Un jeune quilleur de Québec brille au US Open

Constant comme une horloge depuis ses débuts professionnels... (Fournie par la Professionnal Bowling Association)

Agrandir

Constant comme une horloge depuis ses débuts professionnels en janvier, le jeune quilleur François Lavoie a poursuivi sur sa lancée au US Open où, après sa partie parfaite de 300 en demi-finale, il a livré un 228.

Fournie par la Professionnal Bowling Association

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La vie de François Lavoie s'est transformée en un véritable tourbillon médiatique depuis mercredi. À 23 ans, le quilleur de Québec a inscrit une partie parfaite en demi-finale du US Open en route vers une éclatante victoire au plus prestigieux tournoi de la Professionnal Bowling Association (PBA), qui se tenait au South Point Bowling Plaza, à Las Vegas.

En remportant ce titre, Lavoie est devenu seulement la deuxième recrue à enlever un tournoi majeur - l'Ontarien Graham Fach avait gagné le Barbasol PBA Players Championship en février - au cours des 57 ans d'histoire de la PBA. Il est également devenu le premier Canadien, et seulement le deuxième joueur international après le Finlandais Mika Koivuniemi en 2001, à remporter le US Open.

«Depuis mercredi, ç'a été assez fou! Ce n'est pas la première fois dans ma carrière que j'inscris une partie parfaite. En même temps, je ne suis pas du genre à compter le nombre de parties parfaites que j'ai faites. Je dirais que j'en ai peut-être une trentaine à mon actif. Sauf qu'au US Open, c'était la première fois de l'histoire du tournoi que ça arrivait dans les rondes finales, qui étaient télédiffusées à CBS Sports», a raconté le produit du meilleur programme de sport-études en quilles aux États-Unis, Wichita State University, dont il est diplômé en administration des affaires depuis décembre.

Constant comme une horloge depuis ses débuts professionnels en janvier, Lavoie a poursuivi sur sa lancée au US Open où, après sa partie parfaite de 300 en demi-finale, il a livré un 228.

«En finale, j'ai encore très bien joué. J'avais déjà joué une partie parfaite, alors tout allait bien. À ce moment-là, j'avais juste besoin de garder mon calme et de faire un bon lancer à la fois. C'est ce que je me disais avant de jouer. En gardant ma concentration et en respirant comme il faut, j'ai été capable de rester calme, de contrôler mes émotions et de sortir vainqueur», a indiqué le jeune homme réputé pour être discret dans la vie de tous les jours.

À ce moment précis, son plus gros défi n'était pas de déclasser ses adversaires, mais bien de gérer la pression de toucher à un titre aussi prestigieux, avec son veston vert et sa bourse de 30 000 $US. En prime, Lavoie s'est vu remettre un boni de 10 000 $US pour sa partie parfaite.

«Le US Open, c'est le plus gros tournoi de l'année, celui que tout le monde veut gagner. La plus grosse difficulté, c'est de gérer les nerfs. Les caméras, les lumières. Il faisait extrêmement chaud avec les lumières au-dessus de nos têtes. Ce n'était pas ma première fois à la télévision, mais c'était ma première fois en direct à la télévision», a-t-il noté au sujet du tournoi, dont il était la deuxième tête de série.

Meneur pour le titre de recrue de l'année

Avec cette victoire historique, Lavoie consolide sa position de meneur dans la course au titre de recrue de l'année de la PBA, qu'il disputera vraisemblablement à Fach. «Ça dépasse mes attentes en frais de première saison. Je m'attendais à ce que ce soit surtout une saison d'apprentissage et c'est le cas. J'apprends beaucoup cette année, sauf que j'ai aussi été assez chanceux pour faire les finales dans quatre tournois. C'est dur de trouver les mots en ce moment, mais c'est sûr que c'est plus que ce à quoi je m'attendais.»

Ne reste plus que les Séries mondiales de quilles, qui se dérouleront à Reno (Nevada), de la mi-novembre au début décembre, avant que Lavoie ne boucle sa première saison sur le circuit de la PBA. «D'avoir gagné le US Open, ça me donne un petit peu plus de confiance, mais ça ne change pas tellement mes attentes. Je vais aller là-bas et faire de mon mieux. Il arrivera ce qui arrivera», a philosophé le quilleur, qui sera également considéré pour le titre de joueur de l'année au terme de la présente saison.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer