JO: Trump pourrait nuire à Los Angeles

Los Angeles a accueilli les Jeux olympiques de... (Archives AP)

Agrandir

Los Angeles a accueilli les Jeux olympiques de 1932 et 1984 (photo).

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Lausanne

L'élection de Donald Trump à titre de président des États-Unis pourrait avoir des répercussions sur la candidature de Los Angeles pour l'obtention des Jeux olympiques d'été de 2024. Pour le meilleur, et pour le pire.

Certains membres du Comité international olympique (CIO), qui devront choisir entre Los Angeles, Paris et Budapest, en Hongrie lors d'un scrutin en septembre prochain, ont énuméré mercredi quelques facteurs à prendre en compte quant à l'influence de Trump dans la candidature américaine.

À l'image du 45e président des États-Unis, ses propos polarisants envers les musulmans, les Mexicains et d'autres enjeux pourraient avoir offensé certains des 98 membres du CIO venant des quatre coins du monde qui auront la tâche de choisir la ville hôte. «Ça pourrait», a convenu le plus vieux membre toujours actif du CIO, le Montréalais Dick Pound. En même temps, il n'a pas écarté la possibilité que Trump puisse obtenir quelques voix supplémentaires s'il se rend en personne à Lima, au Pérou, en septembre afin de participer à la campagne de promotion de Los Angeles auprès du CIO, à l'approche du scrutin secret. «S'il s'y rend, et de toute évidence c'est un individu qui se nourrit de l'énergie de la foule, alors je ne vois pas pourquoi il ne convaincrait pas certains d'entre eux de pencher en sa faveur.»

Le membre sud-africain du CIO Sam Ramsamy, dont le pays a été décrit par Trump comme étant «un gâchis très dangereux», a assuré qu'il n'entretenait pas de rancoeur envers Trump à 10 mois du scrutin pour l'octroi des Jeux olympiques de 2024. «Il a été rustre envers tout le monde. Je ne crois pas que ça affectera le processus électoral d'une quelconque façon.»

Ça ne change rien pour Kaepernick

Par ailleurs, le quart-arrière Colin Kaepernick, qui boycotte l'hymne américain avant les matchs des 49ers de San Francisco (NFL), a estimé que l'élection de Trump ne changeait rien : «Peu importe celui qui a été élu, le système qui opprime les gens de couleur reste intact. Pour moi, c'est juste un autre visage qui va être le visage d'un système d'oppression.» Au mois d'août, Trump avait exigé la suspension du joueur, tout en lui conseillant de «chercher un pays mieux adapté».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer