Séries de la NBA: turbulence au sommet

La première ronde des séries de la NBA... (AP, Tony Dejak)

Agrandir

La première ronde des séries de la NBA opposera les grands rivaux LeBron James des Cavaliers de Cleveland et Paul George des Pacers de l'Indiana.

AP, Tony Dejak

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Y aura-t-il un troisième épisode consécutif en finale du sulfureux duel entre Golden State et Cleveland? Si les Warriors, sacrés en 2015, abordent en pleine confiance les séries éliminatoires de la NBA qui débutent ce soir, les champions en titre ont perdu de leur superbe en 2017.

Les Warriors sans rivaux?

Pour la troisième année consécutive, les Warriors de Golden State ont fini la saison régulière avec le meilleur bilan (67-15). Mais contrairement à 2015-16 où ils ont réalisé la meilleure saison régulière de l'histoire (73-9), Curry et ses coéquipiers n'ont pas survolé les débats.

Et c'est peut-être bon signe pour la franchise d'Oakland, qui avait abordé les séries de 2016 usée par sa quête du mythique record des Bulls de Michael Jordan.

«Nous ne sommes plus le chasseur, nous n'avons rien à défendre cette saison», a admis Stephen Curry, sacré deux fois joueur par excellence. «On se sent bien, on se sent en confiance, j'ai bien aimé la façon dont on a conclu notre saison régulière».

Les Warriors qui retrouvent au premier tour Portland, balayé 4-1 en demi-finales de conférence en 2016, ont en effet remporté 15 de leurs 16 derniers matchs et ont récupéré Kevin Durant, victime fin février d'une grosse entorse du genou gauche.

Les Cavaliers désarçonnés

Les Cavaliers sont dans le flou: ils ont fini la saison régulière en perdant leurs quatre derniers matches et ont abandonné la première place de la conférence Est à Boston.

Leur mois de mars a été catastrophique et indigne d'un prétendant au titre (7-10) sur fond de fébrilité défensive et d'une politique de renforts inefficace, voire incohérente.

Mais Cleveland a dans son effectif LeBron James, un compétiteur hors-norme qui a disputé les six dernières finales de la NBA! Dix mois après avoir renversé Golden State en finale (4-3), «King James» est confiant.

«Peu importe ce qu'il s'est passé en saison régulière, notre équipe est bien en place, c'est tout que je demande», a insisté le triple champion, opposé en première ronde tour aux Pacers de l'Indiana et à Paul George.

La surprise Boston?

Pour la première fois depuis neuf ans, les Celtics de Boston ont terminé au sommet de la conférence Est. En 2008, les Celtics avaient même remporté leur dernier titre. Mais le 18e sacre de la franchise la plus titrée de l'histoire semble encore très loin.

Si son meneur Isaiah Thomas a réalisé la meilleure saison de sa carrière (28,9 points par match), Boston a montré ses limites contre les équipes physiques et celles du haut du tableau. Les Celtics n'ont pas été gâtés: ils vont affronter les Bulls qui ont certes décroché leur billet pour les séries in extremis, mais qui sont capables, avec Jimmy Butler et Dwyane Wade, de surprendre.

Le choc Westbrook-Harden

C'est l'affiche la plus alléchante de ce premier tour : elle oppose les deux favoris pour le titre de meilleur joueur de la saison, Russell Westbrook, le meneur d'Oklahoma City et James Harden, la vedette de Houston.

Westbrook a affolé les statistiques en saison régulière avec ses 31,6 points par match et ses 42 «triple doubles», nouveau record de la NBA.

Mais il fait tout à Oklahoma City, contrairement à Harden qui, repositionné au poste de meneur par Mike d'Antoni, est le chef cuisinier d'une brigade très efficace, notamment à trois points.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer