Mikaël Grenier roulera en endurance sur Lamborghini

Le pilote originaire de Stoneham Mikaël Grenier passe... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le pilote originaire de Stoneham Mikaël Grenier passe dans la catégorie pro-am au volant d'une Lamborghini, après une saison en série sprint sur Porsche Carrera.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une saison en série sprint sur Porsche Carrera, Mikaël Grenier fait le saut au volant d'une Lamborghini dans un championnat de courses d'endurance. Le pilote automobile de 24 ans de Stoneham s'alignera pour sa deuxième année en Europe au départ des cinq épreuves d'endurance du Championnat Blancpain.

Monza, Silverstone, Paul-Ricard, Spa-Francorchamps et Barcelone. Le Québécois roulera sur certains des circuits les plus prestigieux du Vieux Continent aux commandes de sa Lamborghini Gallardo de type GT3 (grand tourisme de niveau 3). Véhicule qu'il partagera à chaque compétition avec deux autres pilotes, soit un professionnel et un amateur non classé, dans la catégorie pro-am.

L'épreuve phare belge de Spa dure 24 heures, tandis que l'escale française prendra autour de six heures (1000 km). Les trois autres, Italie, Angleterre et Espagne, seront d'une durée de trois heures chacune. Le calendrier s'étend du 13 mars, pour les premiers essais, au 1er octobre, dernière course. Le premier départ officiel sera donné le 23 avril, à Monza.

«C'est un genre de course différent de ce à quoi je suis habitué», admet Grenier, qui passe du sprint à l'endurance et d'un peloton monotype, en Porsche, à une concurrence composée de 18 modèles de voitures provenant de 11 manufacturiers. Ces bolides sont par-dessus tout plus rapides que ce qu'il conduisait l'an passé.

«Ce programme peut me faire courir avec Lamborghini pour plusieurs années. J'ai un contrat d'un an, mais à moi d'apprendre et de montrer que je peux rester dans un championnat d'endurance», fait-il valoir, sans toutefois révéler l'identité de son écurie avant l'annonce officielle de celle-ci.

On la devine italienne, lui qui est basé dans ce pays quand il est en Europe; aussi en raison du constructeur, Lamborghini, dont il a rencontré les responsables du volet course en janvier, à Bologne. Grenier a développé des relations de confiance durant toute la saison dernière, quand il roulait dans un championnat tout italien.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer