Trois cyclistes au parcours semé d'embûches

Hugo Barrette, Marie-Ève Croteau et Karol-Ann Canuel se... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Hugo Barrette, Marie-Ève Croteau et Karol-Ann Canuel se retrouveront à Rio, eux dont la route vers les Jeux n'a pas été de tout repos.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ils auront mérité leurs coups de pédales à Rio. Le Soleil s'est entretenu mercredi avec trois cyclistes qui, selon toutes vraisemblances, seront du grand bal olympique. Trois athlètes au parcours parsemé de douloureuses embûches.

Hugo Barrette: après le crash

Pour le cycliste sur piste de Cap-aux-Meules, c'est fait : il sera à Rio. Incroyable de penser qu'à la fin octobre, Barrette était victime d'un spectaculaire accident à l'entraînement. Il ignore encore comment c'est arrivé. Mais chose certaine, il a perdu la maîtrise de son vélo, puis défoncé la barrière de sécurité qui borde la piste du vélodrome Alcides Niteo Patiño de Cali, en Colombie. Barrette s'est retrouvé dans les gradins - heureusement vides -, le visage ensanglanté, le nez et deux vertèbres cassés. À ce moment-là, il n'a pas encore les résultats qui lui permettent une qualification olympique. La pression monte. «Tous mes espoirs sont tombés sur Hong Kong», la dernière Coupe du monde de la saison, explique le cycliste de 24 ans. C'était moins de trois mois après son crash.

Il y réussit son premier podium à ce niveau, une médaille d'argent. Il s'assure une place à Rio, mais prouve aussi qu'il est revenu au sommet de son art. Tout ça sans séquelles psychologiques. «Je ne me suis pas laissé le temps de penser. Avant la course, c'était le vide total, un focus total sur gagner.»

Le double médaillé d'or aux derniers Jeux panaméricains a de grandes ambitions pour le Brésil. Sans prononcer le mot podium, il lance : «Si j'ai une préparation parfaite, je pense que je peux rêver des plus grands titres.»

Karol-Ann Canuel: podium en tête

En juin 2014, Canuel se casse le cou lors d'une épreuve à Philadelphie dont elle a peu de souvenirs. Commotion cérébrale en prime. Mais dès juillet, elle est de nouveau en selle. «J'étais vraiment stressée de retourner dans un peloton», admet la cycliste d'Amos. Quelques mois plus tard, elle se brise un os du bassin en chutant avec plusieurs adversaires, en Espagne. Mais aujourd'hui, tout va bien, et l'athlète de 28 ans touche du bois.

Si elle reste en santé, la cycliste d'Amos sera à Rio pour les épreuves sur route et du contre-la-montre. «Je suis déjà allée voir les parcours avec Cyclisme Canada. Donc, ils croient en moi. C'est juste une question de [rendre ça] officiel.»

Lorsqu'on lui demande ses objectifs pour le Brésil, elle répond sans détour : «Un podium au contre-la-montre individuel.» Elle est championne canadienne de la discipline.

Marie-Ève Croteau: se venger du destin

À Rio, la paracycliste de Québec pourra se venger du destin. Présente à Londres, en 2012, elle n'y enfourche pas son vélo. Quelques semaines plus tôt, elle a subi une sévère commotion cérébrale aux grandes séquelles. Le 16 janvier 2015, un test à l'effort la plonge dans un coma de cinq jours. «C'était dû au fait que la commotion n'a pas été réglée complètement», explique l'athlète de Charlesbourg. Quelques mois plus tard, dans une chambre d'hôtel, elle se «vire» le pied droit, celui avec lequel elle pousse. Résultat : déchirure de ligaments.

C'est du passé, tout ça. À 36 ans, Croteau retrouve sa forme des beaux jours et espère être à son sommet à Rio, lors des épreuves paralympiques de septembre. Sa présence n'est pas officielle, mais c'est tout comme.

Victime d'un accident de voiture qui a hypothéqué son bras gauche alors qu'elle avait 14 ans, Croteau a été victime d'un virus qui lui a fait perdre l'usage de sa jambe gauche, lors d'un voyage en 2010. Oui, elle aura mérité son Rio.

Duchesne au Tour et à Rio

Devant ses patrons, au début de la saison, Antoine Duchesne n'a pas hésité à le dire : il était déçu de ne pas avoir été choisi pour le Tour de France 2015. Depuis, le cycliste est passé de la parole aux actes. Meilleur grimpeur lors du célèbre Paris-Nice, en mars, il s'attend à prendre le départ de la Grande Boucle, cette année, avec l'équipe Direct Énergie. «J'ai prouvé ce que j'étais capable de faire. Normalement, je suis dans la liste. Après, il faut que je montre que la forme est là, que je m'enligne pour être au top en juillet», a expliqué mercredi celui qui participera bientôt au Tour de Californie (15 au 22 mai) et au Dauphiné (5 au 12 juin)

Si tout va comme prévu, Duchesne sera aussi à Rio, en août. Ces deux objectifs sont bien écrits «sur un papier à côté de mon lit», a indiqué l'athlète de 24 ans. «Ce sont les deux choses les plus grosses dans mon sport. Réussir à être là, ça serait vraiment génial. [...] Maintenant, ce ne sont plus des rêves, ce sont des objectifs. Je sais que je suis rendu là.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer