Élection de Trump: Allyson Felix rassure des responsables de l'olympisme

La sprinteuse Allyson Felix a déclaré aux responsables... (AP, Matt Dunham)

Agrandir

La sprinteuse Allyson Felix a déclaré aux responsables de l'olympisme qu'ils ne devraient pas s'inquiéter de l'élection de Donald Trump comme prochain président des États-Unis quand ils envisagent la candidature de Los Angeles pour les Jeux d'été de 2024.

AP, Matt Dunham

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Doha

La sprinteuse américaine Allyson Felix a déclaré devant des responsables de l'olympisme qu'ils ne devraient pas s'inquiéter de l'élection de Donald Trump comme prochain président des États-Unis quand ils envisagent la candidature de Los Angeles pour les Jeux d'été de 2024.

Felix était la principale intervenante de Los Angeles lorsque le comité de candidature a effectué sa première présentation publique lors d'une réunion importante des dirigeants de comité national olympique de partout dans le monde. Paris et Budapest, en Hongrie, sont les deux autres villes candidates.

Cette présentation a eu lieu une semaine après la victoire de Trump aux dépens de Hillary Clinton aux élections présidentielles américaines. Les commentaires tranchés de Trump pendant sa campagne à propos des musulmans et des Mexicains ainsi que ses intentions en matière de politique étrangère pourraient contrarier certains des 98 membres du CIO, qui représentent un large éventail de pays et de milieux culturels et religieux.

Félix, une Afro-Américaine de Los Angeles qui a remporté six médailles d'or et trois médailles d'argent aux Jeux olympiques, a été choisie par l'équipe de candidature de la ville de la Californie pour aborder ces préoccupations à l'Assemblée générale des comités nationaux olympiques.

«Nous venons de terminer notre élection présidentielle, et certains d'entre vous peuvent remettre en question l'engagement de l'Amérique à ses principes fondateurs, a déclaré Felix. J'ai un message pour vous : s'il vous plaît, ne doutez pas de nous. La diversité des États-Unis est notre plus grande force.»

Felix a déclaré que l'Amérique «a besoin des Jeux pour aider à rendre notre nation meilleure, maintenant plus que jamais».

Elle a soulevé la question de la race et de l'esclavage pour expliquer l'histoire et la diversité du pays. «Nous sommes aussi une nation avec des personnes comme moi, des descendants de gens qui sont venus en Amérique, non pas de leur propre gré, mais contre, a déclaré Felix. Mais nous ne sommes pas une nation qui s'accroche à notre passé, peu importe qu'il soit glorieux ou pénible. Les Américains ont leur regard tourné vers l'avenir.

«Je crois que Los Angeles est un choix parfait pour les Jeux de 2024, parce que le portrait de notre ville reflète celui du mouvement olympique lui-même», a-t-elle ajouté.

Maire démocrate

Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, un démocrate qui était un éminent partisan de Clinton, a également repris le thème dans ses commentaires aux délégués, disant que sa ville peut offrir des jeux «transformateurs».

«Je vois une Amérique qui reste activement engagée dans le monde, a-t-il dit. Je vois une Amérique tournée vers l'extérieur, prête à jouer son rôle aux côtés de la communauté internationale pour relever les défis les plus pressants de notre monde.»

Los Angeles, qui a accueilli les JO en 1932 et en 1984, cherche à obtenir les Olympiques d'été aux États-Unis pour la première fois depuis ceux d'Atlanta en 1996. New York et Chicago ont respectivement échoué dans leur tentative d'organiser les Jeux olympiques en 2012 et 2016.

Budapest et Paris ont également fait une présentation à l'assemblée, mardi.

L'assistance à Doha comprenait des représentants de 205 comités olympiques nationaux, des dizaines de fédérations sportives internationales et, plus important, des dizaines de membres du Comité international olympique, qui voteront pour le choix de la ville hôte en septembre 2017 à Lima, au Pérou.

Scandale du dopage russe et JO de Rio: Bach défend les décisions du CIO

Thomas Bach s'est montré résolu à contrer la... (AP, Eugene Hoshiko) - image 3.0

Agrandir

Thomas Bach s'est montré résolu à contrer la perception négative du public à l'égard du mouvement olympique à la suite d'une année turbulente de crises autour du dopage, de l'accumulation des problèmes à Rio et les préoccupations persistantes sur les coûts pour accueillir les Jeux.

AP, Eugene Hoshiko

Le président du CIO, Thomas Bach, a défendu sa gestion du scandale du dopage russe, s'est attaqué aux critiques des Jeux olympiques de Rio et a prétendu qu'aucune ville n'aurait déposé sa candidature aux Jeux de 2024 sans son programme de réformes Agenda 2020, qui vise à réduire le coût de l'organisation des Jeux et insiste sur l'utilisation autant que possible d'installations existantes et temporaires.

Dans son discours prononcé à l'assemblée générale de l'Association des comités nationaux olympiques, Bach s'est montré résolu à contrer la perception négative du public à l'égard du mouvement olympique à la suite d'une année turbulente de crises autour du dopage, de l'accumulation des problèmes à Rio et les préoccupations persistantes sur les coûts pour accueillir les Jeux.

Bach a cité les grands titres des médias dans les mois qui ont précédé les Jeux de Rio concernant la sécurité, la qualité de l'eau, le virus Zika et les allégations de dopage avec le concours de l'état en Russie. En faisant un rapprochement avec la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines la semaine dernière, Bach a affirmé que les Jeux de Rio constituaient une «étude de cas» de la différence «entre l'opinion transmise dans les médias et l'opinion publique» et «entre perception et réalité».

Un grand succès

Bach a affirmé que les Jeux de Rio ont été un grand succès, évoquant le record de téléspectateurs mondialement et l'intérêt des médias sociaux. Mais il n'a pas fait mention des gradins vides et des pépins organisationnels qui ont également ponctué l'événement. Bach a déclaré que le succès des Jeux était un «miracle» à la lumière de la grave récession et de la tourmente politique que le Brésil a traversées.

Il s'est également efforcé de défendre la décision du Comité international olympique de ne pas imposer une suspension complète de la Russie des Jeux, soutenant qu'il a reçu le soutien de dizaines de dirigeants mondiaux sur la question.

L'Agence mondiale antidopage (AMA) avait demandé une interdiction complète à la suite d'un rapport de l'enquêteur Richard McLaren qui détaillait le dopage systématique avec l'aide de l'état en Russie. Le CIO s'en est plutôt remis aux fédérations sportives internationales pour déterminer quels athlètes russes pouvaient concourir.

Bach a dit avoir rencontré de nombreux chefs d'état et de gouvernement depuis les Jeux et tous ont soutenu la position du CIO. «Ils ont apprécié et reconnu que nous n'avons pas pris une décision politique, mais nous avons pris une décision dans l'intérêt du sport et dans le respect d'équité pour les athlètes propres et la protection des athlètes propres dans le monde», a-t-il ajouté. 

Le rapport final de McLaren doit être publié le mois prochain. Deux commissions du CIO examinent également ces allégations, qui pourraient mener à des appels à des sanctions contre la Russie pour les Jeux d'hiver de 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud.  AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer