Dubreuil 8e au Mondial sprint de patinage de vitesse sur longue piste

Bien placé au 7e  rang du classement cumulatif... (Photo AP, Alexei Filippov)

Agrandir

Bien placé au 7e  rang du classement cumulatif en début de journée et détenteur du 3e meilleur temps au 500 m la veille, Laurent Dubreuil a dû se contenter du 16e rang sur sa distance de prédilection dimanche.

Photo AP, Alexei Filippov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ennuyé par la disqualification d'un rival au départ de son 500 m, Laurent Dubreuil a finalement pris le 8e rang du classement cumulatif du Mondial sprint de patinage de vitesse sur longue piste, qui se terminait dimanche, à Astana (Kazakhstan). «Avec un 500 m potable, j'aurais réalisé mon objectif de top 5. Ça a ruiné mon cumulatif. Il va falloir que j'apprenne de cela.»

Bien placé au 7e  rang du classement cumulatif en début de journée et détenteur du 3e meilleur temps au 500 m la veille, Laurent Dubreuil a dû se contenter du 16e rang sur sa distance de prédilection dimanche. Les deux faux départs de l'Allemand Nico Ihle, avec qui Dubreuil partageait la ligne de départ, ont forcé le patineur de Saint-Étienne-de-Lauzon à patiner en solo. 

«Ça m'a énormément nui. Il n'y a personne sur la planète qui aurait envie de patiner seule. Tout le monde profite de sa paire, que ce soit pour l'adrénaline ou le visuel. Un peu comme en athlétisme, Usain Bolt ne court pas ses meilleurs 100m tout seul sur la piste à l'entrainement», a illustré Dubreuil au Soleil, visiblement déçu de sa réaction. «En même temps, ça arrive, et il faut être capable de le gérer. Je n'ai pas été capable de garder ma concentration du tout et j'ai livré une très mauvaise performance.» 

11e au 1000m quelques heures plus tard, Dubreuil se réjouissait tout de même d'avoir rebondi dans des circonstances difficiles. «J'ai réalisé exactement le même temps qu'hier avec plus de fatigue accumulée dans les jambes. J'ai été capable de rebondir et comme mon entraineur me le soulignait, ça prouve ma force de caractère.» 

Sans surprise, le Russe Pavel Kulizhnikov a été sacré champion du monde. Le Néerlandais Hein Otterspeer et le Russe Aleksey Yesin ont complété le podium. Les Canadiens Gilmore Junio et Jamie Gregg ont pour leur part pris les 19e et 20e rangs du classement cumulatif. 

Une leçon pour l'avenir

S'il assure que sa force restera toujours le 500 m, Laurent Dubreuil admet que la place à l'amélioration est plus grande au 1000 m. Chose qu'il devra faire s'il veut obtenir du succès dans l'avenir au Mondial sprint, où chaque patineur exécute deux fois chaque distance. «C'est très demandant physiquement et mentalement. Le niveau de stress est élevé pendant deux jours et comme je m'en suis rendu compte aujourd'hui, tu n'as pas le droit à l'erreur si tu veux réaliser ton objectif.»

Le patineur de 22 ans dresse le parallèle avec son exclusion des Jeux olympiques de Sotchi, une déception de laquelle il est ressorti plus fort. «C'est un peu frustrant, mais de la façon que je le vois, mon but comme athlète est de gagner des médailles. Finir 8e ou 5e, à long terme, ce n'est pas une très grosse différence. Si je ce que j'ai vécu aujourd'hui me permet d'être meilleur dans le futur, ça n'aura pas servi à rien». 

Après plus d'un mois sur la route, marqué par une médaille de bronze aux Championnats du monde par distances il y a quelques semaines, Laurent Dubreuil sera heureux de retrouver le confort de la maison. «Après quatre courses en 26 heures, c'est clair que ça va me prendre quasiment une semaine récupérer.» Le Lévisien atterrit à Québec lundi et il bénéficiera de quelques semaines chez lui avant de s'envoler pour la ville d'Erfurt, en Allemagne, où se déroulera la dernière épreuve de Coupe du monde de la saison, les 21 et 22 mars. 

Kulizhnikov, le «rival»

Âgé de seulement 20 ans, Pavel Kulizhnikov  a encore une fois survolé la compétition en fin de semaine. Son titre de champion du monde sprint s'ajoute à des médailles d'or et d'argent aux Championnats du monde par distances, et une dizaine de podiums sur le circuit de la Coupe du monde cette année. 

«Il met la barre très haute et même si on est loin des prochains Olympiques, c'est clairement le favori pour le reste du cycle. Il détruit complètement la compétition en ce moment, c'est un peu gênant», lance Laurent Dubreuil. «J'ai été en paire avec lui cinq fois cette saison et les cinq fois il m'a démoli. Mon but est de le battre, même si ça peut sembler insurmontable. Ça va me motiver. Il a 20 ans, j'en ai 22. Le battre va être mon objectif pratiquement toute ma carrière.» 

«En ce moment il y a une rivalité dans ma tête, mais peut-être pas dans la sienne. Je vais m'arranger pour que ce soit le cas l'an prochain.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer