Raptors: un congé bienvenu

Dwane Casey... (AFP, Vaughn Ridley)

Agrandir

Dwane Casey

AFP, Vaughn Ridley

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Les Raptors de Toronto ont obtenu les trois jours de congé qu'ils espéraient avoir. Et ils en auront besoin.

La formation torontoise a mis fin à sa série de premier tour en battant difficilement les Bucks de Milwaukee 92-89, jeudi soir, lors du sixième affrontement. Ils se mesureront maintenant à un adversaire familier en deuxième ronde : les Cavaliers de Cleveland. La série s'amorcera lundi, au Quicken Loans Arena, où les Raptors n'ont pas remporté un seul match éliminatoire la saison dernière.

«Pour remporter la série, nous devrons gagner une partie à l'étranger et c'est très difficile de signer une victoire à Cleveland», a reconnu l'entraîneur-chef Dwane Casey. «Nous savons ce qui nous attend, mais nous avons quelques jours pour revoir ce que nous avons fait.»

Les Raptor ont pris part à une série éprouvante physiquement contre les Bucks. Jeudi, ils ont évité le pire après avoir laissé filer une avance de 25 points au troisième quart. Casey espère que cette expérience aidera ses hommes lorsqu'ils sauteront sur le terrain à Cleveland.

«Nous devons apprendre de ce qui s'est produit. Savoir que c'est difficile de gagner à l'étranger, c'est ce qui est le plus important.»

Serge Ibaka, qui a été acquis du Magic d'Orlando en février pour jouer dans ce genre de partie, a connu des difficultés à l'attaque à Milwaukee. Il n'a amassé que six points lors du troisième match et seulement sept, jeudi.

«Il doit visualiser le ballon dans le panier», a simplement analysé Casey. «Il joue bien à domicile et je ne dirai pas qu'il joue mal à l'étranger, mais il ne lance pas bien le ballon. Il nous aide toutefois en défensive et au chapitre des rebonds. Nous espérons pour l'aider à retrouver sa confiance.»

Larry Bird démissionne

Peu importe si Ibaka retrouve sa touche à l'étranger, les Raptors pourraient tout de même inscrire plusieurs points contre une brigade des Cavaliers qui a été testée lors de la première ronde des séries. Les Pacers d'Indiana leur ont donné du fil à retordre, même s'ils ont été balayés en quatre rencontres.

Ce balayage a d'ailleurs mené à la démission de Larry Bird comme président des Pacers. Âgé de 60 ans, le légendaire joueur des Celtics de Boston était en poste depuis juin 2013. Bird a entraîné l'équipe de sa région natale de 1997 à 2000, la conduisant en finale en 2000 (défaite 4-2 face aux Lakers). Il en a été le président, puis dg de 2003 à 2012. En proie à des problèmes de santé, il avait quitté son poste pour revenir un an plus tard.

Les Cavaliers, qui ont terminé la campagne à égalité avec les Rockets de Houston pour la pire défensive de la NBA en première demie, ont remporté trois des quatre duels contre les Raptors cette saison. Ces triomphes sont toutefois survenus avant que les Raptors ajoutent Ibaka et P.J Tucker à leur formation.

Les Cavaliers ont aisément défait les Raptors lors de leurs trois affrontements à domicile au cours des dernières séries. Les hommes de Tyronn Lue ont quant à eux gagné leurs sept derniers matchs éliminatoires. Leur séquence s'était amorcée contre les Warriors de Golden State, en finale de la NBA, alors qu'ils tiraient de l'arrière 1-3.  Avec AFP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer