Sur la piste de Stroll

Lance Stroll en a impressionné plus d'un depuis... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Lance Stroll en a impressionné plus d'un depuis ses premiers coups de volant.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Montréal

Rares sont les jeunes qui peuvent se permettre de réaliser leur rêve d'enfance aussi vite dans la vie. Mais pour tous ceux qui ont croisé le parcours du Montréalais Lance Stroll depuis ses premiers coups de volant, il n'y avait aucun doute qu'il était promis à un bel avenir en course automobile. Et il est en voie de leur donner raison.

Pour accéder au sommet de la course automobile, le nouveau pilote de l'écurie Williams a gravi les échelons en se montrant compétitif en piste. L'an dernier, il est d'ailleurs devenu le plus jeune champion de Formule 3 de l'histoire, signant 14 victoires en 30 départs.

«J'ai beaucoup progressé, et je pense que j'ai atteint le niveau de pilotage que je visais», a-t-il mentionné après s'être adjugé le titre en F3 en 2016. «Je suis parvenu à comprendre le fonctionnement de la F3 - une série qui a la réputation d'être casse-cou - , et c'est la raison pour laquelle j'ai triomphé avec un tel écart. Par contre, mon apprentissage n'est pas terminé, car il faut toujours s'adapter à une nouvelle catégorie.»

Dans son cheminement, il a aussi bénéficié du soutien indéfectible de son père, Lawrence, un véritable mordu de course automobile et grand amateur de Ferrari. Celui-ci n'a pas hésité à piger dans son importante fortune pour donner les moyens à son fils de concrétiser son rêve.

Certaines sources estiment que Lawrence Stroll, qui a fait fortune dans l'industrie de la mode, a dépensé au moins 40 millions $US pour assurer un volant en F1 à son fils. Si le jeune pilote convient que l'appui financier de son père a été jusqu'ici essentiel à sa carrière de pilote, il insiste pour ajouter qu'il a aussi dû faire ses preuves en piste.

«C'est sûr que c'est important d'avoir des commanditaires en F1, parce que comme on peut le voir, il y a plein de bons pilotes qui se cassent les dents parce qu'ils n'ont pas les reins assez solides. Ça ne devrait pas être comme ça, mais ça l'est, alors c'est bien d'avoir des appuis.»

Le talent ne s'achète pas

L'argent ne fait toutefois pas foi de tout, même en F1. Il ne permet pas d'acheter le talent. Et aux yeux de nombreux observateurs, Lance n'en manque pas.

Vince Loughran, le directeur général du circuit de Mont-Tremblant, qui est la propriété de Lawrence Stroll, se souvient que le jeune Lance lui a fait impression très tôt. Et au fil des ans, celui qui compte plus de 42 ans d'expérience en course automobile, a vu passer à Mont-Tremblant des pilotes bien connus qui ont atteint la F1.

«Je travaillais déjà au circuit de Mont-Tremblant à l'époque où Gilles Villeneuve était venu prendre ses cours de pilotage [en 1973]. J'ai aussi vu son frère, Jacques, et son fils, Jacques, suivre des cours de pilotage ici. C'est l'une de nos fiertés. Et maintenant, c'est au tour de Lance.»

À la demande de Stroll père, Loughran lui a aménagé une piste temporaire, en bordure de la véritable, faite de cônes orange et de murets de karting en pneus recyclés. Même si Lance souhaitait d'abord et avant tout s'amuser, Loughran a dit avoir remarqué dès cette époque qu'il présentait des qualités inhabituelles pour un pilote.

«Nous avons vu à cet âge-là qu'il adorait la course automobile. Vous savez, dans une de ses biographies récemment publiées, on a demandé à Wayne Gretzky de commenter l'importance de s'entraîner pour connaître du succès. Il avait répondu : "Pourquoi me parlez-vous d'entraînement? J'adore le hockey!" Donc c'est un peu la même chose pour Lance, c'était simplement le fun pour lui.»

Puis, la carrière de Stroll a été prise en charge par Hugo Mousseau, un passionné de sport automobile originaire de Beloeil qui l'a rencontré en 2008 alors qu'il était instructeur de course chez SH Karting à Mont-Saint-Hilaire.

«Son père m'avait approché pour le superviser, puis de là, Lance et moi, nous avons connecté», se souvient Mousseau. «Il était timide lorsqu'il était jeune; il ne discutait pas de tout ce qui se passait dans sa tête. Mais il a changé et a commencé à communiquer davantage lorsque je l'ai pris en charge. Il a appris à ne pas blâmer quelqu'un d'autre pour ses revers, et c'est ce qui lui a permis de progresser aussi rapidement.

«Il a compris très tôt qu'il devait travailler tant d'heures par jour pour atteindre tels résultats. C'est un peu comme Carey Price : il ne peut se fier uniquement sur son talent. Il doit travailler sans arrêt pour s'améliorer. Il est également très intelligent, c'est-à-dire qu'il comprend ce qu'il doit faire et sait partager l'information avec les bonnes personnes, comme son ingénieur de course, par exemple.»

Des petits blocs de bois

Entre-temps, vers l'âge de 12 ans, alors que sa passion pour le sport automobile se développait, Stroll s'est inscrit à l'école de pilotage Jim Russell. Le pilote de course Jean-François Dumoulin, également instructeur de pilotage, se souvient très bien de sa première rencontre avec lui. Et surtout des petits blocs de bois qu'il a dû ajouter aux pédales pour qu'il puisse conduire.

«Un jour, Lance est arrivé dans un groupe de huit jeunes pour apprendre à piloter des voitures de type Formule - celles qui viennent après les karts - et dès le départ, j'ai été agréablement surpris de constater qu'il était déjà assez mature pour son âge. Il côtoyait des jeunes de 14, 15 et même 16 ans, et malgré cela il a été l'un des plus réceptifs dans le groupe au moment de lui offrir des conseils.

«Déjà, il écoutait beaucoup et posait de bonnes questions. De plus, pendant l'école de trois jours, il a systématiquement terminé dans le top, ce qui était impressionnant compte tenu de son âge. Ensuite, je l'ai revu quelques fois, à chaque été.»

Le reste appartient à l'histoire. Après s'être installé à Genève avec sa famille et s'être joint à l'Académie Ferrari en 2010, Stroll a multiplié les courses de karting aux quatre coins de l'Europe. Il a ensuite gradué en monoplace en 2014 et participé au championnat de F4 en Italie au sein de l'écurie italienne Prema PowerTeam, avant d'obtenir un volant en F3, où il s'est rapidement acquis la réputation de pilote agressif et rapide.

Le directeur de l'équipe, René Roisin, n'avait pas manqué de souligner sa progression rapide à l'issue de sa première saison. «Débutant dans une compétition aussi exigeante, il a ébloui les autres recrues de sa classe et s'est également battu face à des rivaux bien plus expérimentés, prouvant qu'il est prêt pour l'étape suivante», avait-il avancé au site Internet motorsport.com. «Je suis sûr qu'il a tout ce qu'il faut pour obtenir des résultats plus brillants et se battre pour la couronne de F3 la saison prochaine.»

Sa prédiction s'est avérée. Stroll est devenu en octobre dernier le premier champion nord-américain de F3 européenne. Et de surcroît, le plus jeune de l'histoire à accomplir l'exploit.

Massa pas un mentor

Felipe Massa sera le coéquipier de Lance Stroll... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Felipe Massa sera le coéquipier de Lance Stroll chez Williams.

Photothèque Le Soleil

Déjà familier avec l'environnement de Williams, puisqu'il avait intégré le programme de développement de l'équipe dès 2015, Lance Stroll retrouve un visage familier dans l'écurie britannique : Felipe Massa. Le Brésilien, qui a reporté son projet de retraite après le transfert du Finlandais Valtteri Bottas chez Mercedes à la mi-janvier, connaît le jeune Québécois et son père Lawrence depuis longtemps déjà.

«C'est étrange, parce que la première fois que je l'ai rencontré, il était âgé de huit ans. De plus, ça fait longtemps que je connais son père. Ça remonte à l'époque où je pilotais pour Ferrari et que Lance était à l'Académie.»

Questionné à savoir s'il allait servir de mentor à Stroll, le Brésilien de 35 ans a grimacé et remis les pendules à l'heure. «Nous sommes coéquipiers, mais c'est certain que je veux être devant lui. Ceci étant dit, ça ne m'empêchera pas de lui transmettre de l'information, surtout si ça peut lui permettre de progresser. Je vais essayer de l'aider du mieux que je le peux, parce que c'est dans ma nature. Je sais qu'il a du talent et qu'il peut apporter beaucoup à l'équipe. Donc c'est bon pour l'équipe et c'est bon pour le championnat.»

Compétition positive

Stroll a lui-même tenu à dire qu'il ne fallait pas étiqueter Massa comme étant «le grand frère» qui lui permettra de s'acclimater à la F1. «Ce n'est pas un mentor. Je sais que j'ai déjà dit ça dans une entrevue, mais peut-être que les gens ne m'ont pas compris. Il n'est pas ici pour me "chaperonner".

«Ceci étant dit, il a de l'expérience et c'est un pilote que je peux regarder et écouter lors des briefings afin d'apprendre de nouvelles choses. De plus, ce que je trouve bien, c'est qu'il sait que nous travaillons pour l'équipe, et que ce ne doit pas être une guerre entre nous. Mais la compétition entre nous est positive pour l'équipe, car elle nous permettra de nous surpasser. Donc c'est super d'avoir Felipe au sein de l'équipe. Il est rapide, il est content d'être ici et il est motivé.

«Mais tout de même, je ne peux compter sur lui. Je dois faire mon travail et rouler le plus rapidement possible. Donc, j'ai hâte que ça commence, parce que j'ai assez parlé, et maintenant il est temps de rouler.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer