Hamilton et Rosberg en première ligne à Abou Dhabi

Nico Rosberg est toujours en tête du championnat... (AP, Luca Bruno)

Agrandir

Nico Rosberg est toujours en tête du championnat des pilotes de F1. Toutefois, l'Allemand doit absolument terminer sur le podium en cas de victoire de son coéquipier Lewis Hamilton (à droite), qui accuse seulement 12 points de retard.

AP, Luca Bruno

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Abou Dhabi

C'est le «scénario parfait», selon Toto Wolff, le directeur de l'écurie Mercedes : Hamilton et Rosberg, en quête d'un titre mondial, partiront dimanche sur la première ligne du Grand Prix d'Abou Dhabi de F1.

C'est la 61e pole position d'Hamilton, dont 12 cette saison contre huit pour Rosberg. Il prendra le départ avec 12 points de retard sur l'Allemand au classement du Championnat du monde. Celui-ci devra absolument finir sur le podium si l'Anglais gagne.

«Le but est toujours le même, gagner cette course», a réagi Hamilton, neuf fois victorieux en 2016, comme Rosberg. À la fin de la séance de qualifications, les deux rivaux ont amélioré leur chrono de trois dixièmes de seconde, coup sur coup, dans leur dernier tour lancé. Mais l'écart entre eux est resté le même qu'après leur première tentative, au début de la dernière portion (Q3) : trois dixièmes.

«Je ne pouvais pas aller plus vite aujourd'hui, mais ça ne change rien à mon objectif de dimanche : gagner la course», a dit Rosberg, visiblement un peu déçu de sa performance sur ce circuit de Yas Marina où il visait une troisième pole position d'affilée. L'an dernier, il a même gagné, mais ça ne comptait pas car Hamilton était déjà champion depuis le GP des États-Unis à Austin.

«J'étais en contrôle total», a aussi dit Hamilton, seul pilote à être passé samedi sous la barre des 99 secondes au tour (1:38,755), à 202 km/h de moyenne. Grâce à une Mercedes «très bien réglée, le résultat du travail incroyable réalisé par mes ingénieurs et mes mécaniciens», a ajouté le triple champion du monde. Depuis 2007, ce sera la 105e fois qu'il démarre sur la première ligne en 188 GP.

«Nous restons fidèles à nos principes, à nos valeurs, car cela nous a été très utile depuis trois ans, a résumé Toto Wolff. Nos pilotes connaissent les règles de conduite, nous ne voulons pas intervenir. Ils seront libres de se bagarrer sur la piste, comme à chaque Grand Prix, même s'il y a un gros enjeu.»

Préparation en famille

Le départ sera déterminant, encore plus pour Rosberg que pour Hamilton, idéalement placé pour s'échapper en tête, car il doit éviter à tout prix de se retrouver dans un peloton de chasse, au milieu des Red Bull et des Ferrari, avec des risques d'accrochage. Sur ce circuit de Yas Marina, l'Allemand devra être aussi prudent que son père Keke. Le Finlandais moustachu n'a gagné qu'un seul GP en 1982 quand il a été sacré champion du monde dans une Williams... aux couleurs de l'Arabie Saoudite.

«Nico se prépare en famille, Lewis avec ses amis. Ce sont de grands sportifs et ce sera un final palpitant pour une saison fantastique», espère Wolff.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer