Savoureuse troisième place

Charles Mony et Gilles Lamiré lors de leur... (Photo fournie par la TQSM, Pierre Bouras)

Agrandir

Charles Mony et Gilles Lamiré lors de leur arrivée à Saint-Malo.

Photo fournie par la TQSM, Pierre Bouras

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Rarement troisième place n'a été si savoureuse. Même s'il s'est fait doubler dans le dernier droit par le Ciela Village, l'équipage duFrench Tech Rennes Saint-Malo criait presque victoire, mercredi, depuis la Bretagne.

Certes, le Québécois Charles Mony et ses compères ont vu ses deux «ennemis» finir devant lui dans cette neuvième Transat Québec-Saint-Malo. Malgré tout, il a lui aussi abaissé le record de la traversée pour un Multi50, 9 jours, 14 heures, 21 minutes, détenu depuis 2012 par le FenêtréA Cardinal d'Erwan Le Roux. Le French Tech a franchi les 5365 kilomètres en 9 jours, 10 heures et 47 minutes. Il a stoppé le chrono seulement cinq minutes après le Ciela Village!

Une fin de course endiablée. Dans les derniers miles, le trimaran conduit par Gilles Lamiré se rapprochait inexorablement de son rival. Mais il a manqué de temps. Ou d'espace. «Je pense qu'avec un quart d'heure de course en plus on serait passés devant», a analysé Lamiré.

Un peu plus tôt, l'équipage québéco-franco-suisse avait tenté le tout pour le tout. «On a essayé d'attaquer le premier [l'Arkema], donc on s'est fait passer par le troisième», a rigolé Mony, encore sur l'adrénaline, une dizaine d'heures après l'arrivée. Il n'avait alors dormi que deux heures dans les deux derniers jours. Et ne comptait pas aller au lit avant le lendemain après-midi, célébrations d'usage obligent.

C'est que les derniers kilomètres ont été un peu fous, si l'on se fie à Lamiré. «Le scénario était d'un suspense terrible. La météo dans la Manche a été hyper complexe. Forcément, cela a joué sur les nerfs. Quand on est sûr de la météo on se fixe une stratégie et on l'applique. Mais là on était obligé d'adapter la stratégie après chaque fichier météo qui était différent.»

Les raisons de savourer le moment étaient nombreuses, malgré tout. Pour la première fois dans ses trois Québec-Saint-Malo, Mony et son voilier ont été dans le feu de l'action d'un bout à l'autre, prenant même les commandes à certains moments. Lamiré et lui avaient terminé deuxièmes en 2012, mais à 40 heures du FenêtréA Cardinal.

«Ce qu'on a démontré cette année, c'est que même avec un bateau plus lourd, on pouvait rester dans le coup», a lancé l'homme d'affaires, fondateur de Creaform et de Village Monde. Il s'est pointé à bon port au lever du soleil, profitant malgré l'heure de l'accueil légendaire des Malouins, venus célébrer l'arrivée de «leur» voilier.

Pas une déception

Bref, cette troisième place n'a rien de décevant. «Ce sont des amis qui ont gagné, rappelle aussi Mony. C'est un sport, mais on fait d'abord ça pour le plaisir de compétitionner. [...] Et comme je n'ai pas gagné, je n'aurai pas le choix de recommencer!»

Le record appartient désormais à l'Arkema. La nouvelle référence :9 jours, 9 heures, 00 minute et 58 secondes. «Vous avez vraiment un pays extraordinaire», a dit le skipper Lalou Roucayrol auSoleil. «Les baleines qui nous sortent tout autour; Percé avec ce rocher et ces petits hôtels dans lesquels j'aimerais bien retourner. Et ensuite ce passage à Saint-Pierre-et-Miquelon. On s'est retrouvés dans la pétole et on a réveillé des milliers d'oiseaux qui piaillaient. On avait l'impression d'être dans la jungle!»

Reste toujours un Multi50 dans la course. Pierre Antoine savait bien que son vieil Olmix, bâti en 1991, ne pouvait rivaliser avec les jeunes machines de son groupe. Mercredi, il devançait tous les monocoques de la Class40.

Rapide Tales 2

En Class40, les principaux concurrents duTales 2 semblent impuissants devant le vitesse du monocoque espagnol, qui a profité des dernières heures pour accroître son avance en tête de la catégorie. À 21h mercredi, il détenait une priorité de 108 km sur le Solidaires en Peloton-ARSEP, toujours deuxième. La météo risque toutefois de favoriser un rapprochement. Le vent tombera lorsque la flotte s'approchera des côtes française. «Les bateaux de devant vont être à l'arrêt ou presque et ceux de derrière vont revenir pleine balle!» explique un équipier du Cora Moustache Solidaire (7e), dans le journal de bord du voilier. «Un peu comme quand on sort la safety car en Formule 1, vous voyez un peu le truc... Va y avoir des déçus malheureusement, mais une course ça ne fait pas de sentiments!» Mercredi soir, le Tales 2 s'apprêtait à faire son entrée dans la Manche. Il est attendu vendredi à Saint-Malo.

Classement provisoire (20/07/16, à 21h, heure du Québec)

Classe Ultime

1. Spindrift 2 (Yann Guichard) arrivé en 6j01h17

2. Musandam-Oman Sail (Sidney Gavignet) abandon

Multi50

1. Arkema (Lalou Roucayrol) arrivé en 9j09h00m

2. Ciela Village (Thierry Bouchard) arrivé en 9j10h42m

3. French Tech (Gilles Lamiré) arrivé en 9j10h47m

4. Olmix (Pierre Antoine) à 365 km de l'arrivée

Class40

1. Tales 2 (Gonzalo Botin) à 428 km de l'arrivée

2. Solidaires en peloton (Thibaut Vauchel-Camus) à 108 km

3. Earendil (Catherine Pourre) à 122 km

4. Generali (Isabelle Joschke) à 130 km

5. Black Pepper (Armel Tripon) à 143 km

6. Imerys (Phil Sharp) à 146 km

7. Cora Moustache Solidaire (Jules Bonnier) à 164 km

8. V and B (Maxime Sorel) à 191 km

9. Carac (Louis Duc) à 288 km

10. Région Normandie (Benoît Charron) à 346 km

Classe Open

1. Guadeloupe Dynamique (Luc Coquelin) à 1604 km de l'arrivée

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer