Les Raptors dans le carré d'as

Bismack Biyombo des Raptors de Toronto a inscrit 17... (La Presse Canadienne, Frank Gunn)

Agrandir

Bismack Biyombo des Raptors de Toronto a inscrit 17 points, dimanche.

La Presse Canadienne, Frank Gunn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Les dinosaures sont bien vivants. Kyle Lowry a inscrit 35 points et les Raptors de Toronto ont battu le Heat de Miami 116-89 dans un septième match, atteignant ainsi la finale de l'Est de la NBA pour la première fois de leur histoire.

«Cette organisation le mérite, ce pays le mérite, a dit DeMar DeRozan. Nous passons à une nouvelle étape, quelque chose qu'ils n'ont jamais vu. Mais ce n'est pas encore fini.» LeBron James et les Cavaliers y seront l'adversaire à compter de mardi, à Cleveland.

Lowry a brillé sur de longues distances, inscrivant 5 tirs de 3 points en 7 tentatives. Il a également totalisé 9 passes, 7 rebonds et 4 vols. DeRozan a quant à lui ajouté 28 points et 8 rebonds pour les Raptors, qui remportaient leur deuxième match ultime des séries, après celui contre l'Indiana.

«Nous n'avons jamais perdu confiance en Kyle et DeMar», a dit l'entraîneur des Raptors, Dwane Casey, au sujet de ses deux étoiles qui connaissent des séries en dents de scie. «Ce sont nos joueurs étoiles et ils ont été à la hauteur ce soir [dimanche]. Ils ont levé leur niveau de jeu et nous ont transportés.»

Bismack Biyombo a également contribué 17 points, 16 rebonds et 2 tirs bloqués pour les vainqueurs. Dwyane Wade et Goran Dragic ont répliqué pour le Heat avec 16 points chacun.

«Nous avons tout donné pour essayer d'atteindre la finale de l'Est, a dit Wade. Mais nous sommes arrivés à court d'une victoire. Pour moi et plusieurs d'entre nous, il ne reste plus beaucoup de saisons devant nous et nous voulons essayer de profiter de chaque occasion.»

DeMar DeRozan, à droite, auteur de 28 points... (La Presse Canadienne, Frank Gunn) - image 2.0

Agrandir

DeMar DeRozan, à droite, auteur de 28 points et de 8 rebonds, célèbre la victoire des Raptors en compagnie de Kyle Lowry qui a lui-même brillé avec 35 points dont 5 tirs de 3 points. 

La Presse Canadienne, Frank Gunn

Poussée victorieuse

Le club de Casey menait 53-47 à la mi-temps. Les Torontois ont pris les commandes en début de troisième tiers, prenant neuf points d'avance sur un tir en foulée de Lowry (62-53).

Ils ont ensuite montré leur sérieux en gardant le même niveau d'intensité. Un tir de trois points de DeMarre Carroll a procuré une avance de 67-56, tout juste après une séquence dunk et bloc signée Biyombo.

Une poussée de 9-0 a nourri encore plus les espoirs et avec 3:23 au cadran dans le match, le «parc jurassique» était en liesse, le cinquième long ballon de Lowry ayant donné 25 points d'avance aux Raptors (111-86).

Les Raptors et leurs partisans savourent encore plus les présentes séries à la suite des sorties dès le premier tour face aux Nets du New Jersey et aux Wizards de Washington, en 2014 et 2015. Toronto atteint la finale de l'Est pour la première fois en 21 ans d'existence. Jusqu'ici, la plus longue incursion était d'avoir pris part au deuxième tour en 2001.

Les Raptors ont connu une saison régulière de 56-26, inscrivant une victoire de moins que les Cavaliers. Ces derniers vont entamer le troisième tour en étant bien reposés, après avoir balayé tour à tour les Pistons de Detroit et les Hawks d'Atlanta. Les Cavaliers n'ont pas joué depuis le 8 mai. «Je pense que notre groupe est encore affamé, a dit Casey. Il ne faut jamais dire jamais.»

Casey a refusé de dire si le pivot Jonas Valanciunas, qui a subi une entorse à la cheville droite lors du troisième match face au Heat, sera disponible face aux Cavaliers. «Il a encore de la difficulté à marcher, mais il subit des traitements. On va voir», a dit Casey.

Des livres de notes sur les Cavaliers avaient été placés sur la chaise de chaque joueur des Raptors dans le vestiaire moins d'une heure après la partie. «Nous savons que nous avons un gros défi devant nous, a dit Lowry. Ce n'est jamais facile contre ces gars-là.»

Bon défi pour les négligés

Toronto, nouveau venu à ce stade de la compétition, et Oklahoma City, vainqueur-surprise de San Antonio, auront un sacré défi à relever pour éviter une répétition très attendue de la finale de la NBA de 2015 entre Cleveland et Golden State.

Vainqueurs du Heat quatre victoires à trois, les Raptors n'ont pas les faveurs des pronostics face aux Cavaliers de Cleveland de LeBron James.

«Cleveland est une grande équipe, j'ai hâte d'affronter des joueurs de ce calibre, on ne fait aucun complexe, on va jouer notre jeu et voir ce qui va se passer», a indiqué Lowry, premier joueur de Toronto à enchaîner deux matchs éliminatoires avec au moins 35 points.

C'est peu dire que les Raptors ne partent pas favoris : ils ont pourtant remporté deux de leurs trois duels avec les Cavaliers en saison régulière et ont fini sur leurs talons (57 victoires pour Cleveland, 56 pour Toronto).

Mais Cleveland a haussé son niveau depuis le début des séries : l'équipe de «King James» a balayé coup sur coup Detroit et Atlanta quatre victoires à zéro, tandis que les Raptors ont disputé 14 matchs pour venir à bout d'Indiana (4-3) et de Miami (4-3).

Les «Cavs» abordent la finale de l'association Est à partir de mardi en toute sérénité et reposés après neuf jours sans match. «Nous sommes une équipe complétement différente maintenant par rapport à celle de la saison régulière», a assuré James.

Équipe explosive

La finale de conférence Ouest, à partir de lundi, s'annonce explosive : Golden State a pourtant dominé Oklahoma City à trois reprises en trois confrontations cette saison, mais les Warriors ont perdu de la superbe qui leur avait permis de boucler la meilleure saison régulière de l'histoire avec 73 victoires et 9 défaites seulement.

À l'instar de Stephen Curry, les champions en titre de la NBA se méfient du Thunder, qui a fait sensation en éliminant San Antonio en six matchs en demi-finale de conférence. «C'est une équipe explosive, qui a trouvé les bons réglages au bon moment. Leurs prestations contre une excellente équipe de San Antonio sont révélatrices du niveau qu'ils ont atteint», a souligné Curry.

Le meilleur marqueur de la saison régulière avec ses 30,1 points par match, espère de son côté en avoir fini avec les blessures : touché à une cheville lors du premier tour contre Houston et à un genou face à Portland, le meneur de Golden State n'a disputé que quatre matchs éliminatoires jusque-là avec une moyenne de 24,8 points par match.

Sans Curry à 100 % et même en son absence, Steve Kerr a pu s'appuyer sur Klay Thompson et Draymond Green, mais une fois n'est pas coutume, Golden State va tomber sur une équipe qui a elle aussi une belle profondeur sur le banc, au-delà des étoiles Kevin Durant et Russell Westbrook et des intérieurs Serge Ibaka et Steven Adams, redoutables aux rebonds face aux Spurs.

«On sait à quoi s'attendre, c'est l'une des meilleures équipes du circuit depuis plusieurs saisons déjà : ils ont beaucoup d'arguments et se rapprochent du titre», a prévenu Kerr.  Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer