Vettel domine les premiers essais

Sebastian Vettel a connu une excellente journée au... (AP, Siu Wu)

Agrandir

Sebastian Vettel a connu une excellente journée au volant de sa nouvelle Ferrari au circuit de Catalunya en banlieue de Barcelone.

AP, Siu Wu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Barcelone

Une première journée d'essais ne fait certes pas une saison, mais Ferrari peut en tirer des signes encourageants alors que l'écurie italienne ambitionne de défier la domination de Mercedes. Sebastian Vettel s'est en effet montré plus rapide que le champion du monde en titre Lewis Hamilton lors de la reprise des activités en Formule 1.

Hamilton a été le premier pilote à se présenter en piste au volant de la nouvelle Mercedes, mais c'est Vettel qui a réalisé le meilleur chrono du circuit de Barcelone. Hamilton a concédé presque une demi-seconde à Vettel, tandis que Valtteri Bottas (Williams) s'est classé troisième, à plus d'une seconde. Daniel Ricciardo (Red Bull) a pris le quatrième rang.

Même si les résultats lors de tels essais peuvent se révéler trompeurs, surtout si tôt, c'est clairement un début positif pour Vettel, qui a terminé troisième au championnat l'année dernière et a été le seul autre pilote à gagner des courses outre Hamilton et son coéquipier chez Mercedes, Nico Rosberg.

Sept autres pilotes ont également participé à cette première de quatre journées d'essais à Barcelone. Rosberg sera en piste mardi, tout comme le double champion du monde Fernando Alonso, qui a connu divers ennuis l'année dernière après avoir renoué son partenariat avec le motoriste Honda.

Jenson Button, le coéquipier d'Alonso, a connu une première séance prometteuse en complétant 35 tours sans connaître apparemment les problèmes de fiabilité qui ont miné l'équipe la saison dernière. Il a enregistré le sixième chrono en matinée.

Hamilton a roulé le plus pendant la séance matinale avec un total de 66 tours, 23 de plus que Bottas et 30 de plus que Vettel. «Pour être honnête, la voiture se comporte aussi bien que celle de l'an dernier, a confié Hamilton. Je ne vois aucune différence. C'est une bonne chose, car la voiture de l'an dernier était très bonne.»

Rare écurie américaine

La nouvelle écurie Haas, la première équipe américaine en F1 depuis 1986, a connu un ennui mécanique pour ses débuts quand le Français Romain Grosjean a perdu une partie de son aileron avant dans une ligne droite. Grosjean n'a pas quitté la piste et il est rentré aux puits sans autre problème.

Cette première journée d'essais - presque trois mois après la fin de la saison 2015 à Abu Dhabi - a commencé sur une piste détrempée et sous un ciel nuageux. La plupart des équipes ont utilisé ces premiers tours pour vérifier d'éventuels problèmes.

Mercedes a dominé les deux dernières saisons et - sans aucun changement majeur aux règlements pour 2016 - elle représente l'équipe à rejoindre cette année. Ces premiers essais à Barcelone devraient fournir des indications à savoir si ses rivaux ont fait des progrès significatifs ou s'ils devront de nouveau se battre pour la deuxième place.

Les derniers essais en vue de la saison 2016 sont prévus du 1er au 4 mars, également à Barcelone. Le premier des 21 Grand Prix aura lieu le 20 mars à Melbourne, en Australie.

Les dirigeants de la F1 en quête d'un accord pour 2017

Pour Bernie Ecclestone, la F1 n'a «jamais été dans... (AFP, Tom Gandolfini) - image 3.0

Agrandir

Pour Bernie Ecclestone, la F1 n'a «jamais été dans un pire état», en raison notamment du monopole de Mercedes et du manque de suspense sportif.

AFP, Tom Gandolfini

Les dirigeants de la Formule 1 se réunissent mardi à Genève pour tenter de trouver un accord sur la réglementation du Championnat du monde à partir de 2017, après deux ans de domination par Mercedes.

Le promoteur de la F1, Bernie Ecclestone, 85 ans, gérant de Formula One Management (FOM), a remis le feu aux poudres, lundi, dans le quotidien britannique Daily Mail, alors que les 11 écuries engagées pour 2016 amorçaient quatre jours d'essais d'avant-saison à Barcelone avec leurs nouvelles monoplaces.

«Je ne paierais pas pour emmener ma famille assister à un Grand Prix», confie Ecclestone, pour qui la F1 n'a «jamais été dans un pire état», en raison notamment du monopole de Mercedes et du manque de suspense sportif.

Mercedes vient de remporter 32 courses sur 38 en deux ans (2014-2015), et les quatre titres mondiaux mis en jeu (constructeurs et pilotes, avec Lewis Hamilton). Pour enrayer cette domination, les autres écuries ont besoin de trouver, avant le 1er mars, un accord sur un changement de réglementation technique qui permettrait à tous les acteurs de la F1 de repartir à zéro, en 2017... ou en 2018, si aucun accord n'est trouvé cette semaine.

Cockpits fermés ou non?

Quelle F1 en 2017, avec des cockpits fermés ou non, pour des raisons de sécurité, et des grilles de départ inversées pour pimenter le spectacle? Ce sera le thème principal des réunions du Groupe stratégique de la F1, composé de 6 écuries sur 11, puis de la Commission F1, où siègent également des représentants de la FOM et de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), garante des règlements sportifs et techniques.

«Tout le monde a son opinion, mais nous souhaitons vraiment améliorer ce sport, le rendre plus excitant. Les pilotes seraient heureux d'avoir des voitures plus rapides», a résumé lundi à Barcelone le Français Eric Boullier, directeur de la compétition de McLaren-Honda. «Nous parlons de tout cela depuis longtemps, donc si nous ne trouvons pas d'accord, ce sera un échec, à mon avis», a ajouté Boullier. 

La situation est bloquée depuis plusieurs mois, notamment sur la question des moteurs, de leurs performances et de leur coût, en raison de la position dominante des écuries de Mercedes et de Ferrari, qui vont fournir cette année 8 écuries sur 11.

«Le plus grand danger, c'est que les écuries votent dans leur intérêt particulier, plutôt que dans celui du sport en général», a abondé Adrian Newey, le directeur technique de Red Bull Racing.

«Quand on voit les audiences télé décliner, c'est très préoccupant», estime Boullier, pour qui c'est au promoteur, Bernie Ecclestone, de faire le nécessaire. «Chaque année, la concurrence est de plus en plus forte pour le sport à la télévision, donc il faut faire attention de ne pas se faire larguer», a ajouté Newey.  Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer