Marathon SSQ Lévis-Québec: courir entouré des siens

La famille de Benoit Rancourt n'a pas manqué... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La famille de Benoit Rancourt n'a pas manqué de souligner le 100e marathon du coureur de 65 ans.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Benoit Rancourt était bien entouré lorsqu'il a croisé le fil d'arrivée de son 100e marathon, dimanche midi. Trois enfants, sa femme et plusieurs de ses frères ont enlacé l'homme de 65 ans, histoire de le féliciter pour son exploit. Ils pouvaient être fiers eux aussi : ils venaient tous de repousser leurs limites!

Benoit Rancourt était bien entouré lorsqu'il a croisé... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

«Il a été dur», a admis d'emblée le héros du jour chez les Rancourt, en parlant du parcours. «À Québec, il est toujours dur. Mais on est contents, on a fini, et je suis avec toute ma famille, c'est merveilleux! C'est pas tous les coureurs qui ont cette chance-là!»

Deux des trois enfants de M. Rancourt, Tania et Benjamin, ont couru le marathon avec lui; son autre fille Mélanie et sa femme ont fait leur premier 10 kilomètres. Sept de ses frères ainsi qu'une soeur et une nièce de cette famille de Rouyn-Noranda étaient aussi sur le parcours de 42,2 km. Une autre nièce a couru le demi-marathon et une petite nièce s'est attaquée au 5 km de samedi. Bref, les Rancourt ont usé l'asphalte de Québec en fin de semaine!

Des 100 marathons complétés par Benoit Rancourt, 50 l'ont été dans les cinq dernières années. Il avait franchi la première moitié de son exploit à Québec, il y a cinq ans. Il est d'ailleurs un habitué de ce qui s'appelait jadis le Marathon des Deux-Rives : il les a tous courus!

Ne pas ralentir le rythme

L'homme ne compte pas ralentir le rythme, malgré les années qui passent. «Tantôt, j'ai couru avec un monsieur qui en a fait 512! a-t-il raconté. Tant que je vais être capable, que je vais être en santé et qu'on pourra voyager comme on le fait en ce moment... Je trouve que c'est une belle retraite!»

Benoit Rancourt a franchi la distance en quatre heures 30 minutes. Mais le temps importe peu pour lui. «Je ne pense pas à ça du tout. L'idéal, c'est de le finir le plus en forme possible. [...] L'autre jour, à Ottawa, j'ai fait 3 heures 38, des fois je peux faire 4 heures 50. Il s'agit de gérer ça selon ce que notre corps peut nous donner cette journée-là.»

Quelques minutes après la fin de sa course, il avait l'air frais comme une rose. Le sexagénaire avait pourtant commencé à fêter avant le fil d'arrivée, a-t-il admis en rigolant. «On a eu un comité d'accueil à Lévis. Mes deux gendres, mes petits-enfants... Ils avaient amené de la bière, alors on a chacun pris un petit verre!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer