Mal de mer à retardement sur le Carac

Notre journaliste Jean-Nicolas Patoine était à bord du Carac, du skipper Louis...

Agrandir

Notre journaliste Jean-Nicolas Patoine était à bord du Carac, du skipper Louis Duc, lors d'une sortie destinée aux médias.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Vous êtes venus pour bosser?» Avant même qu'on mette le pied sur son Carac, Louis Duc donnait le ton. Le skipper français ferait travailler son équipage de néophytes pendant la sortie en mer destinée aux médias.

Avec moi, deux sympathiques gagnantes d'un concours radiophonique, excitées par l'aventure. La copine de Duc, Julia, agira en tant que second au capitaine.

Je me passionne pour la Transat Québec-Saint-Malo depuis ses débuts, en 1984, mais je n'ai pas le pied marin pour autant. J'ai peur du mal de mer, je n'aime pas trop l'idée de me déplacer sur le pont de ce monocoque de 40 pieds bousculé par les vagues. Déjà, lorsque je monte sur le bateau, je perds un peu l'équilibre. Ça n'a pas trop paru, j'espère. 

Je ne suis pas à ma place. Mais ça ne durera qu'une heure ou deux...

Les pépins arrivent toujours lors des sorties de plaisance comme celle-là, dira Louis Duc pendant notre périple. Superstition? Un peu, sans doute. N'empêche qu'en 2012, le EDF Énergies Nouvelles avait frappé une bouée avec une journaliste et un vidéaste du Soleil à bord. Un accident qui fait encore jaser autour du bassin Louise, quatre ans plus tard. Je ne veux pas être la cause de pareille mésaventure.

Nous sortons tranquillement du bassin Louise. J'aurais aimé qu'on prenne vers l'est et l'île d'Orléans, mon coin de pays, mais je ne dis pas un mot. On fait plutôt cap vers le pont de Québec.

Et ça commence. Louis et Julia nous mettent à profit, mes équipières d'un jour et moi, pour hisser deux voiles. Sur le bateau, il y a tout un amoncellement de cordes digne d'un casse-tête à 1000 morceaux.

Zig-zag sur le fleuve

Le sympathique skipper passe ses commandes, à mi-chemin entre ordres et conseils. On vire d'un côté, puis de l'autre, un véritable zig-zag sur le Saint-Laurent. Nous tirons des cordes, les attachons. En faisant attention à nos doigts et à notre tête. Louis Duc utilise une série de mots dont j'ignore totalement la signification. «Bordez», «choquez» et j'en passe. J'apprends sur le tas.

Il y a du vent. Le voilier file à bonne vitesse. Parfois, il gîte d'un côté, dans un angle que j'estime - et surévalue sans doute - à 45 degrés. Même assis, je m'accroche à deux mains. Duc, debout, a les mains libres, au milieu du bateau, et demeure en parfait équilibre. «C'est l'alcool!» blague-t-il lorsque je lui fais remarquer nos «positions» fort différentes. Je devrais être plus solide, alors...

Duc n'est pas bien vieux, 32 ans, mais il a de l'expérience et ça paraît. Il vient de finir deuxième à The Transat (Plymouth-New York), a pris la troisième place à la dernière Transat Jacques-Vabre... C'est sa troisième Québec-Saint-Malo. Il y a quatre ans, à sa première expérience en tant que capitaine dans la capitale, il avait pris le 18e rang sur Avis Immobilier. Mais son Carac est plus performant. Et son nom revient dans les discussions au sujet des favoris en Class40.

Je tire encore quelques cordes, j'aide à ranger une voile dans son immense enveloppe. Mes collègues féminines s'impliquent encore plus que moi, toujours enthousiastes. J'ai déjà une ampoule sur l'index de la main droite. Ça fait pourtant moins de 90 minutes que nous sommes en mer. Imaginez une semaine.

Je n'ai pas eu le mal de mer. Mais en écrivant ces lignes, quelques heures plus tard, je me sens encore bercé par les eaux, un petit mal de coeur en prime. Nausée à retardement.

Et j'admire plus que jamais les cinglés qui se lancent dans cette folle aventure.

Le Roux sur le Spindrift

Le champion en titre Erwan Le Roux participera finalement à la Transat! Mais pas à bord de son FenêtréA Cardinal, toujours en réparation à la suite d'une avarie subie pendant The Transat (Plymouth-New York), en mai. Le marin français a été recruté par le skipper du géant Spindrift, Yann Guichard, à qui on prédit déjà un record de parcours. Le Roux fera donc partie des 13 marins - 12 hommes et 1 femme - en charge du trimaran de 40 mètres, dont l'arrivée à Québec est prévue dans quelques jours.

C'est parti!

Les festivités entourant la neuvième Transat Québec-Saint-Malo débutent samedi, avec en vedette le Prologue Ville de Lévis. Si dame Nature le permet, cette petite course avant la grande débutera à 14h en face du quai Paquet. Les voiliers doivent contourner une bouée près de l'île d'Orléans, puis une autre à l'ouest, à l'approche des ponts, avant de revenir à leur point de départ. Des activités sont prévues au bassin Louise jusqu'au 13 juillet. Du côté de Lévis, le quai Paquet sera animé les 2, 3, 8, 9 et 10 juillet, date du départ de la course transatlantique. Pour obtenir tous les détails de la programmation : transatquebecstmalo.com Jean-Nicolas Patoine

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer