GP du Bahreïn: première pole pour Bottas

Valtteri Bottas (au centre) a réussi le meilleur... (AP, Hassan Ammar)

Agrandir

Valtteri Bottas (au centre) a réussi le meilleur temps des qualifications, suivi de son coéquipier chez Mercedes, Lewis Hamilton, et de Sebastian Vettel.

AP, Hassan Ammar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Raphaëlle PELTIER
La Presse Canadienne
SAKHIR

Valtteri Bottas n'a guère attendu pour tenir sa promesse de se rattraper de son «erreur d'amateur» commise au GP de Chine dimanche dernier: le Finlandais de Mercedes a décroché samedi à Bahreïn la première pole position de sa carrière en F1.

«Je suis très, très heureux. C'est ma première pole position, pour ma cinquième saison. Ça a pris quelques courses mais ça y est, et j'espère que c'est la première d'une longue série», a réagi le remplaçant chez les Flèches d'argent du champion du monde en titre et jeune retraité Nico Rosberg.

Ce dernier n'a d'ailleurs pas tardé à féliciter son successeur: «Bravo

@ValtteriBottas pour cette première pole! Super tour! Heureux pour tout le monde chez Merccedes que Valtteri se débrouille bien», a-t-il tweeté.

Jusque-là dans l'ombre de sa star de coéquipier, le triple champion du monde britannique Lewis Hamilton, l'impavide pilote - que son équipe a félicité autant pour sa performance que pour «avoir enfin montré une émotion» - a attendu la nuit bahreïni pour entrer dans la lumière.

Mieux, il lui a volé la vedette pour 23/1000e dans les derniers instants des qualifications, alors qu'Hamilton, vainqueur en Chine, menait la danse depuis la Q1.

Cette première pole intervient une semaine après un dimanche difficile pour Bottas à Shanghai, où il s'est mis à la faute tout seul derrière la voiture de sécurité, au sixième tour, alors qu'il tentait de chauffer ses pneus.

De la cinquième, il avait rétrogradé à la douzième place, pour finalement terminer sixième, promettant à son équipe de «se rattraper lors de la prochaine course». Pas de doute, il est sur la bonne voie.

«Bien sûr, si vous avez eu des difficultés lors de la course précédente, c'est toujours bien de commencer le week-end suivant d'une bonne manière, a d'ailleurs noté le Finlandais. Mais demain est le jour qui compte».

Un peu optimiste...

Calme et tranquille en apparence, Bottas n'est pas moins ambitieux: le «Finntastic» rêve d'inscrire son nom au panthéon des Finlandais champions du monde, après Keijo «Keke» Rosberg (1982), père de Nico, Mika Häkkinen (1998, 1999) et Kimi Räikkönen (2007).

Encore adolescent, celui-ci se donnait cinq ans pour gagner un Grand Prix. Un peu optimiste tout de même. À désormais 27 ans, et après 79 départs depuis 2013, l'ancien pilote Williams est monté sur le podium à 10 reprises, mais jamais encore en vainqueur.

Cette première pole, sous les couleurs de l'écurie triple championne du monde en titre pilotes et constructeurs, lui offre une chance inédite de gravir enfin la plus haute marche.

«Demain pourrait être sa première victoire dans un Grand Prix mais je vais bien sûr  faire le maximum pour gagner la course, a tout de même promis Hamilton, déjà vainqueur en Chine. Mais quoi qu'il arrive, il gagnera à un moment dans la saison, parce que Valtteri progresse sans arrêt.»

L'Allemand de Ferrari Sebastian Vettel, vainqueur du premier GP de 2017 en Australie, devrait aussi se mêler à la bagarre. Il s'élancera dimanche de la deuxième ligne, aux côtés de la Red Bull de l'Australien Daniel Ricciardo.

La troisième ligne sera occupée par leurs coéquipiers respectifs, Kimi Räikkönen et Max Verstappen.

Les difficultés avec son moteur Honda n'ont pas épargné, une fois de plus, Fernando Alonso. L'Espagnol de McLaren, qui a créé la sensation cette semaine en annonçant qu'il courrait les 500 miles d'Indianapolis, en IndyCar, plutôt que le GP de Monaco le 28 mai, a été victime d'une panne qui l'a empêché de disputer la Q2.

Fin de semaine difficile pour Stroll

L'apprentissage se poursuit pour Lance Stroll, qui a éprouvé des ennuis avec ses réglages et n'a pu atteindre la portion finale de la séance de qualifications du Grand Prix de Formule 1 du Bahreïn, samedi.

Stroll, qui a connu des ennuis à trouver de l'adhérence sur une piste reconnue comme étant poussiéreuse et abrasive - elle se trouve au beau milieu du désert après tout -, s'est tout de même dit satisfait de s'élancer de la 12e place sur la grille de départ, dimanche.

«Oui, je suis content, a-t-il assuré. Je ne dirais pas que nous avons éprouvé des ennuis, mais c'est un week-end difficile, ne serait-ce que pour trouver de l'adhérence avec nos gommes. J'ai utilisé deux trains de pneus en Q1, donc il ne m'en restait qu'un seul pour Q2... Mais de manière générale, je crois que j'ai offert un bel effort.

«Douzième, ce n'est pas si mal, a-t-il ajouté. Ce n'est pas ce que nous espérions, parce que je voulais accéder à Q3, mais je suis tout de même satisfait de ma journée. J'ai hâte à demain [dimanche].»

À sa défense, Stroll n'a pu pleinement profiter du temps alloué en Q2, car ses mécaniciens ont travaillé pendant plusieurs minutes sous sa voiture dans les garages de l'équipe britannique. Le pilote originaire de Mont-Tremblant a finalement pu sortir des puits, alors qu'il restait moins de cinq minutes à la séance, et il a signé un chrono d'une minute et 31,168 secondes.

Ce temps l'a relégué à plus de 2 secondes du détenteur de la pole, le pilote de Mercedes, Valtteri Bottas (1:28,769).

«C'était très difficile, surtout pour le train de pneus arrière, et le principal défi consistait à assembler toutes les pièces du casse-tête pour obtenir un bon tour de qualification, a évoqué Stroll. Je m'attends à ce que ce soit la même chose en course dimanche.»

Approche

Interrogé à savoir s'il allait modifier son approche au départ par rapport à la semaine dernière, alors qu'il avait été contraint à l'abandon dès le premier tour à la suite d'un accrochage avec le pilote Force India Sergio Perez, Stroll a indiqué qu'il comptait garder le cap et suivre son plan de match.

«Je vais courir de la même façon qu'à l'habitude, c'est-à-dire de la façon la plus intelligente possible, a-t-il expliqué. Je devrai prendre de bonnes décisions dès le premier tour, et ensuite on verra ce qui se produira.»

Même s'il n'a pas fait aussi chaud que vendredi, les pilotes ont tout de même dû composer avec une température de piste qui a atteint 31 °C en soirée sur le circuit de 5,4 km à Sakhir.

Après avoir été contraint à l'abandon lors des deux premiers Grands Prix en Australie et en Chine, Stroll tentera d'atteindre le fil d'arrivée du Grand Prix du Bahreïn, la troisième escale de la saison de F1, pour la première fois de sa carrière.

«Nous avons joué de malchance lors des deux premières courses, mais ce soir [samedi] nous allons faire nos devoirs et j'espère que je pourrai inscrire mes premiers points au classement demain, c'est certain», a-t-il conclu.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer