Le Crashed Ice à Québec en novembre

L'événement se tiendra les 27 et 28 novembre.... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

L'événement se tiendra les 27 et 28 novembre.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Red Bull Crashed Ice revient à Québec plus tôt que prévu. L'événement se tiendra pour la première fois de son histoire à l'automne, les 27 et 28 novembre.

Les amateurs de patinage extrême pensaient bien devoir attendre jusqu'à la fin de l'hiver pour assister au spectacle toujours très couru. En 2014, la multinationale décidait de présenter un seul événement au Canada en 2015. Il a eu lieu au printemps à Edmonton. Initialement, un retour à Québec devait se faire en 2016.

«C'était intéressant d'aller explorer l'Ouest canadien», lance Christian Papillon, directeur sportif pour le Championnat du monde. «L'événement a rempli les attentes. Mais revenir à Québec, c'était un no brainer, ça allait de soi. La Ville de Québec a tellement bien servi le développement du sport.»

Le choix de tenir ce 10e Crashed Ice à Québec à l'automne repose sur le fait que Red Bull fait passer son calendrier 2015-2016 de 8 à 10 courses. L'organisation doit donc étirer la saison. «Québec était une bonne option pour tenir l'événement en novembre. La température à cette période de l'année permet de présenter la compétition. Il n'y a aucune crainte», explique M. Papillon.

Depuis la première présentation en 2006, Québec a toujours été la ville où se tenait la compétition ultime du championnat. Cette année, elle ouvrira les hostilités.

M. Papillon confirme que le parcours retenu est le même que celui de la dernière présentation en 2014. Pour une troisième fois de son histoire, la première ayant eu lieu en 2006, la structure réfrigérée arpentera donc le secteur du parlement et de la place D'Youville. Le directeur sportif souligne que des modifications devraient être apportées au parcours initial. Les détails seront dévoilés prochainement.

Le circuit se dirigera ensuite en Allemagne, avant de s'arrêter pour une première fois à Jyväskylä-Laajis, en Finlande, et de se conclure aux États-Unis à Saint Paul, au Minnesota. Aux quatre courses du championnat se greffent six Riders Cup, genre de classe B - deux de plus que l'an passé - dont un arrêt le 13 février à Sherbrooke pour une seconde année.

Christian Papillon s'attend encore à accueillir quelque 90 compétiteurs masculins. Nouveauté : les filles, qui devraient être au moins une vingtaine, se disputeront pour la première fois un championnat du monde.

Doublé sportif

Cette année, le Red Bull Crashed Ice sera présenté la même fin de semaine que la Coupe Vanier au PEPS de l'Université Laval. Pourrait-il y avoir congestion sportive? Christian Papillon y voit plutôt une opportunité unique pour Québec. «Quand on a de gros événements comme ça, personne ne veut entrer en conflit avec d'autres organisations. On a parlé aux gens de la Coupe Vanier pour savoir si ça posait problème. Leur événement a lieu en après-midi et le nôtre, en soirée. Tout est correct», précise-t-il. 

Même son de cloche du côté du représentant de la Coupe Vanier. «C'est une belle opportunité pour la capitale. Si j'étais quelqu'un de l'extérieur, je dirais qu'il faut que je sois à Québec cette fin de semaine», lance le coprésident de l'événement Gilles Lépine. Le Crashed Ice attire chaque fois une centaine de milliers de personnes, selon l'organisation, tandis que les estrades du PEPS pour la Coupe Vanier peuvent accueillir près de 20 000 spectateurs.  Jean-François Néron

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer