Les voleuses de lunch

Céline Daigle a transmis sa passion pour la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Céline Daigle a transmis sa passion pour la course à ses filles Liu-Anne et Marilou. Depuis un an, leur père, Jean-Pierre Ferland, se laisse aussi porter par l'enthousiasme des femmes de la famille pour cette discipline.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est pour sauver son lunch d'après-course que Céline Daigle a incité ses enfants à courir avec elle. Bon d'accord, pas tout à fait. Et de toute façon, ses filles sont devenues trop rapides et arrivent encore bien avant au sac à casse-croûte.

Mais à voir leur petit gabarit, les soupçons ne se portent pas en premier sur Marilou et Liu-Anne Ferland-Daigle pour ces vols alimentaires de jadis. Le physique de footballeur des jumeaux Liam et Shan laisse davantage présumer le larcin.

Sauf que les garçons n'étaient pas là pour se défendre, dimanche matin, au 5 km Défi du printemps, à l'Université Laval, sorte d'ouverture officielle de la saison de course à pied à Québec. Les quatre autres ont couru l'épreuve en famille : les soeurs dans la vague élite de moins de 25 minutes et les parents dans le groupe intermédiaire.

«Ma mère est un modèle», lance d'emblée Marilou, l'une des meilleures coureuses de la région de Québec, comme en témoigne sa deuxième position dans le volet féminin en 17 min 35,4 s. L'athlète de 25 ans termine sa cinquième et dernière saison d'admissibilité avec le club d'athlétisme du Rouge et Or de l'UL.

La maman, avocate de 59 ans, court depuis une quinzaine d'années et revendique huit marathons à son actif, dont celui de Boston en 2008. Il y a huit ans, c'est elle qui guidait sa fille, alors recrue à cette discipline. Aujourd'hui, c'est l'inverse. L'élève a dépassé le maître, qui a quand même arrêté le chrono du campus à 25:47,5.

Effet d'entraînement

L'adhésion de Liu-Anne s'avère plus récente. «De les voir partir courir ensemble, je restais assise à la maison et je me sentais un peu cheap. Finalement, je m'y suis mise», relate celle qui a enregistré un record personnel de 20:29,8, dimanche. À 27 ans, elle s'améliore vite sous les conseils de sa frangine et l'effet d'entraînement du club Citius mis sur pied par Marilou, à Québec, et son chum, Dany Racine, à Victoriaville.

Marilou se souvient de ses débuts à jogger avec sa mère, ses premières 30 minutes d'enfer. Aujourd'hui, elle se prépare à aller courir un demi-marathon à San Diego, le 4 juin, près de trois ans après avoir remporté le demi-marathon de Québec, son dernier effort officiel de 21,1 km. Épreuve à laquelle sa mère participera de nouveau, cet été, le 27 août.

Et il y a le père, Jean-Pierre Ferland, comme le chanteur, dentiste à la semi-retraite qui depuis un an se laisse porter par l'enthousiasme de sa femme et de ses filles. Dimanche, il a fait 27:25,4.

Une famille tissée serrée avec trois enfants adoptés sur quatre. L'aînée Liu-Anne et les garçons, qui ont le même âge que Marilou, sont tous trois nés à Taïwan. Les filles sont très proches, encore plus depuis qu'elles partagent une passion pour la course, tandis que les jumeaux s'intéressent à la culture japonaise des mangas et des jeux vidéos. Ils ont joué au foot et fait des arts martiaux.

Record pour Comeau

Marilou Ferland-Daigle a quand même fini 50 secondes derrière Anne-Marie Comeau, femme la plus rapide sur le campus dimanche et auteure d'un record de parcours en 16:45,3. L'ex-fondeuse élite de 20 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges a effacé par 10 secondes l'ancienne marque, qui datait de 2014.

Comeau avait fait 16:26 lors d'un 5000 mètres sur piste 10 jours plus tôt et visera à boucler l'épreuve très relevée de 10 km du marathon d'Ottawa en moins de 35 minutes, le 27 mai.

Lepage seul sous 15 minutes

Alexis Lepage a été le seul à franchir les 5 km de course à pied du campus universitaire en moins de 15 minutes, dimanche matin. Le triathlonien émérite de 23 ans de Québec a arrêté le chronomètre à 14 min 51,2 s pour remporter l'épreuve. Il visait toutefois une dizaine de secondes en moins, mais comme sa montre indiquait à l'arrivée 5,07 km, il espérait que 70 mètres de trop ont causé ce retard. Lepage rentre tout juste d'un camp d'entraînement en altitude au Mexique avec le club de triathlon du Rouge et Or. Dans deux semaines, il concourra nage-vélo-course à Richmond, en Virginie, puis fin mai une Coupe du monde, à Madrid. Cette saison, il ambitionne de se qualifier pour les Jeux du Commonwealth d'avril 2018 et souhaite se classer parmi les trois meilleurs coureurs de 23 ans et moins lors du Championnat du monde de triathlon à la mi-septembre, à Rotterdam.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer