Ecclestone confirme la vente de la F1 à Liberty Media 

Bernie Ecclestone jouera le même rôle au sein de... (AFP, Andrej Isakovic)

Agrandir

Bernie Ecclestone jouera le même rôle au sein de la F1, qui entrera dans une nouvelle ère en devenant la propriété de Liberty Media.

AFP, Andrej Isakovic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rob Harris
Associated Press
Londres

Liberty Media a annoncé mercredi qu'il prendra le contrôle de Formula One, l'organisme qui gère les compétitions automobiles de F1, pour 4,4 milliards $.

L'opération permet au groupe américain du milliardaire John Malone d'ajouter à sa palette l'un des sports les plus regardés au monde avec 400 millions de spectateurs à la télévision en moyenne par course. Liberty Media possède déjà dans le secteur sportif l'équipe de baseball des Braves d'Atlanta.

Grâce à son implication dans la Formule E (électrique) par le biais de Liberty Global et de la chaîne de télévision Discovery, d'autres entreprises qu'il contrôle, Malone n'est pas complètement étranger au monde des sports mécaniques. Conformément à son habitude d'investisseur extrêmement discret, son nom n'apparaît pas dans la transaction annoncée mercredi. 

Dans un premier temps, Liberty Media prendra une participation de 18,7 % pour 761 millions $ au sein de Formula One. Puis elle acquerra la totalité du holding Delta Topco, par l'intermédiaire duquel le fonds d'investissement CVC Partners contrôle la F1. Au total, Liberty Media déboursera 4,4 milliards $ et assumera la dette de 4,1 milliards $ de l'entreprise.

Liberty Media est  contrôlée par le magnat John... (AFP, Drew Angerer) - image 2.0

Agrandir

Liberty Media est  contrôlée par le magnat John Malone, qui aussi propriétaire des Braves d'Atlanta.

AFP, Drew Angerer

Une vache à lait

Cette transaction met fin à plusieurs années de supputations sur la gestion du championnat du monde de F1, administré de manière quasidictatoriale par Bernie Ecclestone, considéré comme le «père» de la F1 moderne. Ce dernier, âgé de 85 ans, est toutefois parvenu à rester au volant comme pdg. Il a ajouté «qu'après deux ou trois ans, je pourrais envisager de diminuer mon implication un petit peu».

Chase Carey prendra la direction de Formula One. Longtemps considéré comme le bras droit de Rupert Murdoch, il s'était récemment éloigné d'un rôle opérationnel au sein de 21st Century Fox.

Le montage de l'opération est passablement compliqué. Le reste du capital demeurera aux mains d'actionnaires actuels parmi lesquels figurent plusieurs fonds d'investissement, comme le géant américain Blackrock, mais aussi le fonds souverain de Norvège. Ils seront représentés au sein du conseil d'administration de Formula One.

Gérée par Ecclestone depuis le milieu des années 80, la F1 s'est révélée une véritable vache à lait pour ses promoteurs, dégageant des revenus de plusieurs milliards de dollars par an. Ecclestone voit en Liberty un conglomérat ayant les ressources, l'expertise et la vision pour augmenter le rayonnement de la F1, surtout aux États-Unis.

«Je l'espère, car ce sont des Américains qui font affaire depuis longtemps avec les réseaux de télé là-bas. Ils ont l'appui de beaucoup de commanditaires avec la télé et les réseaux sociaux, un aspect que nous n'avons pas autant courtisé par le passé.»

La F1 est retournée en sol américain en 2012, après quatre ans d'absence. En vertu de l'entente en cours, la course est présentée à Austin, au Texas.  Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer