Une dernière place qui passe à l'histoire

La pilote Kaillie Humphries et ses coéquipières Cynthia... (AP, Mike Groll)

Agrandir

La pilote Kaillie Humphries et ses coéquipières Cynthia Appiah, Geneviève Thibault et Melissa Lotholz sont devenues samedi à Lake Placid le premier équipage  entièrement féminin à participer à une épreuve de la Coupe du monde de bobsleigh à quatre.

AP, Mike Groll

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'histoire du sport ne s'écrit pas toujours dans l'or. Les bobeuses canadiennes ont fini loin derrière tous leurs adversaires, samedi. Mais la présence de Geneviève Thibault, de Québec, Kaillie Humphries, Cynthia Appiah et Melissa Lotholz ensemble en piste constituait un exploit en soi.

«J'étais déjà prête à embarquer, mais elle n'était pas là!» s'est exclamée Thibault au téléphone, quand on lui a parlé du départ quasi catastrophique au sommet du parcours de bobsleigh de Lake Placid. Positionnée deuxième, Appiah a glissé à l'amorce de la seconde manche de cette Coupe du monde tenue dans l'État de New York.

«Elle a manqué le bunk, mais on a toutes réussi à embarquer avant le premier virage, alors c'était correct! Ça arrive quand même souvent, ce genre de choses dans les courses à quatre», explique Thibault, troisième à bord.

Mais même deux démarrages parfaits n'auraient pas valu mieux qu'une 17e et dernière place au premier équipage tout féminin de l'histoire de la Coupe du monde de bob à quatre. Physique élémentaire : le poids combiné des quatre femmes et de leur engin accusait un déficit de plus de 100 kilos sur leurs rivaux. Grave handicap dans un sport alliant glisse et gravité.

Les Canadiennes ont réalisé des chronos de 57,00 et 57,47 s (1:54,47), concluant avec un retard de 4,77 s sur les vainqueurs et de 2,67 sur les plus lents. Deux éternités en bobsleigh, 2,10 s séparant les 16 quatuors masculins. Les dames ont quand même atteint une vitesse de pointe de 132,7 km/h similaire aux hommes.

«On savait que tout le monde nous regardait et depuis le début, on prend ça au sérieux», souligne l'athlète de 29 ans du secteur Val-Bélair, qui a aussi été sprinteuse et joueuse de rugby. «On a poli nos patins comme pour une vraie course, et les patins de bob à quatre sont vraiment longs et gros. Même s'il n'y avait aucune chance qu'on rivalise, on a tout fait comme si on allait compétitionner pour une médaille.»

Elle louange Humphries, «seule pilote à passer la chicane sans toucher les murs» dans ce parcours très technique. La double championne olympique en titre en duo souhaite un circuit à quatre féminin dès l'an prochain et l'entrée aux Jeux en 2022.

«Girl Power»

«On veut avoir les mêmes opportunités que les hommes, à deux et à quatre. Il faut commencer quelque part et c'est ce qu'on a fait. On a montré que les femmes sont capables et on espère que ça va grandir d'année en année», a indiqué Kailie Humphries, chaussée de bas marqués «Girl Power». L'an dernier, elle avait conduit un équipage de trois hommes.

Le bolide Canada-1 de Justin Kripps a fini troisième (1:50,07) et le Canada-2 contenant le receveur de passes des Alouettes de Montréal Samuel Giguère a pris le 12e rang (1:51,20).

Envol dimanche pour Park City, en Utah, où se tient la Coupe du monde suivante, vendredi et samedi. Les filles auront des objectifs plus élevés, comme allonger la poussée de départ. Elles participeront à trois des quatre dernières tranches du circuit masculin, en plus d'une épreuve féminine en démonstration aux Championnats du monde. Thibault est réserviste en bob à deux.  Avec Associated Press

Ce qu'ils ont dit

«D'être la première, c'est bien. Mais en fin de compte, je ne le fais pas pour être la première. Je le fais parce que ça me pousse à devenir une meilleure pilote, ça me donne un nouvel objectif, quelque chose d'amusant.»

- Kailie Humphries, pilote du premier équipage tout féminin dans l'histoire du bobsleigh à quatre en Coupe du monde.

***

«Elle est une excellente pilote. C'est juste comme conduire une plus grosse voiture. Ce n'est pas comme si elle ne pouvait pas conduire un camion. Les gens en font une plus grosse affaire que ce que ça devrait être. C'est super. C'est vraiment bon

pour le sport.»

- Steven Holcomb, au sujet de  Kailie Humphries. Huitième samedi, le pilote américain est triple médaillé olympique et cinq fois champion du monde.

***

«Je crois que c'est énorme.

C'est quelque chose dont nous avions besoin et quelqu'un devait franchir ce pas.»

- Elana Meyers Taylor.

Comme Kailie Humphries, la pilote américaine avait mené un équipage masculin l'an dernier en Coupe du monde.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer