Rosberg héros local et favori à Monaco

Nico Rosberg était visiblement heureux d'être à la... (AP, Claude Paris)

Agrandir

Nico Rosberg était visiblement heureux d'être à la maison, lui qui a grandi dans les rues de Monaco.

AP, Claude Paris

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Monaco

Nico Rosberg est le favori doublement logique du Grand Prix de Monaco dimanche, dans les rues de la Principauté où il a grandi.

Le pilote de Mercedes reste sur trois victoires d'affilée en Principauté et mène le Championnat du monde 2016, grâce à quatre victoires en cinq manches. Comme il est un peu le héros local, le blond Nico a eu l'honneur et le privilège de conduire SAS le Prince Albert II autour du tracé de 3,3 km, emprunté il y a dix jours par les concurrents du GP de Monaco Historique, dans une Mercedes-Benz 300 SL Gullwing datant de 1955.

À 30 ans, Rosberg est à l'apogée de sa carrière et il est en train de vivre sa meilleure saison de F1. Mais il était un peu tendu, mercredi en conférence de presse, quand les journalistes anglais sont revenus sur l'accrochage du premier tour du GP d'Espagne avec son coéquipier anglais, Lewis Hamilton.

«Je ne souhaite pas vous dire si on s'est parlé avec Lewis, ça doit rester un sujet interne à notre écurie», a dit Rosberg, qui mène toujours le championnat avec 43 points d'avance sur Hamilton, à la suite du double zéro pointé de Catalogne. À la fin, il a quand même consenti à dire que «toute l'équipe en a parlé ensemble».

Sur le même sujet, Hamilton était beaucoup plus détendu et précis, une heure plus tard, dans le motorisé argenté de l'écurie allemande. «Ça montre que notre équipe a grandi, depuis deux ans, et que nous on a mûri, en prenant de l'âge. C'est vrai, dans le passé, il y a eu des tensions, mais là on n'a plus besoin de parler de cet incident. Et il y a toujours autant de respect entre nous.»

Mercedes serre les rangs, car en plus de Ferrari, depuis quelques mois, une nouvelle menace se profile depuis Barcelone : Red Bull est de retour, avec son prodige néerlandais de 18 ans Max Verstappen - plus jeune vainqueur de l'histoire de la F1 à Barcelone - et le souriant Daniel Ricciardo, qui sera doté, cette fin de semaine, d'une évolution du moteur Renault RE16.

«On a vu nos rivaux faire des pas en avant, donc ce sera une bagarre encore plus acharnée», résume Toto Wolff, le directeur de l'écurie Mercedes. «Red Bull a gagné à Barcelone après s'être battu contre Ferrari. Ça veut dire qu'on est attaqués sur deux fronts. On doit rester unis, forts, pour prendre une belle revanche.»

Être en tête du train

Hamilton n'a gagné qu'une seule fois en Principauté : en 2008, dans une McLaren, l'année de son premier titre mondial. Il dit adorer «faire danser une F1 dans ces rues, car c'est l'une des sensations les plus pures qu'on puisse vivre dans une voiture de course». Mais dans les F1 modernes, «on est très occupés au volant», regrette-t-il, avec beaucoup de boutons à manipuler et de procédures à retenir.

Tout risque de se jouer samedi en qualifications, les dépassements étant quasi-impossibles dans les rues de la Principauté. Et Hamilton aura le choix de s'élancer avant ou après Rosberg, en Q3, pour chasser la «pole position», si tout se passe normalement en début de séance. «On a tiré au sort à Melbourne, Nico a gagné et depuis c'est à tour de rôle. Donc samedi je pourrai choisir.»

Une pole à Monaco, c'est souvent une option sur la victoire, car «la F1 ici, ça ressemble souvent à un petit train. Il faut juste être en tête de train», plaisante Hamilton.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer