Trois Québécois dans le top 5 en longue piste

Alex Boisvert-Lacroix... (AP, Peter Dejong)

Agrandir

Alex Boisvert-Lacroix

AP, Peter Dejong

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Trois Québécois dans les cinq meilleurs d'une épreuve de Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste. Ça s'est passé dimanche, aux Pays-Bas. Une première.

«C'est du jamais-vu en longue piste au Québec. On s'entraîne dehors!» s'exclame Laurent Dubreuil, le «pire» des trois avec une cinquième position (34,90 secondes) à ce deuxième 500 mètres de l'étape de Coupe du monde de Heerenveen. Alex Boisvert-Lacroix a récolté la médaille d'argent (34,76), Alexandre St-Jean a pris le quatrième rang (34,87).

«Dans l'histoire, il y a eu entre 10 et 15 gars du Québec à faire le top 5. On est trois dans la même journée!» a poursuivi Dubreuil, quand Le Soleil l'a joint à l'hôtel après la compétition.

Le patineur de 23 ans de Saint-Étienne-de-Lauzon venait de retrouver un semblant de fierté, après sa pénible 13e place de vendredi. «Je ne suis pas trop senti comme un idiot. Je ne me suis pas senti un top non plus, disons moyen. Ce qui est déjà une amélioration.»

Dubreuil souligne que parmi les 20 concurrents du groupe A, l'élite de l'élite, les trois patineurs évoluant sous l'égide de Gregor Jelonek au Centre national Gaétan-Boucher de Sainte-Foy sont les seuls à s'entraîner sur un anneau extérieur. L'autre, le Finlandais Mika Poutala, est installé à Calgary.

La recette sied bien à Boisvert-Lacroix, qui a enfilé une troisième médaille de suite, sa quatrième de la saison. Il faut dire que le Sherbrookois ajoute ses propres ingrédients. L'athlète de 28 ans habite Montréal, étudie à l'UQAM et s'entraîne encore en courte piste, discipline dont il est issu.

Encore Boisvert-Lacroix

Dimanche, le meilleur départ de sa vie, les 100 premiers mètres en 9,48 secondes, a bien failli être gâché par son partenaire de course, Pavel Kulizhnikov. Du couloir intérieur, l'invincible Russe a chuté dans le deuxième virage.

«Quand je l'ai vu tomber, je me suis dit  "Tab?&*#@!" J'ai eu peur qu'il me ramasse. J'ai retenu mon croisé en cours et mon deuxième aussi. Quand j'ai vu qu'il n'y aurait pas de contact, j'étais soulagé. Mais j'ai sûrement perdu un ou deux dixièmes», regrette celui à qui il manquait neuf centièmes pour rejoindre le vainqueur, le Russe Ruslan Murashov (34,67).

Kulizhnikov mettait fin à une séquence de 21 victoires consécutives sur 500 m, dont 13 sur le circuit mondial. Cinquante-trois semaines sans perdre.

Boisvert-Lacroix n'a pas raté le top 10 en huit 500 m de Coupe du monde, cet automne. Quatre médailles et jamais à plus d'un dixième de seconde du podium. «Je suis très en forme, heureux et motivé», résume celui qui se classe deuxième au cumulatif et est déjà qualifié pour les Championnats du monde par distance de février.

Quant à St-Jean, 22 ans, originaire de Cap-Rouge, cette quatrième position s'ajoute à une médaille d'or au sprint par équipe, une 11e place au 1000 m, distance où il est qualifié pour les Mondiaux, et une 15e position au premier 500 m de sa fin de semaine.

L'étudiant en médecine dentaire à l'Université Laval replonge maintenant dans sa fin de session avant de repartir pour Calgary pour les sélections canadiennes, entre Noël et le jour de l'An, puis les championnats canadiens, début janvier.

À Heerenveen, Ivanie Blondin, d'Ottawa, a aussi remporté le bronze au départ de masse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer