Les vieux chums sur le podium

Deuxième, Daniel Blouin félicite son vieil ami Jimmy... (fournie par Courir à Québec, Muriel Leclerc)

Agrandir

Deuxième, Daniel Blouin félicite son vieil ami Jimmy Gobeil, arrivé 32 secondes derrière, au troisième rang.

fournie par Courir à Québec, Muriel Leclerc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Notre plan de base à matin, moi pis lui, on s'en venait faire 1 et 2. Mais quand on a vu Bagdad Rachem, on a dit : ''Aaah, crime!'' Et on a révisé nos objectifs!»

Daniel Blouin l'a dit en riant. Jimmy Gobeil et lui n'ont pas arrêté de rigoler et de sourire après avoir franchi le fil d'arrivée du Demi-marathon de Lévis, dimanche matin. Même s'ils venaient de se défoncer durant plus d'1h10 sur 21,1 km de course à pied, l'esprit était à la fête.

Faut dire que les deux gars de Québec venaient de finir deuxième (1:11:23,9) et troisième (1:11:55,5) derrière Rachem (1:10:25,9). Plus que leur bon chrono et le podium, le fait de l'avoir fait ensemble les réjouissait au plus haut point.

«On court ensemble depuis qu'on est jeunes. Lui est rendu avec quatre enfants et moi, je vais bientôt en avoir trois», explique Blouin, qui attend des jumeaux pour la fin de l'été. Ses heures comme coureur sont donc comptées!

«Je visais 1 h 12, alors je suis vraiment content, confie son chum Gobeil. C'est le temps que je faisais avant d'avoir mes enfants. Depuis, je suis un peu plus lent... Ces dernières années, je tournais autour de 1 h 15, 1 h 16. Mais mes enfants grandissent et maintenant, je dors la nuit. Alors, je m'entraîne plus», s'esclaffe celui dont l'aînée, gymnaste émérite, a 12 ans. Soulignons aussi la performance de la maman, Jolyane Bérubé (1:39:11,1 ; 38e femme).

Gobeil possède la boutique de course Le Coureur nordique, sur le chemin Sainte-Foy. Blouin enseigne au Campus Notre-Dame-de-Foy. Les deux ont 38 ans. Le premier vient de Saint-Narcisse-de-Rimouski et le second, de Le Gardeur. Mais leur amitié remonte à l'école secondaire, il y a plus de 20 ans. 

«On s'est connu sur une piste d'athlétisme, au championnat provincial, raconte Blouin. Il y avait les bons que le monde connaissait et était venu voir. Nous, personne ne nous connaissait. Mais en fin de compte, on a fini 1 et 2. On s'est qualifiés comme ça pour un voyage en Belgique et on est devenus amis. On a ensuite été colocataires à l'Université de Sherbrooke, avant de se retrouver à Québec.»

Une vraie passion

La longévité de leur amitié et de leur passion de la course s'explique par le simple plaisir. «On a toujours été frivoles», dit Blouin. «Tout le monde pensait qu'on était foireux, qu'on n'était pas assez concentrés et sérieux sur la course. Mais on s'est toujours amusés à courir. C'est ce qui nous a permis d'en faire longtemps et d'en faire encore», fait-il valoir.

Blouin avait montré ses fesses sur la piste des Jeux du Canada, à London, en 2001, ce qui lui avait valu de perdre sa médaille et d'être expulsé de l'équipe du Québec. Tout ça pour avoir juste voulu rire et faire rire, encore.

Le duo rigolo était entré dans le même ordre derrière Rachem au demi-marathon de 2005, au Domaine Maizerets. Le coureur de Verdun, 39 ans, garde son ascendant sur eux, même 11 ans plus tard. L'Algérien d'origine était à Lévis pour gagner. Il est reparti avec la satisfaction du devoir accompli et un chèque de 400 $. «Je ne demande pas beaucoup. Je dis merci à Dieu et je continue à courir», résume Rachem.

Bagdad Rachem a gagné le Demi-marathon de Lévis en 1:10:25,9, dimanche.... (fournie par Courir à Québec, Muriel Leclerc) - image 4.0

Agrandir

Bagdad Rachem a gagné le Demi-marathon de Lévis en 1:10:25,9, dimanche.

fournie par Courir à Québec, Muriel Leclerc

Début de la fin pour Therrien

Denis Therrien a lancé la 19e saison de son entreprise de courses, sa dernière. Le fondateur de Courir à Québec, dont l'événement phare demeure le marathon de la fin août, a vendu son entreprise à Québecor et sa filiale Gestev, cet hiver. Voir Therrien et Patrice Drouin, président de Gestev, tenir chacun leur bout du ruban d'arrivée du Demi-marathon de Lévis s'avérait symbolique. «Quand j'ai eu fini de donner le départ du 10 km, j'ai dit à un bénévole que c'était mon dernier départ du 10 km du printemps. Ça va être l'été des derniers!» a affirmé Therrien, qui réalise une passation douce des pouvoirs auprès de Drouin et son équipe. «L'an prochain, je vais venir courir. Je vais être dans la gang avec les culottes courtes!» Dimanche, ils ont été 2597 à courir jusqu'au Juvénat Notre-Dame, à Saint-Romuald, au bout d'un parcours de 2, 5, 10 ou 21,1 km. Du nombre, 1541 (59 %) ont couru le demi-marathon. Toujours l'épreuve la plus populaire, même lors de la tenue du marathon, parce qu'elle allie accessibilité et difficulté. 

Gonthier gagne une chaude lutte

Si Bagdad Rachem a mis près d'une minute dans les semelles de ses plus proches poursuivants chez les hommes, Lucie Gonthier a dû affronter une concurrence plus féroce dans le volet féminin du Demi-marathon de Lévis. L'athlète de 38 ans de Québec a gagné en 1 h 24 min 8,1 s avec trois coureuses à moins d'une minute derrière. «Mon bagage d'endurance m'a beaucoup aidé» a indiqué la nutritionniste en chirurgie bariatrique à l'Hôpital Laval, qui revient de récentes blessures au pied et aux côtes. Sur 10 km, Gavin Hatheway (32:59,7), de la Nouvelle-Écosse, et Josée Picard-Arsenault (37:17,7), de Wendake, ont été les plus rapides, tandis que Pier-Olivier Laflamme (14:27,8), de L'Ancienne-Lorette, et Ève Grenier (19:52,9), de Québec, ont fait de même au 5 km. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer