Rose Rhéaume a un oeil sur les JO

Rose Rhéaume, 15 ans, sera une des quelque... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Rose Rhéaume, 15 ans, sera une des quelque 1500 athlètes qui participeront au 36e Québec Open de karaté, les 29 et 30 avril, au PEPS.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Elle n'a que 15 ans et pratique une discipline qui n'est pas olympique. Pourtant, Rose Rhéaume rêve de participer au grand rendez-vous du sport.

Reste beaucoup de cris à pousser avant d'y arriver, mais le souhait de la karatéka est loin d'être une lubie. Le sport favori de Rhéaume pourrait faire son entrée aux JO de Tokyo, en 2020. Le Comité international olympique tranchera en août prochain, en marge des Jeux de Rio. 

«Il y aura une démonstration cet été pour savoir si c'est ce sport-là ou un autre qu'ils vont mettre [aux pochains JO]. Si le karaté rentre aux Jeux olympiques, ce sera mon objectif en tant qu'adulte!» lance la jeune femme de Donnacona.

D'ici là, Rhéaume fera partie des quelque 1500 athlètes qui participeront au 36e Québec Open de karaté, les 29 et 30 avril. La compétition compte beaucoup, puisqu'elle fait partie du NASKA, prestigieux circuit nord-américain. Rhéaume espère remporter cette année le titre de championne du monde en bo dans son groupe d'âge. Une visée réaliste?

«Oui», répond-elle avec confiance. «D'après moi, je peux l'atteindre. Le problème, c'est que c'est un circuit à pointage. Si je manque un tournoi, c'est une autre fille qui prend les points», explique celle qui a raté une compétition à Los Angeles depuis le début de l'année, mais qui s'est retrouvée à Chicago et à Philadelphie, entre autres.

En plus du bo, elle se spécialise en kata traditionnel. C'est d'ailleurs grâce à cette discipline qu'elle pourrait un jour atteindre les Jeux olympiques.

Souvent partie, elle doit jongler avec son sport et son éducation. Et ce n'est pas tous ses professeurs qui sont compréhensifs, dit-elle avec le sourire. «Des fois, ils sont collaboratifs, mais il y en a parfois qui disent : "Tu manques beaucoup d'école". Parfois, ils ne sont pas sûrs si c'est une bonne raison. Et comme ce n'est pas un sport qui est en sport-études, c'est plus difficile. Mais je finis par m'arranger», raconte celle qui fréquente l'école secondaire de Donnacona.

Rhéaume a commencé le karaté il y a 10 ans, suivant les traces de son père et de son petit frère. Elle a déjà fait du combat, mais en a eu marre. «Tu deviens amie avec tes compétitrices... Je me suis comme un peu tannée de les frapper.»

Au PEPS

Comme l'an dernier, c'est le trio composé de David Bossinotte, Claire Cocozza et Samuel Gagnon, des Studios unis, qui organise le Québec Open. La compétition, toujours impressionnante par son envergure, se déroulera au PEPS de l'Université Laval. En plus de Rhéaume, Roxanne Larose-Carignan, Élizabeth Rouillard, Anne-Sarah Cayer, Mélissa Baillargeon et Zack Jouvrot font partie des jeunes athlètes de la région à surveiller.

Les deux jours de ce championnat international se termineront avec le traditionnel spectacle du samedi soir, qui réunira sur scène les meilleurs athlètes des 48 heures précédentes. Pour plus d'information : quebecopen.com

L'appel de GSP

En plus d'être le copromoteur du Québec Open et de veiller sur son école de karaté à Val-Bélair, Samuel Gagnon est un partenaire d'entraînement de Georges St-Pierre (GSP). L'ex-champion du UFC a fait appel à lui en février pour peaufiner ses techniques en karaté. Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés lors d'activités promotionnelles à Québec. «C'est une chance que j'ai de m'entraîner avec cet homme-là. J'essaie d'en profiter au maximum», souligne Gagnon, 31 ans, qui a abandonné les combats depuis un an et demi en raison d'une hernie cervicale.

Il assure par ailleurs ne rien savoir sur les intentions de GSP, autour de qui les rumeurs d'un retour à la compétition se font persistantes. «Georges est en forme comme s'il avait un combat la semaine prochaine depuis [sa retraite]. S'il fait ça, le but premier, c'est de se tenir à la fine pointe. Est-ce qu'il va revenir? J'en sais pas plus que les autres, et ça, c'est la vérité. Par contre, comme tous les amateurs de combats, j'aimerais voir un retour de Georges», souhaite Gagnon, quadruple champion du monde de karaté. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer