Enfin la retraite sereine pour Jacques Paiement

Jacques Paiement s'est amené dans la capitale en... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jacques Paiement s'est amené dans la capitale en 1999 et il lui a suffi de quelques années pour donner ses lettres de noblesse au programme de basketball masculin du Rouge et Or.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jacques Paiement père met le point final à son grand livre de près d'un demi-siècle dans le basketball étudiant. Il n'a plus une santé de fer. Mais ce deuxième et dernier départ à la retraite se fait en toute sérénité, assure l'homme de 69 ans.

«Elle, je l'ai adorée!» s'exclame-t-il en desserrant son émouvante étreinte autour de Linda Marquis, qui a fait un détour par l'amphithéâtre-gymnase du PEPS pour lui souhaiter bonne retraite.

D'une entraîneure de 30 ans d'expérience comme Marquis au jeune joueur du Rouge et Or, Yoann Folquet, en passant par le président du club Charles Fortier, Paiement a marqué plusieurs générations du basket québécois. Et tous le remercient depuis l'annonce de mardi, en personne, au téléphone ou par courriel.

Après 29 ans, cinq titres de champions scolaires et trois civils à la polyvalente d'Amos, dont le premier pour une école secondaire francophone en 1977, Paiement vient de boucler 17 années à l'Université Laval.

Débarqué dans la capitale en 1999 à la tête de la pire équipe au Canada qui ne revendiquait que deux victoires en 20 matchs la saison précédente, Paiement a donné ses lettres de noblesse au programme de basketball masculin du Rouge et Or.

Durant huit saisons, il a mené la troupe de l'UL à quatre championnats québécois et deux demi-finales canadiennes. Son Rouge et Or a conservé une place au sein du palmarès des 10 meilleures équipes canadiennes durant cinq ans, sauf une semaine, en plus de loger au sommet durant deux semaines, en 2006. Seul les Ravens de l'Université Carleton d'Ottawa, alors cinq fois champions de suite, ont fait mieux pendant la même période.

Combattre le cancer

Mais c'est un adversaire beaucoup plus puissant qui l'a forcé à se retirer une première fois, en novembre 2008. Le cancer. «Je ne voulais pas arrêter, mais je n'avais pas le choix de m'occuper de moi», confie-t-il. Une année complète à se soigner et se remettre d'une prostatectomie.

Et même après avoir passé les hivers 2010 et 2011 en Floride auprès des golfeurs du Rouge et Or, un autre sport qu'il affectionne, la coupure n'était pas complétée avec le basket. «Je n'étais pas capable de regarder les matchs. Je me souviens que pendant une finale, j'étais allé m'entraîner dans le gym», relate-t-il.

Faut dire que le natif de Chénéville, en Outaouais, est un féroce compétiteur doublé d'un enseignant inspiré. Étudiant en enseignement de l'éducation physique à l'Université de Sherbrooke, Paiement s'avérait un habile fabricant de jeu au centre du deuxième trio de l'équipe de hockey du Vert & Or dirigée par Charles Thiffault. Jean Perron comptait parmi ses coéquipiers.

Jusqu'à ce qu'une sévère commotion cérébrale, entorse cervicale en prime, vienne mettre fin à ses ambitions d'athlète. Comme le cancer a plus tard stoppé raide son élan comme entraîneur. Sauf que cette fois, il n'a pas baissé les bras.

Après un flirt raté comme entraîneur-chef dans le collégial - «je voulais recoacher en chef, je n'ai jamais pensé devenir adjoint» -, il répondra favorablement à la semi-boutade de son fils qui avait pris sa relève en 2008. «Il ne te reste plus qu'à devenir assistant avec le Rouge et Or!» lui a lancé Jacques fils, à l'aube de la campagne 2012-2013. Le paternel a accepté avec plaisir.

Son corps bientôt septuagénaire lui envoie des signaux qu'il ne peut ignorer. Il rentre retrouver sa Jacinthe, avec qui il vient de célébrer 45 ans de mariage. Parties de golf et plus de temps avec ses quatre petits-enfants, bientôt cinq, sont à l'horaire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer