Julie Labonté à la retraite

Julie Labonté passe à une autre étape de... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Julie Labonté passe à une autre étape de sa vie en mettant un terme à sa carrière comme spécialiste du lancer du poids. Installée à Tucson en Arizona, elle travaille dans le domaine de l'informatique.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Spécialiste du lancer du poids, Julie Labonté a annoncé sa retraite de la compétition, dimanche, à l'occasion d'une publication sur sa page Facebook. Originaire de Sainte-Justine, la sportive de 26 ans estimait que le temps était venu pour tourner la page sur une carrière de plus de 10 ans.

«Après quelque temps de réflexion, j'ai décidé d'accrocher mes souliers et de passer à une autre étape de ma vie. J'ai décidé de suivre mon coeur et de respecter comment je me sentais depuis quelque temps», écrivait-elle dans son mot.

Rejointe à Tucson, où elle vient d'obtenir un emploi à temps plein dans une compagnie d'informatique en lien avec Cogeco, elle raconte que la passion n'est plus aussi grande qu'à ses plus belles années.

«J'ai repris l'entraînement au mois d'août, mais je ne tirais plus autant de satisfaction de retomber dans cette routine. J'ai pris un peu de recul, discuté avec mes proches, et convenu que je devais tourner la page sur ce chapitre de ma vie», a-t-elle dit au Soleil, lundi.

Julie Labonté a participé aux Jeux olympiques de Londres, en 2012, y terminant en 22e position. Elle revendique aussi une médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth de 2014 à Glasgow, en Écosse. Produit de l'Université de l'Arizona, elle avait réussi un record canadien en 2011 avec un lancer de 18,31 mètres, une marque qui tient toujours.

«J'ai de très beaux souvenirs. La vie d'athlète n'est pas facile, mais je me sens choyée d'avoir pu continuer ma passion aussi longtemps. À ma famille, mes ami(e)s, entraîneurs, commanditaires et supporteurs, un gros merci pour votre dévouement pendant ces 10 ans», a indiqué celle qui n'avait pu se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio, au Brésil, terminant troisième des essais canadiens disputés à Edmonton.

Des hauts et des bas

«Il y a eu des hauts et des bas, mais je suis super contente de mon parcours et toutes ces expériences vont m'aider dans l'avenir. Il m'est difficile de dire si ma décision aurait été la même si j'étais parvenue à me qualifier pour les JO de 2016, car ce n'est pas arrivé. Je ne suis pas prête à dire que ç'a été une déception, car deux mois avant les essais, j'avais dû changer ma technique de lancer. Dans mon sport, c'était comme repartir à zéro.»

En plus des Jeux olympiques, elle a participé au fil des ans au Championnat du monde jeunesse, aux Mondiaux juniors, aux Jeux de la Francophonie, au Championnat du monde de 2011 à Daegu (Corée du Sud), aux Universiades de 2013 et aux Jeux panaméricains de Toronto, en 2015. En parallèle, Julie Labonté a aussi été présente sur le circuit de la NCAA et aux Championnats canadiens seniors de 2006 à 2016.

Récemment, elle a reçu le mandat d'entraîner personnellement un jeune de l'Écosse et envisage d'obtenir sa certification de coach en musculation. À 26 ans, les perspectives de gagner sa vie avec l'athlétisme étaient minces.

«Si tu es Usain Bolt, c'est bien; si t'es Julie Labonté, tu es chanceuse si tu fais un peu d'argent à la fin de l'année», rigolait celle qui veut apprivoiser son nouvel emploi, sans toutefois écarter un éventuel retour au Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer