Labeaume propose de ramener un Crashed Ice bonifié à Québec en 2016

Régis Labeaume ne pense pas que la course... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Régis Labeaume ne pense pas que la course présentée en Alberta ait le même impact que celle de Québec pour Red Bull. «On est le Monaco du Crashed Ice ici. [Edmonton] a été un bon succès de foule, mais il faut voir à la télé ce que ça donne. (...) il n'y a pas une image (...) qui rivalise avec les images de Québec.»

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Régis Labeaume et Gestev sont en mode séduction auprès de Red Bull à qui ils proposent de ramener le Crashed Ice dans la capitale en 2016 dans une formule bonifiée et agrémentée d'activités qui s'étireraient sur plusieurs jours pour plaire aux touristes.

«On veut l'avoir pour l'année prochaine, c'est sûr», a lancé le maire Régis Labeaume lundi en mêlée de presse au sujet de la compétition de descente de patin extrême qui s'est tenue pendant neuf ans à Québec et qui a pris une pause en 2015.

Le maire a soumis par l'entremise du président de Gestev, Patrice Drouin, une proposition au géant des boissons énergisantes pour l'attirer de nouveau dans sa ville. «J'ai fait une proposition à Patrice qui a amené ça à Edmonton et on a une position très claire.» C'est Edmonton qui a ravi à Québec cette année la présentation de la grande finale de la compétion. 

«On a des plans. On aurait quelques jours entourant l'événement, si on peut l'avoir à la date qu'on veut. On tire des plans avec les plans du Crashed Ice. [...] On a des idées pour «packager» quelque chose de plusieurs jours.» 

L'idée que caresse le maire, c'est d'attirer plus de touriste dans une période où ils sont habituellement moins nombreux à visiter Québec. «C'est d'essayer de faire un événement touristique qui fait en sorte que les gens viennent pour quelques jours à Québec. Parce que c'est très appelant, le Crashed Ice. On voudrait élargir les festivités.»

La date n'est cependant pas coulée dans le béton. Le maire a laissé entendre que le printemps n'était pas la seule option, ce qui ouvre une porte pour une présentation de l'épreuve tôt en 2016, soit en janvier ou février. «Ça peut bouger.»

Inquiétude à Edmonton

Le Soleil rapportait dimanche que le conseiller du quartier d'Edmonton où s'est tenue la compétition à la mi-mars, Scott McKeen, estimait que l'événement coûte trop cher pour le ramener année après année. 

Régis Labeaume n'a pas semblé perturbé par la constatation faite par l'élu edmontonien. «C'est un conseiller. On ne le connaît pas ce gars-là. Il y a un conseiller qui a parlé. Je ne pense pas que c'est la population d'Edmonton.»

Il ne pense pas que la course présentée en Alberta ait le même impact que celle de Québec pour Red Bull. «On est le Monaco du Crashed Ice ici. [Edmonton] a été un bon succès de foule, mais il faut voir à la télé ce que ça donne. Parce que le Crashed Ice, c'est vendu partout dans le monde alors ça prend des images exceptionnelles et il n'y a pas une image, même à St. Paul, qui rivalise avec les images de Québec. Alors ça a tellement marché pour eux ici qu'ils ont atteint leur maximum [de retombées]. Mais on travaille à les ramener, ça c'est sûr.» 

Joint au téléphone, Patrice Drouin a confirmé au Soleil que les dirigeants du Crashed Ice sont très ouverts à considérer Québec de nouveau. D'ailleurs, souligne-t-il, Red Bull a toujours dit qu'il y aurait un retour à Québec un jour. Si le retour se concrétisait pour 2016, cela marquerait le 10e anniversaire de la tenue de l'événement en ville. «Red Bull est très enthousiaste à faire cette 10e édition. Québec est le seul endroit au monde où ils peuvent le faire. Les autres endroits sont tous à trois ou quatre éditions.»

Mais il faudra trouver des partenaires pour financer la fête. «C'est certain que ce n'est pas Red Bull qui va payer toute la facture de ce grand projet-là. Tous les joueurs impliqués dans la région vont devoir s'y investir aussi.»

Québec n'aura pas à attendre l'été avant d'avoir une confirmation, a soumis M. Drouin. En effet, l'entreprise a accepté de donner une réponse d'ici la fin avril. «On s'attend à pouvoir annoncer vers la fin avril le retour ou le non retour en 2016 et une position de Red Bull par rapport à Québec.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer