Les deux géants hissent les voiles

  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 1 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 2 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 3 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 4 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 5 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 6 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 7 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 8 / 9
  • Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les deux voiliers de la classe Ultime ont offert un superbe spectacle lors du deuxième départ de la neuvième Transat Québec-Saint-Malo mercredi.

Le Spindrift 2 et le Musandam Oman Sail, longs respectivement de 40 et 21 mètres, devraient rattraper tous les bateaux qui naviguent vers la Bretagne depuis dimanche et battre le record de la compétition. Devant une belle foule de curieux et un tapis de bateaux de plaisance, ces géants de la course au large se sont élancés à 16h, entre Québec et Lévis.

Dès le départ, le plus petit a pris les devants. Rien de surprenant, si l'on se fie au skipper du plus grand, Yann Guichard.

«Oui, on est plus gros. Donc sur papier on devrait aller plus vite. Mais je pense qu'il sera devant nous à la sortie du Saint-Laurent parce qu'il est beaucoup plus manoeuvrant. Nous, on va y aller doucement pour sortir», a expliqué Guichard, trois heures avant le décompte. N'empêche qu'à 22h15 mercredi soir, les deux concurrents n'étaient qu'à quelques centaines de mètres l'un de l'autre.

Il a le record dans sa mire, mais Guichard compte aussi battre son rival. Une fois dans l'Atlantique, il pourra montrer toute la puissance de sa machine, conçue pour les grandes vitesses en mer.

Trop fort... pour ses rivaux

Mais pourquoi un deuxième départ? En deux mots : trop fort. Spindrift 2 et Musandam sont beaucoup plus rapides que tous leurs rivaux. Les organisateurs voulaient éviter de les voir arriver plusieurs jours avant les Multi50 et les Class40, ce qui aurait provoqué une baisse d'intérêt marquée pour la suite des choses. Si tout va bien, les deux géants rattraperont les actuels meneurs juste à temps pour donner une finale excitante à Saint-Malo.

«C'est une nouveauté dans cette neuvième édition», explique le directeur de course, Damien De Pas. «L'idée, c'était d'analyser la situation météo et la progression des trimarans de 50 pieds pour déterminer quand on donnerait le départ des Ultime. Finalement, [les Multi50] n'ont pas progressé très rapidement, on a donc décidé de changer un peu tardivement la date du départ pour le 13.»

Même si les trois trimarans de tête étaient déjà au sud de Terre-Neuve mercredi après-midi, aucun doute dans la tête de Damien De Pas : si la météo répond aux attentes, les deux grands les rejoindront et battront le record de la traversée, 7 jours, 20 heures et 24 minutes, détenu par Fujicolor IIdepuis 1996. «On peut espérer un temps autour de six jours, prévoit De Pas. Entre six et sept. Le suspense va être à son comble.»

Yann Guichard semble confiant d'abaisser cette marque vieille de 20 ans. «Les conditions s'annoncent vraiment bonnes», dit le capitaine du plus grand trimaran de course au monde. «Normalement, on va pouvoir battre le record. Ça va être une course fantastique. [...] J'ai hâte de naviguer avec ce géant des mers sur cette transat.»

Un géant, en effet. Après son passage devant Sainte-Pétronille, mercredi, le Spindrift 2 a provoqué des vagues dignes d'un cargo. On n'avait rien vu de tel sur les berges de l'île d'Orléans lors du premier départ, dimanche.

Ils sont 14 à bord, dont le champion en titre sur multicoques, Erwan Le Roux. La proximité des membres d'équipage ne pose aucun problème, assure Guichard. «On a fait ça pendant 47 jours autour du monde. Là, ça va durer entre six et sept jours. Je crois qu'on va surtout prendre beaucoup de plaisir.»

Piloté par Sidney Gavignet, le Musandam Oman Sail propose une saveur locale, même s'il navigue aux couleurs du Sultanat d'Oman: l'un des équipiers est l'Irlando-Québécois Damian Foxall, un résident de Stoneham.

Mais pourquoi un deuxième départ? En deux mots : trop fort. Spindrift et Musandam sont beaucoup plus rapides que tous leurs rivaux. Les organisateurs voulaient éviter de les voir arriver plusieurs jours avant les Multi50 et les Class40, ce qui aurait provoqué une baisse d'intérêt marquée pour la suite des choses. Et si tout va bien, les deux géants rattraperont les actuels meneurs (voir autre texte) juste à temps pour donner une finale excitante à Saint-Malo.

«C'est une nouveauté dans cette neuvième édition, explique le directeur de course, Damien De Pas. L'idée, c'était d'analyser la situation météo et la progression des trimarans de 50 pieds pour déterminer quand on donnerait le départ des Ultime. Finalement, [les Multi50] n'ont pas progressé très rapidement, on a donc décidé de changer un peu tardivement la date du départ pour le 13.»

Même si les trois trimarans de tête étaient déjà au sud de Terre-Neuve au moment du départ de mercredi, aucun doute dans la tête de Damien De Pas : si la météo répond aux attentes, les deux grands les rejoindront et battront le record de la traversée, 7 jours, 20 heures et 24 minutes, détenu par Fujicolor II depuis 1996. «On peut espérer un temps autour de six jours, prévoit De Pas. Entre six et sept. Le suspense va être à son comble.»

Yann Guichard semble confiant d'abaisser cette marque vieille de 20 ans. «Les conditions s'annoncent vraiment bonnes», dit le capitaine du plus grand trimaran de course au monde. «On va pouvoir normalement battre le record. Ça va être une course fantastique. [...] J'ai hâte de naviguer avec ce géant des mers sur cette transat.»

Un géant, en effet. Après son passage devant Sainte-Pétronille, mercredi, le Spindrift a provoqué des vagues dignes d'un cargo. On n'avait rien vu de tel lors du premier départ, dimanche, sur les berges de l'île d'Orléans.

Ils sont 14 à bord, dont le champion en titre sur multicoques, Erwan Le Roux, équipier pour l'occasion. La proximité des membres d'équipage ne pose aucun problème, assure Guichard. «On a fait ça pendant 47 jours autour du monde. Là, ça va durer entre six et sept jours. Je crois qu'on va surtout prendre beaucoup de plaisir.»

Piloté par Sidney Gavignet, le Musandam Oman Sail propose une saveur locale, même s'il bat pavillon du Sultanat d'Oman : l'un des équipiers est l'Irlando-Québécois Damian Foxall, un résidant de Stoneham considéré comme un héros national dans son Irlande natale.

Une lutte sans merci

Si la suite est à l'image des trois premiers jours et demi de course, on aura besoin d'une photo finish à Saint-Malo chez les Multi50. Au coude-à-coude depuis le passage de la bouée de Percé, l'Arkema et le French Tech Rennes Saint-Malo se livraient toujours une lutte sans merci, mercredi soir, dans cette neuvième Transat Québec-Saint-Malo.

À 22h30 mercredi, l'Arkema semblait toutefois se donner une légère avance. Quelque 4,8 miles nautiques (neuf kilomètres) séparaient le trimaran de Lalou Roucayrol de celui de Gilles Lamiré. Mais pendant une bonne partie de la journée, les deux voiliers n'étaient qu'à quelques centaines de mètres l'un de l'autre. Au moment de mettre sous presse, ils venaient de franchir les îles de Saint-Pierre-et-Miquelon, dernier point de passage avec l'océan Atlantique.

Tout ça avec le Ciela Village pas loin derrière. Le bolide conduit par Thierry Bouchard est toujours dans le coup. Mercredi soir, il pointait à 3,4 miles nautiques du French Tech.

Tales II aux commandes

Les monocoques de la Class40 étaient de leur côté en plein coeur du golfe du Saint-Laurent. Le voilier espagnol Tales II a profité de la nuit de mardi à mercredi pour prendre la tête, position qu'il détenait toujours mercredi soir. Derrière le voilier de Gonzalo Botin, toutefois, cinq prétendants au titre, le couteau entre les dents. Dans l'ordre, l'Imerys (à 2,7 mn), le Black Pepper (3,2), le Generali (4,6), le Région Normandie (6,1) et le Solidaires en Peloton (6,2)ne sont qu'à une belle poussée du premier rang. Le parcours de la Transat s'étire sur 2897 miles nautiques.

Benoît Charron, capitaine du Région Normandie, se souviendra longtemps de son passage sur le Saint-Laurent. «On nous avait dit que le Saint-Laurent, ça valait le détour, je te le confirme, a-t-il écrit dans son journal de bord. La vérité est bien au delà, orages dignes du Léman, [...] cargos fous dans un brouillard épais comme un mauvais bourgogne, animaux marins gigantesques et inquiétants qui viennent rôder la nuit autour du bateau en émettant des râles étranges. Bref, c'est super chouette!»

Soulignons que le Montres Michel Herbelin a été le premier Class40 vintage a franchir la bouée de Gaspé, ce qui lui vaut une bourse de 4000 $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer
  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.

  • Second départ de la Transat Québec-Saint-Malo
    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

    Les deux voiliers de la classe Ultime se sont élancés lors du second départ de la Transat Québec-Saint-Malo, mercredi.