Élisabeth Paradis a écouté son coeur

À la veille de leur départ pour les... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

À la veille de leur départ pour les Mondiaux, Élisabeth Paradis et son partenaire François-Xavier Ouellette ont participé aux deux derniers galas du club de Loretteville.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gros bon sens aurait voulu qu'ils fassent une croix sur leur présence. Mais le coeur d'Élisabeth Paradis a eu le dernier mot : avec son partenaire François-Xavier Ouellette, la patineuse artistique a participé aux deux derniers galas du club de Loretteville samedi. Tout ça la veille de leur départ pour les Mondiaux...

«C'est mon premier club. Des gens qui m'ont toujours supportée. Et comme c'est le dernier spectacle, c'est sûr que c'est beaucoup une décision émotionnelle», explique l'athlète de 23 ans, née à Loretteville.

Son alma mater sera fusionné en septembre avec les clubs de Val-Bélair et de Neufchâtel, d'où l'importance d'y être pour Paradis.

Si le duo a hésité un bref instant à faire le voyage à Québec, c'est que leur horaire des prochains jours est drôlement chargé. Après sa performance de samedi soir, retour à Montréal, son lieu d'entraînement. Dimanche, départ pour Boston, ville d'accueil des Championnats du monde. Lundi et mardi, entraînements. Mercredi, programme court. Jeudi, programme long.

Il s'agit des premiers Mondiaux pour les danseurs sur glace. Paradis admet vivre «un joyeux mélange» d'excitation et de nervosité. Le couple - sur la glace, pas dans la vie - entend montrer ce dont il est capable sans trop se créer d'attentes pour le classement. Le premier objectif sera de survivre au programme court, qui sera le dernier pour 10 des 30 couples.

N'empêche qu'un top 15 serait apprécié, laisse tomber Paradis pendant la conversation. «Je crois qu'on peut le faire si on patine bien. Mais on n'a pas de contrôle sur les autres. Si on sort de la glace et qu'on est contents de notre performance, on va être satisfaits d'une 18e place», donne-t-elle en exemple.

Entraînée par ses idoles

Paradis et Ouellette se sont qualifiés grâce aux deux meilleures performances de leur carrière, il y a quelques semaines. D'abord lors des Championnats canadiens, fin janvier, où ils ont effacé un gros déficit de 5,27 points lors du programme long pour ravir la troisième place. Ils devaient ensuite réaliser le standard technique en compétition internationale, chose faite lors du championnat des Quatre Continents, à Taipei, à la mi-février. Ces prestations «nous ont prouvé qu'on était de calibre, dit Paradis. Ç'a été un gros boost de confiance.»

Elle et son partenaire lavallois n'ont pas les derniers venus comme entraîneurs. Ils reçoivent les conseils du duo Marie-France Dubreuil/Patrice Lauzon, deux fois médaillés d'argent aux Mondiaux (2006 et 2007). «Ce sont mes idoles de jeunesse, raconte Paradis. C'est par eux que j'ai commencé à faire de la danse. Au début, j'étais full impressionnée. C'est très motivant [de travailler avec eux]. Ils apportent beaucoup sur le côté technique, mais aussi sur comment agir en champions.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer