frédéric Jobin a été le coach de Caroline Brunet et Maxime Boilard.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Déjà associé aux sprinteurs de 200 mètres, Frédéric Jobin sera désormais l'entraîneur responsable de l'équipe canadienne masculine de kayak de vitesse, toutes distances confondues. Coup double pour la région de Québec, le Centre national d'entraînement de ce groupe a été octroyé à Lac-Beauport en ce début de nouveau cycle olympique.

Il s'agit d'une promotion pour celui qui a commencé sa carrière d'entraîneur en 1989 au club qui hébergera le groupe. Déjà, les spécialistes de 200 mètres s'y trouvaient et ils seront rejoints par ceux pratiquant aussi la discipline sur 500 et 1000 mètres.

«Il s'agit d'une grosse responsabilité, mais je pense que j'étais rendu là. J'avais demandé au nouveau directeur technique d'avoir un plus grand rôle. Ça faisait six ans que je travaillais avec les gars de 200 mètres, j'étais mûr pour un nouveau défi», expliquait Jobin, samedi, en marge des essais olympiques disputés à Montréal pour déterminer l'identité de ceux qui participeront aux deux premières étapes de la Coupe du monde, en Hongrie et en Serbie.

Nouvelle structure

À la suite de mauvais résultats aux Jeux de Rio (2016), où la délégation canadienne n'a pas grimpé sur le podium, Canoë Kayak Canada a remanié sa structure. Ainsi, Graham Barton rentre au bercail après un séjour de six ans dans l'organisme À nous le podium, où il chapeautait l'équipe nationale de natation.

«Le retour de Graham, qui a déjà été impliqué dans le canoë-kayak, est positif. La grande raison pour laquelle ça va mieux, c'est lui. Au lieu de travailler chacun de leur côté, les gens auront maintenant tendance à le faire dans la même direction. Lorsqu'on a de mauvais résultats, une remise en question s'impose, sinon on ne s'améliorerait pas.»

L'entraîneur de Québec travaillait depuis six ans avec l'équipe de 200 mètres, incluant Mark De Jong, double médaille d'or aux Championnats du monde et médaillé de bronze aux Jeux de 2012. Au fil des ans, il a aussi été le coach de Caroline Brunet au cours d'une période où elle mérité l'argent (2000) et le bronze (2004) aux Jeux olympiques et plusieurs titres mondiaux, ainsi que celui de Maxime Boilard, quatrième aux Jeux de Sydney (2000).

«Je suis privilégié et choyé d'avoir la chance de travailler chez moi, sur un plan d'eau dont la réputation n'est plus à faire. Depuis 1968, il y a eu des représentants de Lac-Beauport aux Jeux olympiques. Le Canada a eu du succès en kayak, mais ils reposaient sur les épaules de Caro, Adam [van Koeverden] et Mark. Si tu veux être puissance mondiale, ça prend plusieurs athlètes. Le problème, c'est qu'on n'a pas été capable de faire de bons bateaux d'équipe par manque de profondeur», précisait celui qui prévoit un groupe de 8 à 10 hommes au Centre national.

Des «locaux» comme Pierre-Luc Poulin, Ryan Cochrane et Hugues Fournel pourraient y être. De Jong reprendra du service en 2018 après sa présente année sabbatique.

Le Centre national de kayak masculin (celui des dames sera à Halifax) devient le quatrième du genre à s'établir à Québec après ceux en patinage de vitesse sur longue piste, ski de fond et ski acrobatique.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer