Chaude lutte à la Transat Québec-Saint-Malo

Sur cette photo, prise entre la Nouvelle-Écosse et... (Tirée du Twitter de Gilles Lamiré)

Agrandir

Sur cette photo, prise entre la Nouvelle-Écosse et Saint-Pierre-et-Miquelon, on voit le skipper du French Tech Rennes Saint-Malo, Gilles Lamiré, et on aperçoit, pas très loin, l'Arkema.

Tirée du Twitter de Gilles Lamiré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La nuit n'aura pas fait de maître chez les Multi50. Après trois jours de course ou presque, l'Arkema, le French Tech Rennes Saint-Malo et le Ciela Village se livrent une lutte sans merci dans cette neuvième Transat Québec-Saint-Malo.

À 11h mercredi, seulement 3,4 miles nautiques (six kilomètres) distancent les trois trimarans, qui se trouvent entre la Nouvelle-Écosse et Saint-Pierre-et-Miquelon. Le French Tech de Gilles Lamiré vient de se faire doubler en tête par l'Arkema de Lalou Roucayrol. Les deux voiliers sont séparés par quelques centaines de mètres.

Chez les monocoques de la Class40, le voilier espagnol Tales II a profité de la nuit pour se forger une petite avance d'environ trois miles nautiques sur ses plus proches poursuivants, l'Imerys et le Région Normandie. Suivent tout près un autre groupe de trois voiliers, le Generali, le Black Pepper et le Solidaires en Peloton, toujours dans le coup.

«La bouée de Gaspé a été très difficile à passer mais nous revoilà dans le match!» a d'ailleurs expliqué le skipper de ce dernier bateau, Thibaut Vauchel-Camus. «Nous sommes dans le paquet de tête et ça reste très positif.»

Benoît Charron, capitaine du surprenant Région Normandie, se souviendra de son passage sur le Saint-Laurent. «On nous avait dit que le Saint-Laurent ça valait le détour, je te le confirme, a-t-il écrit dans son journal de bord. La vérité est bien au delà, orages dignes du Léman, [...] cargos fous dans un brouillard épais comme un mauvais bourgogne, animaux marins gigantesques et inquiétants qui viennent rôder la nuit autour du bateau en émettant des râles étranges. Bref, c'est super chouette!»

Derrière eux, quelque belles luttes. Entre autres celle pour la septième place entre le Carac, l'Earendil, l'Ellipse et le Cora Moustache Solidaire, quatre embarcations qui peuvent garder espoir malgré un retard d'une quarantaine de kilomètres sur le peloton de tête. À 11h, les 12 premiers voiliers de la Class 40 se situent entre Percé et les Îles-de-la-Madeleine. Cinq voiliers sont aussi au coude-à-coude pour le 13e rang. Ils s'apprêtent à franchir le bouée de Gaspé.

Tous ces bateaux risquent fort de se faire doubler par les deux géants de la classe Ultime, le Spindrift 2 et le Musandam Oman Sail, qui partiront de Québec à 16h, mercredi. Avec comme objectif avoué de battre le record du parcours, 7 jours, 20 heures et 24 minutes, détenu par le Fujicolor de Loïck Peyron depuis 1996.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer