Un Québecois au «Crashed Ice dans l'eau»

Nicolas Knap lors du Morocco Swim Trek 2016,... (Fournie par Nicolas Knap)

Agrandir

Nicolas Knap lors du Morocco Swim Trek 2016, au Maroc, une épreuve de 30 km par étapes. Samedi, il sautera avec quelques centaines d'autres nageurs dans les eaux glaciales des Maryhill Locks, un canal qui traverse Glasgow en Écosse, pour une course comportant des obstacles.

Fournie par Nicolas Knap

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après 14 ans de retraite, Nicolas Knap a replongé tête première dans la nage en eau libre, l'an dernier. Voilà que le résident de Québec s'attaque samedi aux Red Bull Neptune Steps, à Glasgow, une compétition aquatique cousine du Crashed Ice.

«C'est une course de natation en eau libre avec des obstacles. Avec un format éliminatoire. Un peu un mélange de Spartan Race et de Crashed Ice», a expliqué Knap, mardi, juste avant de quitter Québec.

Le Français d'origine de 43 ans fera partie d'un peloton de 400 braves qui sauteront dans les eaux glaciales des Maryhill Locks, un canal qui traverse la plus importante ville d'Écosse. Où on n'annonce pas plus que 10 °C, samedi.

L'épreuve consiste à remonter un parcours de 420 mètres garni de sept écluses pour une montée verticale totale de 10,5 mètres. Couloirs ou bassins séparés par des filets de cargo, échelles et murs d'escalade.

Trois rondes éliminatoires feront passer le nombre de compétiteurs masculins élites de 240, à 56, à 20 pour la grande finale.

«J'ai vu des vidéos des deux premières présentations, ça se monte dessus! Je pense que ça va être très chaud, même si l'eau est froide. Le chemin se rétrécit aux obstacles et on ne peut pas passer à 40 de front», affirme celui qui voit peut-être dans ce genre d'événement l'avenir de la discipline de nage en milieu naturel.

Combinaison obligatoire

Knap a fait partie de l'équipe nationale de France de nage en eau libre durant six ans, terminant entre autres 10e au Championnat du monde. Il a traversé trois fois le lac Memphrémagog et n'a pas complété sa seule tentative de traversée du lac Saint-Jean, pour cause d'hypothermie.

Il maintient néanmoins que l'utilisation d'une combinaison, obligatoire à Glasgow, dénature son sport. L'argent des commanditaires impose davantage cette règle que la sécurité des nageurs, croit-il.

Knap s'entraîne au PEPS de l'Université Laval avec le préparateur Galdric Baisset, ancien porteur de ballon du Rouge et Or football et spécialiste du rugby. Des opérations aux épaules dans les dernières années limitent Knap dans ses mouvements hors de l'eau, mais rien pour freiner son audace et son penchant pour les défis inédits.

Retraité au tournant de la trentaine après sa carrière comme nageur de pointe, à cause de ce qu'il qualifie de syndrome post-traumatique, il a repris l'action en janvier 2016. Sa première compétition de retour a été le Morocco Swim Trek, au Maroc, une épreuve de 30 km par étapes. 

Après les Neptunes Steps, son prochain projet est d'amener un groupe de nageurs faire le parcours du prisonnier et s'évader de l'île d'Alcatraz, le 4 juin.

Il rappelle que le Canada a longtemps été une grande nation de natation en eau libre avec le premier champion du monde de l'histoire sur 25 km, Gregory Streppel, en 1994, ainsi que la médaille de bronze olympique (10 km) de Richard Weinberger, en 2012.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer