Transat Québec-Saint-Malo

L'imprévisible fleuve

Dame Nature des conditions favorables à de chaudes... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Dame Nature des conditions favorables à de chaudes luttes, au grand plaisir des amateurs de voile qui se réuniront sur les rives de Québec et de Lévis.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Étroit, venteux, parsemé d'obstacles et imprévisible, le fleuve Saint-Laurent représente un défi de taille pour les équipages qui prendront le départ de la 9e Transat Québec-Saint-Malo dimanche après-midi.

Considéré comme l'un des plans d'eau les plus difficiles à naviguer dans le monde, le fleuve n'offrira aucun répit aux marins qui prendront le large cet après-midi. «C'est très étroit, il y a beaucoup de courant, de la brume, les vents changent rapidement de direction...» a énuméré samedi le directeur de la course, Damien De Pas.

Fort d'une expérience de 20 ans en mer, le Québécois était chargé, accompagné d'experts, de dresser le bilan des prévisions météo aux équipes, samedi, à 24h du grand départ. Et à l'entendre, tout ce qui a été dévoilé peut être complètement chamboulé sans préavis. «C'est toujours très difficile de bien prévoir ce qui se passe sur le fleuve. C'est un plan d'eau qui est très, très complexe. Les meilleurs météorologues ont souvent bien de la difficulté à analyser tous les effets locaux dus aux reliefs, aux changements de température, etc.»

Conditions favorables

Dame Nature propose selon lui, du moins pour l'instant, des conditions favorables à de chaudes luttes, au grand plaisir des amateurs de voile qui se réuniront sur les rives de Québec et de Lévis. «La météo s'est heureusement améliorée. On ne prévoyait que des vents contraires il y a quelques jours. Finalement, on aura surtout des vents de Nord-Est. Ça veut dire que les bateaux vont avoir à tirer des bords. C'est une progression plus lente, mais le vent a diminué. Ça va donner un bon spectacle», anticipe-t-il.

Tirer des bords signifie que les équipages devront effectuer des zigzags pour gagner en efficacité. À 19 bateaux de large pour les monocoques de la Class40, qui prendront le départ à 13h15, cela laisse peu de marge pour manoeuvrer, surtout en début de parcours, entre les ponts et l'île d'Orléans. Il s'agit d'une zone où il y a également beaucoup de courant.

Il n'y a pas que les spectateurs qui apprécieront cette première portion de la transat. Les marins aussi prendront leur pied, assure Damien De Pas, et ce, malgré des heures très intenses. «Comme c'est très étroit et que les bateaux sont au contact, à vue, ça implique directement peu de sommeil. C'est difficile d'aller dormir quand on a tous les petits camarades autour et qu'on veut réussir à gagner quelques positions. On veut prendre la bonne option. C'est pour ça que c'est une course qui plaît énormément d'ailleurs.»

La nuit, c'est encore pire. Naviguant dans l'obscurité, les équipages doivent éviter les hauts-fonds, les rochers, des débris de toutes sortes et les baleines, sans oublier de tenir compte des navires marchands. «C'est passionnant, mais c'est difficile.»

À noter qu'un avis aux plaisanciers a été émis par la Garde côtière canadienne en prévision des départs. Ceux qui voudraient observer les coureurs depuis leur embarcation devront demeurer à l'extérieur des zones interdites afin d'éviter de se trouver dans l'axe de course. L'animation débutera au bassin Louise dès 10h45 avec la présentation des équipages.

***

Les départs de dimanche : Trimarans Multi50 : 13h Monocoques Class40 et Classe Open : 13h15

Départ des Ultimes : Mardi 12h (si la météo le permet)

Il sera possible d'observer les bateaux tout au long de leur progression sur le fleuve Saint-Laurent. Le contingent doit obligatoirement atteindre certaines bouées placées près des rives. Elles sont situées à Rimouski, Matane, Gaspé, Percé et aux Îles-de-la-Madeleine. Chaque bouée est assortie d'une bourse pour chaque classe.

_____

PASSAGES PRÉVUS AUX BOUÉES (estimations)

Rimouski

1er Trimaran : lundi vers 2h

1er monocoque: lundi vers 11h

Matane

1er Trimaran: lundi vers 8h;

1er monocoque : lundi vers 19h

Gaspé

1er Trimaran: mardi vers 6h;

1er monocoque : mardi vers 14h

Percé

1er Trimaran : mardi vers 8h;

1er monocoque : mardi vers 18h

Partager

À lire aussi

  • Le retour de la «louve de mer»

    Autres sports

    Le retour de la «louve de mer»

    Gagnante de la Transat Québec-Saint-Malo en 2004 alors qu'elle était skipper du trimaran Sergio Tacchini, la Française Karine Fauconnier revient... »

  • Mylène Moisan | <i>Des spis et des hommes</i><i></i>

    Mylène Moisan

    Des spis et des hommes

    CHRONIQUE / Dans un bateau de transat, il y a des lits où les gens ne se couchent pas vraiment, et une toilette portable qui ne sert pas à... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer